153727

Regards croisés

  • L’amour par-delà les frontières (2)

    Imprimer

    IMG-20200521-WA0007.jpgLa douane de Bossey, à l'heure des retrouvailles,  entre une Maman et son fils qui ne se sont pas vus depuis deux mois. "Vous vous rendez-vous compte Madame, me dit-elle, comment en vivant si près, je n'ai pas vu mon fils tout ce temps!"à deux doigts de verser une petite larme.

    Mais l'heure est à la fête;  un picnic royal posé sur les blocs en béton avec du fromage suisse et français: un Reblochon de Savoie et un Reblochon du Val d'Arve.

    La presse suisse au milieu des fromages avec le journal le Temps et la Tribune de Genève achetés à l'occasion pour la Maman qui vit de l'autre côté et le fiston manifestement heureux et qui arbore un t-shirt Miami Vice  de la féliciter :"Maman est devenue numérique depuis le début du confinement", elle hoche la tête, encore un peu secouée, "il a bien fallu apprendre à Zoomer, ma foi", soupire-t-elle ! Encore émue d'avoir dû apprendre à toute vitesse, heureusement qu'il y avait des jeunes pour montrer comment il fallait faire.

    Un jour radieux pour ripailler et pour se souvenir combien on s'aime malgré les frontières.

    Quant à moi, on se demande comment j'ai fait pour passer la frontière avec mon vélo alors qu'elle est fermée! C'est sans doute le troisième fromage qu'on ne voit pas posé sur la nappe jaune, l'emmental avec tous ses trous !

     

     

     

    IMG-20200521-WA0007.jpg

    IMG-20200521-WA0004.jpg

    IMG-20200521-WA0006.jpg

     

     

    Un autre témoignage sur la souffrance induite par la séparation des couples à cause de la frontière franco-helvétique

    https://www.linkedin.com/posts/martina-chyba-661abb154_je-fais-partie-des-couples-non-mari%C3%A9s-s%C3%A9par%C3%A9s-activity-6665291067652358144-Mgmc/

     

    Lire la suite

    Lien permanent 21 commentaires
  • L’amour par-delà les frontières

    Imprimer

    images.jpgS’il y a une chose intéressante à observer aujourd’hui, ce sont les postes-frontières fermés et toute l’activité qui s’y déroule malgré tout.

    Ce matin, un jeune à Croix-de-Rozon se rongeait les ongles côté suisse tandis que sa Maman escaladait la barrière depuis la France ,  aidée par des gens pour rejoindre le fiston, et à la voir se hisser difficilement, basculer de l’autre côté d’un mouvement lent et lourd prouvait qu’elle n’avait plus fait ça depuis sa prime enfance.

    Echanges d’œufs pondus du matin ou des cageots de légumes frais; les blocs en béton transformés en comptoirs de bar pour  taper le carton, échanger le verre de l'amitié franco-suisse, manger un sandwich sur le pouce, glisser quelques baisers furtifs, bambins qu’on passe par-dessus les barrières pour le donner à Papa ou Maman au nom du  respect de  la garde alternée.  Ces postes-frontières sont devenus des lieux de rendez-vous très courus.

    Mais encore, des alignements de voiture près des serres de Bossey et des gens qui traversent la frontière à pied,  à travers champs. Un matin, je me croyais dans une scène de "Chasse et Pêche", vous savez cette émission soporifique que vous regardez au-milieu de la nuit quand vous êtes pris d’insomnie. L’attente infinie d’un chasseur planqué derrière un arbre à guetter le faisan qui ne vous donne qu'une envie,  celle de retourner vous coucher le plus vite possible.  Un matin,  c’est ce que j’ai vu. Sortir du taillis un gendarme français caché à attendre les traverseurs des champs. J’avais l’impression de revoir ces scènes ennuyeuses de chasses au canard.

    Ces frontières en réalité sont un emmental qu’on traverse malgré le coronavirus. Des amoureux qui passent en douce rejoindre la dulcinée ou le dulciné de l’autre côté, tous les moyens sont bons : vélo, trottinette, à pied, l’amour donne des ailes et sous la barbe des douaniers. "Elle court, elle court la maladie d'amour"comme chantait Sardou.

