12/02/2010

LA SERPILLIERE HUMAINE

images.jpgLA SERPILLIERE HUMAINE

8h20- Sous la neige, je roule lentement en écoutant la radio. Un journaliste parle d'une enquête sur l'Afghanistan, les pneus crissent sur la glace, je ralentis prudemment . D'une oreille distraite, j'entends :"Guantanamo, Bagram, tortures, serpillières humaines, corps enduits d'encaustique et utilisés comme serpillières sur sols mouillés d'urine. Les tortures font le lit du terrorisme en Afghanistan...." - La voiture glisse, en imaginant cette scène d'horreur, j'ai spontanément appuyé sur le frein d'une manière brusque, je retiens mon souffle ! .......... Et depuis je m'interroge.

Pour les torturés on imagine les traumatismes, ils seront marqués à vie, plongeront dans une pathologie ou deviendront à leur tour des terroristes. Confusion sur les identités, un des prisonniers,  parmi tant d'autres erreurs,  avait le malheur de porter le même nom et prénom qu'un gars recherché. Pour certains américains légèrement analphabètes Abdul et Abdullah, c'est kif-kif ! C'est donc Abdullah, jeune enseignant,  qui sera torturé pendant trois ans en lieu et place de Abdul.

Pour les bourreaux, on sait ce qui se passe aussi. On dénombre un taux élevé de suicidés parmi les soldats de retour d'Afghanistan, de dépressifs, de fous violents ! Le  Viet-Nâm est encore présent et  hante comme un fantôme la conscience américaine, les mémoires sont bien courtes,  et pourtant on  ne sait plus qu'en faire des grands traumatisés de retour de cette autre guerre. Ceci démontre aussi que nous ne sommes pas constitués pour intégrer l'inhumain malgré la propagande et le lavage des cerveaux, à quelque part nous sommes et restons humains dans cette unique dimension qui est la nôtre.

Comment un pays peu importe le drapeau laisse ses soldats sous l'uniforme, censés représenter leur pays et les valeurs de leur nation s'engluer dans des pratiques qui non seulement tuent l'ennemi mais les achèvent aussi ?

Comment ces pays peuvent envoyer s'auto-mutiler leurs soldats en les laissant plonger dans des pratiques perverses qui transformeront les victimes en bêtes sauvages et ceux qui les pratiquent en loques humaines ?

Lorsqu'on voit la souffrance de part et d'autre, ceci nous rappelle qu'au-dela de la culture, des frontières, des traditions et de la religion, nous sommes définitivement liés les uns aux autres :  Ô vous, frères humains ! Détruire, humilier, achever, nous détuit, nous humilie et nous achève !

Nous sommes, en effet,  le miroir de l'autre, bien le traiter c'est se respecter  et cela même en temps de guerre , il existe bien  une  convention contre la torture et autres peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants qui interdit de tels sévices.

Force est de constater que de nombreux pays utilisent encore cette convention comme d'une  loque à reloqueter ce qui permet encore d'utiliser des humains comme serpillières à encaustiquer les sols.

 

 

 

 

11:27 | Tags : bagdad, torture | Lien permanent | Commentaires (8) | |  Facebook | | |