153727

C'est quoi être un vrai écrivain ?

Imprimer

L-Enigme-de-la-Chambre-622.jpgLa lecture immonde de la critique du Monde sur la sortie du dernier livre du Genevois Joël Dicker « L’énigme de la chambre 622 » me laisse sans voix !

Un fleuve d’injures sous des oripeaux de critique littéraire, or, un souvenir étincelant me revient;  le poète solaire français, Saint-Pol-Roux, fuyant Paris - pour la forêt des Ardennes - ,  en 1898, et son snobisme  avec des mots durs à l’égard des critiques : « Les trous-du-cul, ce sont maints critiques modernes. Ils ont deux fesses, disons faces, l’une de miel pour les faiseurs d’ignominie, l’autre de fiel pour les beaux gestes du génie. Les trous-du-cul ce sont maints critiques modernes. Et ce qui sort de ces princes en us lorsque grince l’anus qui leur tient lieu de bouche, quelquefois, c’est du vent, des crachats plus souvent, de la merde toujours. » Rien de nouveau sous le soleil !

Les lecteurs aussi se sentent atteints par une telle critique du quotidien français , c’est aussi avilir ce qu’ils apprécient et les faire passer pour de mauvais lecteurs.

La vraie question, dans le fond, au-delà des prix que j’exècre ; haut lieu de copinage et de compromission, revoir l’affaire Gabriel Matzneff - largement soutenu par le journal le Monde celui-là même qui vient donner des leçons  - et son Prix Renaudot, c’est quoi être un écrivain ?

La réponse est simple, aimer écrire et être lu ! Deux critères entièrement remplis par Joël Dicker, alors oui, Joël est bien un écrivain qu’il n’en déplaise à quelques poseurs  parisiens qui ont de la peine à avaler notre couteau suisse aux mille techniques. Pour ma part, j’ai commandé trois livres dédicacés par lui pour des proches qui adorent ses livres « page turner .»

 Le snobisme est au monde littéraire parisien ce que les trous sont à l'emmenthal ! C.Q.F.D

 

Bonne lecture !

La lecture immonde de la critique du Monde sur la sortie du dernier livre du Genevois Joël Dicker « L’énigme de la chambre 622 » me laisse sans voix !

 

Lien permanent 5 commentaires

Commentaires

  • L'art est au service du capital. Dès que cela devient populaire, c'est suspect.

  • Les critiques sont fondamentalement des jaloux, qui n'arrivent à surmonter leur envie que s'ils peuvent devenir les promoteurs exclusifs d'auteurs qu'eux seuls lisent, et qui dépendent de leurs bonnes dispositions pour avoir des lecteurs.

  • A-t-il ou ont-ils pris la peine de le lire ?

  • https://www.youtube.com/watch?v=ixFeGyLrJ78

    "J'aime mon prochain, j'aime mon public
    Tout ce que je veux c'est que ça clique
    J'me fous pas mal des critiques
    Ce sont des ratés sympathiques
    J'suis pas un clown psychédélique
    Ma vie à moi c'est la musique"

    Des ratés sympathiques au Québec, pas en France. où ils sont visiblement des ratés antipathiques.
    PS. Vous avez vu la coiffure de Diane Dufresne ? Il a donc existé sur Terre quelque chose de pire que celle de Micheline Calmy-Rey...

  • "...sur la sortie du dernier livre du Genevois Joël Dicker « L’énigme de la chambre 622 »"

    Oui! Mais de quoi parle son livre? Djemâa? Un meurtre? une chambre d'hôtel?
    J'arrête là.... :)

Les commentaires sont fermés.