    Alors voilà, la réalité,  c’est qu’il n’y a pas que les amoureux qui s’aiment, j’en connais plus d’un qui se languit, d’un frère, d’une sœur, d’une mère, d’un père, d’amis et j’en connais plus d’un qui pleure à chaudes larmes confiné en France ou en Suisse sans pouvoir aller à la rencontre de ceux que l'on chérit et qui vivent là-bas de l’autre côté.

    Un Mur de Berlin érigé entre nos frontières donne une idée précise de la violence des territoires morcelés et qui séparent les gens. "Aucune frontière ne vous laisse passer sereinement. Elles blessent toutes !"* On réalise à quel point les frontières n'ont rien de naturelle, elles viennent avec toute leur brutalité, de manière implacable et glaciale,  se poser comme une lame de couteau sur le territoire et diviser.

     

    *citation Laurent Gaudé

     

     

    Lire la suite

    Lien permanent 12 commentaires
  • L’Afrique laboratoire test grandeur nature 

    Imprimer

    EXhV4hKXYAwjCJM-1.jpgLes réseaux sociaux africains se partagent toutes les alertes sur les vaccins ; une défiance parlante en voyant cette femme menacer de la hache un infirmier qui veut pratiquer un vaccin sur un jeune homme. La dernière en date que j’ai reçue pas plus tard que hier : « Dans les villages éloignés d’Abidjan, des gens sont venus annoncer des vaccins pour lutter contre le coronavirus et qu’ils reviendraient. » Parfois des hommes et femmes en blouses blanches accompagnés de militaires viennent présenter des vaccins selon les rumeurs qui affolent la toile.

     

    Un réflexe anticolonial du Blanc qui vient s’attaquer aux Africains et profiter de lui ? D’où viennent ces craintes ? – Elles trouvent leurs premières racines dans des essais monstrueux pratiqués en Afrique du Sud, une défiance de la médecine des Blancs par opposition à la médecine traditionnelle et la crainte d’être associés à des cobayes.

    Pour mémoire L’Afrique du Sud a été le théâtre de nombreux crimes médicaux, notamment sous le régime de l’apartheid. Ceux de Wouter Basson sont restés impunis, malgré les centaines de témoignages et les milliers de documents à charge. Cet ancien chef du Projet Coast, l’unité d’armes chimiques et biologiques d’Afrique du Sud sous l’apartheid, est accusé d’avoir tué des centaines de Noirs en Afrique du Sud et en Namibie, de 1979 à 1987, notamment par injection de poisons et du virus du Sida. Autre traumatisme, en 1996, l’État de Kano, dans le nord du Nigeria, est ravagé par une épidémie de méningite. Le géant américain Pfizer profite de cette tragédie pour tester deux médicaments, le Trovan et la Ceftriaxone. Onze enfants décèdent. Mais encore une campagne anti-tétanos qui aurait masqué la stérilisation des femmes au Kenya et en Inde, en 2013.

    Mais encore l’OMS trop dépendantes financièrement des milieux économiques et de la Fondation Bill et Melinda  Gates entre autres. Son communiqué du 7 mai 2020 alarmiste prévient : « Près de 190 mille personnes pourraient mourir du Covid-19 en Afrique si la maladie n’est pas maîtrisée.» En l’occurrence, l’Afrique semble mieux s’en sortir que l’Europe ou les Etats-Unis. Ce qui fait dire aux Africains : » gardez votre vaccin chez vous, vous en avez davantage besoin que nous ! »

    Le Malawi et le Kenya ont été choisis pour devenir zone test pour un carnet de vaccination injecté sous la peau, permettant à des nanoparticules encapsulées des vaccinations sous-cutanées. Elles émettraient une lumière fluorescente bleue invisible à l’œil nu mais que n’importe quel Smartphone pourrait détecter et savoir si vous êtes vacciné ou pas. Un projet financé par la Fondation Bill et Melinda Gates et qui poursuit son sondage dans d’autres pays d’Afrique et au Bangladesh pour savoir s’ils seraient prêts à renoncer aux cartes de vaccinations.

    Une crainte qui se comprend et se partage aisément, ici même en Europe on se demande si le vaccin anti-coronavirus ne deviendra pas obligatoire pour voyager par exemple. De nombreux pays pourraient l’exiger comme des vaccins anti-malaria ou fièvre jaune pour se rendre dans certains pays.

