153727

Comment je suis devenue libraire (2)

Imprimer

IMG_20200423_133353_resized_20200424_093117082.jpgLibraire, un métier qui m'est tombé du ciel avec le confinement. Chaque jour, je mets à disposition une partie de ma bibliothèque en lecture à mes voisins et chaque jour j'amène une nouvelle sélection de livres. Hier, aux premières gouttes de pluie, j'ai dû courir récupérer  mes livres exposés sur la table, située à l'extérieur.

Tout y passe, Roth, Mario Vargas Llosa, Murakami, Dicker est en rupture de stock. Les bouquins de philo restent au chaud chez moi, à l'exception du Traité sur la tolérance de Voltaire et Comte-Sponville avec son "Bonheur désespérement." Je passe devant un voisin et lui propose mon choix du jour. C'est un grand gaillard, du type sportif et il me répond en riant :"La lecture et moi ça fait deux! Quand j'étais petit, on m'a diagnostiqué hyperactif avec un déficit de l'attention et je bouffais de la Ritaline, mais bon et lorsqu'il voit une voisine passer en short et micro débardeur en lui faisant un clin d'oeil, il me dit si vous avez un magazine porno, je ferais un effort!" - La voisine éclate de rire, un brin rougissante et ravie à la fois.  Moi, comme c'est mon nouveau métier, je garde mon sérieux et réfléchis à ce que je pourrais bien lui apporter. Je me souviens vaguement d'un livre sur "Eros - La vie amoureuse en Grèce ancienne" avec des illustrations suggestives et conclus qu'il ne faut pas juger le "lecteur" en souriant à moi-même. Mais, l'hyperactif a même réussi à écouter une de mes histoires jusqu'au bout et verser une larme.

Une autre voisine, me dit, - s'il vous plaît, proposez-moi un livre, mais rien de triste, car tout est trop difficile déjà, dit-elle, on ne sait déjà pas où on va comme ça , je préfère ne même pas y penser. Elle tient une enfant dans ses bras. - Apportez-moi, le livre que vous m'aviez recommandé!  En l'occurrence, Murakami, Kafka sur le rivage ou 1Q84. Je dois livrer à quelqu'un d'autre, au bord de la crise nerveuse, Sapiens de Harari.

Puis une autre voisine, à qui je proposais mes livres est à deux doigts de pleurer, voilà plus d'un mois qu'elle n'a vu ses parents. Elle avait davantage envie de se confier que de lire mes livres. Donc, j'ai fait la page blanche et ai tendu l'oreille grande comme un coeur. Elle m'a remercié pour cette écoute et je suis repartie avec mes livres sous le bras en songeant que le métier de libraire est aussi un peu celui d'assistante sociale et de sociologue.

 

Belle lecture à vous tous !

Puis une autre voisine, à qui je proposais mes livres est à deux doigts de verser des larmes, voilà plus d'un mois qu'elle n'a pas vu ses parents. Elle avait davantage envie de se confier que de lire mes livres. Donc, j'ai fait la page blanche et ai tendu l'oreille grande comme un coeur. Elle m'a remercié pour cette écoute et je suis repartie avec mes livres sous le bras en songeant que le métier de libraire est aussi un peu celui d'assistante sociale.

 

Belle lecture à vous tous !

Lien permanent 4 commentaires

Commentaires

  • En ces temps de soupe a la grimace, je vous recommande "Le reste de leur vie" ou "Le liseur de 6h27" de Jean-Paul Didierlaurent, un travailleur social et romancier francais tres facile et agréable a lire, tres intelligent aussi et surtout plein de joie de vivre et d`optimisme.

  • Bravo Madame pour votre action de prêter vos livres, d'offrir un peu de rêve et d'ouvrir votre cœur TOUT GRAND aux autres !!!

    Belle fin de journée et meilleurs messages

  • Ben, j’ai prêté un livre de Peyrefitte, je l’attends toujours......

  • « Plein de joie et d’optimisme »

    Mickey ferait mieux l’affaire :))))))))

Les commentaires sont fermés.