153727

  • Beyrouth- La jeunesse libanaise joue la carte de la solidarité

    Imprimer

    Beyrouth panse ses plaies et les jeunes très actifs sur le terrain y contribuent largement. C'est un ancien étudiant à l'Université de  Genève, Houssam,  qui fait le pont entre plusieurs personnes à Genève et Paris avec des associations qui oeuvrent d'arrache-pied,  à Beyrouth. Il a lancé un appel de fonds qu'il redistribue à plusieurs  associations dirigées par des jeunes de Beyrouth et ensuite via un groupe Whatsapp, les  donateurs peuvent suivre jour après jour les actions menées sur le terrain.

    Une autre façon de jouer la carte de la proximité. On peut voir sur les photos prises de  jeunes bénévoles aider à balayer les débris de verre et retaper les maisons détruites ou une autre association distribuant de la nourritures aux sans-abri.

    Un mouvement de solidarité qui s'est immédiatement organisé après les explosions et Beyrouth transformée en  une fourmilière où chacun s'active pour tendre une main secourable.

    Pour mémoire, on recense 171 morts et plus de 6000 blessés suite à l'explosion du 4 août  dernier de plus de 2.750 tonnes de nitrate d'ammonium stockées dans le port de Beyrouth . 300 000 personnes sont actuellement sans-abri.

    Lien sur une sélection d'associations actives sur le terrain auprès desquelles notre contact distribue les collectes de fonds. Si vous souhaitez participer n'hésitez pas à me contacter, je fais des transferts via Western Union deux fois par semaine, à souligner que Western Union ne prélève exceptionnellement que 2% de commission pour les fonds envoyés au Liban.

     

    IMG-20200811-WA0002.jpg

    IMG-20200811-WA0003.jpg

    IMG-20200811-WA0006.jpg

    IMG-20200811-WA0010.jpg






    IMG-20200811-WA0009.jpg

     

    IMG-20200811-WA0012.jpg

    IMG-20200811-WA0013.jpg

    IMG-20200811-WA0014.jpg

    IMG-20200811-WA0018.jpg

     

    Crédit photo et vidéo Houssam Lababidi 

     

    Lire la suite

    Lien permanent 0 commentaire
  • Covid - La Tunisie résiste avec sagesse

    Imprimer

    IMG_20200805_122958_resized_20200809_092629032(1).jpgDjerba - Une belle surprise en partant en vacances en Tunisie, d'abord le sérieux avec lequel le gouvernement organise la prévention, prise de température dans les hôtels, à l'aéroport, dans les grands magasins et désinfectant partout. Le personnel a l'obligation de porter dans les zones touristiques  partout le masque appelé plus communément "la bavette".

    Pas d'hystérie collective, il est vrai qu'il y a très peu de cas comparé à plusieurs pays d'Europe, pour l'instant 1678 cas déclarés, 1259 guérisons et 64 décès pour presque 12 millions d'habitants et ce depuis le début de la pandémie. Les Tunisiens prennent ça avec une certaine distance et quand on leur demande comment ils expliquent le peu de cas, ils donnent leurs raisons que voici :

    ""alhamdulillah!" Dieu soit loué, nous avons l'harissa (un piment fort) et l'ail! Si chacun fait attention, alors on ne verra pas le Covid nous attaquer !" Cela dit, pour parler chacun baisse son masque mais le plus amusant c'est que l'autre en face pour mieux écouter le baisse aussi. Un peuple très communicatif ! Les gens se lavent déjà naturellement régulièrement les mains en entrant chez eux et se les frottent longuement jusqu'aux coudes, une habitude héritée de la préparation à la prière. Ils ont une seule crainte, c'est l'arrivée des Tunisiens de France, alors que d'autres touristes viennent aussi, mais ils pensent qu'ils sont moins disciplinés !

    Or, les hôtels sont restés totalement fermés pendant la quarantaine et ne répondaient même pas aux emails à distance, conclusion sans réponse beaucoup de voyageurs ont choisi d'autres destinations. Les  hôtels qui ont pu ouvrir affichaient presque complets. Comme l'Espagne, on pouvait voir sur des kilomètres des hôtels fermés donc des gens au chômage par milliers. Triste effet collatéral de la pandémie, un chômage sans précédent.

    Les touristes restent toutefois accueilli dans une  ambiance qui reste joyeuse et bon enfant et qui aère l'esprit pour de bon.

    Et en conclusion ce qui est bon pour l'homme est bon pour le chameau et vice versa car même les chameaux font de la prévention anti-coronavirus.

     

    @ crédit photo D.Chraïti/merci au  chameau appelé "Becha" et au chamelier qui a accepté de prendre cette photo sur mon initiative. Je reste entièrement responsable de cette photo. Le masque a été posé 4 secondes sur la partie supérieure du museau.

    Lire la suite

    Lien permanent 0 commentaire