    Le débat ne fait que commencer, il serait temps de s’assurer que des commission d’éthique indépendantes surveillent ces velléités de vacciner à tout va et en attendant surveillons ce qui se passe en Afrique pour savoir à quelle sauce nous risquons tous d’être dévorés, à notre tour. Et n'oubliez pas le credo  :"personne ne sera oublié!- No one will be left behind",  c'est ça qui nous inquiète très précisément.

     

    https://www.afro.who.int/fr/news/nouvelles-estimations-de-loms-pres-de-190-000-personnes-pourraient-mourir-de-covid-19-en

     

    Kenya et Malawi  Zone test pour un carnet de vaccination injecté sous la peau -  Le Monde

     

    https://www.lemonde.fr/afrique/article/2019/12/19/le-kenya-et-le-malawi-zones-test-pour-un-carnet-de-vaccination-injecte-sous-la-peau_6023461_3212.html

     

    Stérilisation en Inde et au Kenya

    https://www.cnews.fr/sante/2014-11-14/sterilisations-linde-et-le-kenya-touchees-par-deux-affaires-694678

    https://www.cqv.qc.ca/coronavirus_vaccin_et_sterilisation 

     

    Ces Africains qui ont peur d'être des cobays/Monde Afrique

    https://mondafrique.com/coronavirus-ces-africains-qui-ont-peur-detre-des-cobayes/

     

    L'Afrique cobaye de Big Pharma/Monde diplomatique 

    https://www.monde-diplomatique.fr/2005/06/CHIPPAUX/12513

     

    Quelques lanceuses d'alerte

    Genève au coeur de la mondialisation

    https://www.youtube.com/watch?v=ffRjSk4KlIs

    The global health mafia

    https://www.youtube.com/watch?v=yp7m3onW54s

     

    Les financiers de The One Campaign 

    https://www.one.org/fr/infos/nos-finances/

     

    GAVI - The Vaccine Alliance

    https://www.gavi.org/fr/notre-alliance/a-propos

     

    Un partenariat financier solide

    The Power of Partnership

    Gavi’s impact draws on the strengths of its core partners, the World Health Organization, UNICEF, the World Bank and the Bill & Melinda Gates Foundation, and plays a critical role in strengthening primary health care (PHC), bringing us closer to the Sustainable Development Goal (SDG) of Universal Health Coverage (UHC), ensuring that no one is left behind.

     

    Qui y-a-t-il derrière l'Université Johns Hopkins experte en traçage des patients aussi financée par la fondation Bill et Melinda Gates?

    https://www.bfmtv.com/sante/coronavirus-qu-y-a-t-il-derriere-l-universite-johns-hopkins-experte-en-tracage-des-patients-1882505.html

    L'université Johns Hopkins - organisateur de l'Event 201 - qui a lancé la carte mondiale interactive du coronavirus a en début 2019 été interpellée par , la justice américaine qui a accepté d'ouvrir un procès visant l’Université Johns-Hopkins, ainsi que le Rockefeller Center, pour leur rôle dans un programme expérimental mené dans les années 1940 par les États-Unis au Guatemala. Près de 700 cobayes, dont des enfants, s'y étaient vus inoculer la syphilis, afin de tester l'efficacité de la pénicilline contre les maladies sexuellement transmissibles. 

    Un nouveau projet OMS "Nous devons entrer dans les maisons et retirer les membres de leur famille" et les isoler.

    https://www.youtube.com/watch?v=JxzALWtU4RY 

     

     

    Lire la suite

    Lien permanent 7 commentaires
  • Hannah Arendt à notre rescousse

    Imprimer

    DJDpUK1JA1wJPsySc_W-Otrppe7ZxtJcAFkKg0ZFKZjiVn5_xq6B_wzjUSugifFfdR32SVEpPEAgar-PBgHfjkHkuXVhkiC3Yfj7bmf9-iz36wYlZIZOHvX-oQ_xw32WTg.jpgEn cette période trouble, un excellent article signé Jean-Marc Dupuis, fait référence à Hannah Arendt et la manipulation de l’information dans les régimes totalitaires.

    Sacrifice de la vérité, comment les régimes totalitaires prennent un pouvoir « total » sur les individus en les arrosant d’informations contradictoires jusqu’à ce qu’ils n’aient plus aucun moyen de savoir où se trouve la vérité.

    Les médias nous offrent un déluge d’informations contradictoires et incohérentes mêlant le vrai et le faux jusqu’à ce que plus aucune personne ne puisse savoir de bonne foi ce qu’il fallait penser. Une foule de porte-paroles se mettent à parler tous en même temps sans plus savoir « quelle est la parole d’Etat .»

    Plus personne ne sait que penser, et lorsqu’il n’y a plus de vérité, il n’y a plus de réalité.

    “Quand tout le monde vous ment en permanence, le résultat n’est pas que vous croyez ces mensonges mais que plus personne ne croit plus rien. Un peuple qui ne peut plus rien croire ne peut pas se faire une opinion. Il est privé non seulement de sa capacité d’agir mais aussi de sa capacité de penser et de juger. Et, avec un tel peuple, vous pouvez faire ce que vous voulez”, disait Hannah Arendt.

    Cette confusion, aujourd'hui dans le cadre de la lutte contre le Covid-19,  peut permettre l’instauration du tout contrôle et du sacrifice des libertés individuelles sans que personne ne se rende compte de quoi que ce soit. C’est le moment le plus dangereux et le plus propice  où tout et n’importe quoi, tout et son contraire peut être instauré face à des personnes « sidérées » par la masse d’information et de désinformation distillées en flux continu.

     

    Lire la suite

    Lien permanent 13 commentaires
  • Des choix de la Spiritualité

    Imprimer

    Mon invité Ioan Tenner penseur, panseur,  et philosophe

    Voir que tu construis une cathédrale en taillant une pierre est spiritualité ; chercher la Vérité au tréfonds de l’Univers, aussi.

    Esprit, âme, raison, conscience ?

    jesusstatue_rio_lhjan2018-675x381.jpgMon compas trace large ouvert, mes bras, aussi. L’Esprit1, est la vie qui s’est rendu compte qu’elle est. Sentients, capables de nous examiner et de juger, nous sommes notre esprit, notre âme, comment se passer de ce mot ? Cette entité consciente de soi, est impalpable à ce jour. Est-elle faculté, fonction de la matière vivante, phénomène vécu ou essence immatérielle, étincelle de souffle divin ? La dispute va continuer, longtemps... Certes, notre esprit est quelqu’un, une identité qui peut dire « moi » ou « nous » ; il n’est pas chose fabriquée. Pareil au vivant dans lequel il habite -qui donne naissance à la nouvelle vie – lui, il agit et crée ce qui n’était pas avant2. Sur Terre, seul l’esprit est donneur de noms3, faiseur des langues et d’art. Mon souffle vital, pneuma, anima, âme, psychisme, « vie mentale », est-il périssable ou immortel ? Accordé par la Divinité ou surgi de l’évolution de la Matière ? Je ne le sais... le fait est que nous ressentons cet état, nous sommes cet état sans pareil. Nous éprouvons, chacun, directement, à la première personne, le goût de ce qu’est être sciemment quelqu’un4, sentir joie et douleur, juger, vouloir, désirer... Sans lui nous ne sommes personne.

    * The Christ the Redeemer statue in Rio de Janeiro in April 2017. (Image: Robert Nyman )

    -------------------------------------------

    1 Une investigation de ce qu’est la vie spirituelle doit commencer par une idée de ce qu’est l’esprit, car c’est dans ce creuset qu’elle émerge et évolue, même si tout ce qui est activité de l’esprit n’est pas nécessairement sensibilité spirituelle. Ce que j’appelle ici spiritualité est la phénoménologie, les manières, la dont la sensibilité du vivant vit le monde.

    2 Les Hommes, étant doués d’esprit, jugent avec intention et valeurs, forment de nouvelles idées et artefacts, choisissent, commencent de nouveaux cours d’action. Pour cette « nouveauté » qu'on ne peut pas contrôler, voir Arendt, Hannah, The Human Condition, Univ. of Chicago (Chicago, 1958,1998) et Arendt, Hannah, Life of the Mind (Harcourt, 1981) passim

    3 Platon, Cratyle : donneur de noms ou onomaturge, créateur des mots – ces choses qui qui désignent l'essence des autres choses

    4 Voir Thomas Nagel, Quel effet cela fait-il d'être une chauve-souris ? In Vues de l'Esprit, Hofstadter, D., & Dennet D, (Eds) 1981, 1987

     

    La suite du  texte de Ioan Tenner in Wisdom Tenner.

    http://wisdom.tenner.org/des-choix-de-la-spiritualiteacute.html

    Lire la suite

    Lien permanent 0 commentaire
  • Devenir des mystiques ! Redevenir des bâtisseurs de cathédrales

    Imprimer

    e8eb2c621c777de15beb45357726b93a.jpgLes bâtisseurs des cathédrales ont été chassés après le Moyen-Âge par le dogme et la scolastique religieuse catholique, puis effacés par la Renaissance, considérés comme trop mystiques, trop proches de l'ésotérisme égyptien,  trop de symboles druidiques et nordiques, trop d'alchimie; les sûfis par l’Islam intransigeant, l’animisme par la rationalité cartésienne. Tout n’est plus que raison contre intuition, tout n'est plus que Discours contre expérience mystique.

    Et nous voilà avec notre rationalité réduits à du dogme, à des connaissances limitées et des avis que l’on croit toujours mesurables et anticipatoires et on croyait si bien tout savoir qu’on en a oublié l’Essence, voire l’essentiel ! La partie invisible de nos énergies toutes puissantes.

    Dans cette psychose Covid-19 qui est devenue la nôtre, il y a une dimension qui nous a échappée c’est de la dimension sensible, l’intelligence émotionnelle, celle qui nous reconnecte avec le Mystère et qui par-delà nous reconnecte avec la dimension universelle et cosmique, celle qui nous permet de nous recentrer et d’oser vivre et de lutter sainement.

    La perte des symboles et leur signification nous limitent, il suffit d’un moindre caillou dans le rouage de notre rationalité et tout s’effondre. Comme des moutons de Panurge ou des Lemmings on saute dans le vide, les yeux fermés en hurlant de terreur !

    Pourquoi redevenir des mystiques ou des bâtisseurs de cathédrales ? C’est naturellement une métaphore du dépassement, remettre le sens au cœur de nos existences, se redéployer vers la Connaissance à travers une quête qui peut prendre des formes variées et diverses.

    Redevenez, des bâtisseurs de cathédrales, des mystiques visionnaires, des gens qui cherchent le sens profond à travers les mystères les plus profonds, qui ne donnent aucune réponse mais invitent à se questionner et grandir au fur et à mesure qu’on avance ; comme l’expansion de l’Univers, plus on interroge plus la dimension infinie s’offre à nous. 

    «  Arrêtez d’agir si petit, car vous êtes l’univers en mouvement extatique. » Rûmi

     

     

     

     

    Lire la suite

    Lien permanent 0 commentaire
  • Comment je suis devenue libraire (2)

    Imprimer

    IMG_20200423_133353_resized_20200424_093117082.jpgLibraire, un métier qui m'est tombé du ciel avec le confinement. Chaque jour, je mets à disposition une partie de ma bibliothèque en lecture à mes voisins et chaque jour j'amène une nouvelle sélection de livres. Hier, aux premières gouttes de pluie, j'ai dû courir récupérer  mes livres exposés sur la table, située à l'extérieur.

    Tout y passe, Roth, Mario Vargas Llosa, Murakami, Dicker est en rupture de stock. Les bouquins de philo restent au chaud chez moi, à l'exception du Traité sur la tolérance de Voltaire et Comte-Sponville avec son "Bonheur désespérement." Je passe devant un voisin et lui propose mon choix du jour. C'est un grand gaillard, du type sportif et il me répond en riant :"La lecture et moi ça fait deux! Quand j'étais petit, on m'a diagnostiqué hyperactif avec un déficit de l'attention et je bouffais de la Ritaline, mais bon et lorsqu'il voit une voisine passer en short et micro débardeur en lui faisant un clin d'oeil, il me dit si vous avez un magazine porno, je ferais un effort!" - La voisine éclate de rire, un brin rougissante et ravie à la fois.  Moi, comme c'est mon nouveau métier, je garde mon sérieux et réfléchis à ce que je pourrais bien lui apporter. Je me souviens vaguement d'un livre sur "Eros - La vie amoureuse en Grèce ancienne" avec des illustrations suggestives et conclus qu'il ne faut pas juger le "lecteur" en souriant à moi-même. Mais, l'hyperactif a même réussi à écouter une de mes histoires jusqu'au bout et verser une larme.

    Une autre voisine, me dit, - s'il vous plaît, proposez-moi un livre, mais rien de triste, car tout est trop difficile déjà, dit-elle, on ne sait déjà pas où on va comme ça , je préfère ne même pas y penser. Elle tient une enfant dans ses bras. - Apportez-moi, le livre que vous m'aviez recommandé!  En l'occurrence, Murakami, Kafka sur le rivage ou 1Q84. Je dois livrer à quelqu'un d'autre, au bord de la crise nerveuse, Sapiens de Harari.

    Puis une autre voisine, à qui je proposais mes livres est à deux doigts de pleurer, voilà plus d'un mois qu'elle n'a vu ses parents. Elle avait davantage envie de se confier que de lire mes livres. Donc, j'ai fait la page blanche et ai tendu l'oreille grande comme un coeur. Elle m'a remercié pour cette écoute et je suis repartie avec mes livres sous le bras en songeant que le métier de libraire est aussi un peu celui d'assistante sociale et de sociologue.

     

    Belle lecture à vous tous !

    Lire la suite

    Lien permanent 4 commentaires
  • Désenclaver la mort

    Imprimer

    unnamed.jpg Mon invitée - Franceline James 

    Son credo : l'éternité c'est maintenant ! Elle aime la vie par-dessus tout et la sienne a été bien remplie.  Médecin, psychiatre-psychothérapeute FMH, spécialisée en ethnopsychiatrie .

    Le but de la médecine est de protéger, de sauver la vie. Elle ne saurait y renoncer sans se renier.

    Pour autant, la mort – ma mort -- ne lui appartient pas !

    Pas plus que mes organes, d’ailleurs. Je m’élève fermement contre l’obligation légale faite à tous d’être donneur par défaut ».

    La vie requiert d’autres critères que ceux de la médecine pour être pleinement vécue. En particulier celui de la liberté. Ma liberté est de regarder ma mort en face quand celle-ci se présentera.

    Je réclame donc de désenclaver la mort des critères médicaux liés au sauvetage de la vie à tout prix.

    Tout le discours socio-politique concernant l’épidémie de Corona-virus est subordonné à ces critères. Quand mon heure se présentera, qu’on me laisse donc mourir tranquille !

    Si la vie m’est infiniment précieuse, c’est parce qu’elle est sous-tendue par le mystère de sa fin. C’est ma question – pas celle de la médecine.

    Ma vie : je n’ai pas plus choisi son début que je ne choisirai sa fin. Seul est mien l’infini du présent, qui m’appartient de plein droit. La médecine n’aura son mot à dire que si je le lui demande.

    Remplissons tous nos Directives anticipées et mettons-les à jour périodiquement (elles sont sûrement différentes quand on a 30 ans, 50 ans ou 75 ans). Que les médecins s’engagent à les respecter si je dois être hospitalisée.

    Née pour le mystère de la mort, je n’ai que faire de l’esclavage du bien-être qu’on veut m’imposer de toutes parts. Que ce soit en sautant en parachute (ça, c’était quand j’étais jeune), ou en vivant la totalité du moment présent (ça, c’est le privilège de l’âge), je veux regarder ma mort en face. Par Dieu, qu’on me laisse rentrer chez moi ! (Michel VIALA, Genève, 1979).

    De quel droit la médecine pourrait-elle me déposséder de ce qui justement ne m’appartient pas ?

     

    Lire la suite

    Lien permanent 1 commentaire
  • Comment je suis devenue libraire

    Imprimer

    IMG_20200423_133353_resized_20200424_093117082.jpgC'est   amusant de constater comment le confinement nous ouvre à de nouvelles orientations. Hier, je me promenai devant chez moi, et deux enfants vinrent me dire que Papa est vraiment casse-pieds :

    - On a deux télévisions, une dans la chambre de Papa et Maman et une au salon et bien Papa, lui,  il décide de regarder la TV au salon et nous on peut plus regarder ce qu'on veut. On devait aller chez notre grand-mère à Moulins qui devait nous donner des livres et maintenant on n'y va plus !

    Alors je leur ai proposé une sélection de livres entre autres Alphonse Daudet  "Lettres de mon moulin" et voilà pas qu'une autre voisine me dit avoir tout lu et n'avoir  plus rien à se mettre sous la dent. Ni une, ni deux, je file chez moi et parmi les six cents ouvrages en choisis une vingtaine, puis ma voisine de palier, avec un petit clin d'oeil, m'invite à lui montrer ma sélection avant d'apporter tous les livres sur une table située à l'extérieur de l'immeuble dans un jardin commun. Puis un autre voisin bien attentionné m'a dit, - après m'avoir raconté sa passionnante vie,  - qu'il allait trouver une solution pour protéger les bouquins exposés en cas de pluie. 

    Maintenant, j'ai passé ma soirée à faire une sélection de livres pour le lendemain et en fin de journée je récupèrerai ceux qui n'ont pas été choisis. J'ai hésité à proposer Eichendorff "Scènes de la vie d'un propre à rien" en version bilingue, avec le confinement et cette sensation de vacuité, j'ai préféré confiner Eichendorff à la maison.

    Voilà comment on s'invente un nouveau métier ! Mais finalement ce n'est pas déplaisant, c'est même très amusant et pour finir, je revois toute ma bibliothèque et relis des oeuvres totalement oubliées . Quant à mes voisins, ils bénéficient d'une description des ouvrages et des "coups de coeur" de la libraire que je suis devenue par la force des choses.

     

    Lire la suite

    Lien permanent 0 commentaire
  • Courage, vivons !

    Imprimer

    cape-verde-320790_1280-1080x675.jpgVoilà un mois, que je ne cesse de dire aux gens d’arrêter d’avoir peur et que le risque zéro n’existe pas à moins de se retrouver "en sécurité totale dans un cercueil !"

    Il a fallu se confiner, vivre avec soi, défendre l’éloge de la lenteur, s’éloigner de ses proches, se rapprocher de ses voisins parmi lesquels, les plus âgés.

    Maintenant, il est temps de se « déconfiner » parce que la vie continue. On n’a pas coupé les cheveux en quatre et on commence directement avec l’ouverture des salons de coiffure et qui va s’y rendre ? Je vous le parie. Des gens comme ma mère qui attendent ça depuis un mois « pour aller chez son petit coiffeur, ou sa petite coiffeuse ! ». Et bien voilà, on ne leur dira pas : « Vous les vieux, vous restez chez vous ! ». Allez-y et n’oubliez pas les consignes de sécurité, c’est tout ce qu’on pourra leur dire.

    Nous avons beaucoup appris en peu de temps, mais avons aussi oublié que les virus ont existé bien avant nous, ils sont à l’origine de la vie. Il va falloir faire avec comme nous le faisons depuis plus de 300'000 ans.

    Il ne disparaîtra pas, on composera avec dans la plus grande prudence, étape par étape. Et tous ceux qui espéraient faire un juteux business avec des projets mortifères comme  contrôler, surveiller, punir, vacciner à tour de bras, s'effaceront naturellement du paysage avec notre rage de vivre.

    Parce que la vie continue, nous lui tenons fermement la main et sortons pour ne pas mourir ni d’ennui, ni de peur, ni alcooliques, ni battus à mort, ni dépressifs, ni déconfits, nous sortirons parce que nous sommes des êtres vivants et gardons confiance en la vie.

     

    -------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

    Occupons-nous non seulement de ce qui a sur la tête mais dans la tête aussi.

    Et assurons-nous dans la foulée que les petits commerces tels que les librairies continuent  aussi à exister :

    LivreSuisse vient de lancer une pétition  pour plaider pour une réouverture des librairies dès le 27 avril, soit en même temps que les grandes surfaces qui seront autorisées à offrir l’intégralité de leurs rayons à leur clientèle, y compris les livres, stop à la concurrence déloyale !

     Aidez-nous à diffuser cette pétition en relayant dans vos réseaux le lien:

     

    http://chng.it/shvWWVq8vY

     

     

    Lire la suite

    Lien permanent 8 commentaires