30/09/2014

Les combattante Kurdes, la terreur des Islamistes

YPJ21_0.jpgQui aurait cru que ce sont des femmes qui feraient trembler de peur les djihadistes et pour cause s’ils meurent sous leurs balles, adieu les soixante-dix houris du  Paradis. Les soldats portent une clé autour du cou qui leur donnera accès aux vierges célestes mais selon leurs croyances seulement s’ils tombent dignement sous la balistique masculine.

Ces peshmergas les terrorisent, et  quant à elles, elles  ne reculent devant rien, elles préfèrent sauter du haut de la montagne qu’être violées ;  plusieurs d’entre elles sont mortes récemment ensemble en se jetant du haut d’un rocher alors qu’elles étaient assiégées par des  djihadistes.

Selon l’une des peshmergas, luttant à la frontière syrienne, “ces hommes se pensent supérieurs, en droit de réduire les femmes à l’esclavage, mais ils tremblent comme des feuilles mortes à la simple vue d’une silhouette féminine sur le champ de bataille”.

Dans la guerre qui fait rage en ce moment entre l’Etat Islamique et les forces kurdes, soutenues depuis peu par l’Occident, il est une fraction de l’armée qui combat les djihadistes dont on ne parle pas assez. Depuis les années 1990, les autorités kurdes sont les seules à s’être dotées d’un corps d’armée exclusivement féminin. Contre des combattants islamistes ne reconnaissant aucun droit aux femmes, et encore moins celui de se battre sur un champ de bataille, il s’agit là d’une arme de choix.

 

 YPJ22_0.jpgUne armée vieille de plus de vingt ans

La création d’un corps d’armée féminin kurde date des années 1990. C’est en Turquie, au sein du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK) d’Abdullah Öcalan qu’il est apparu pour la première fois en 1995. Pour le leader du mouvement indépendantiste kurde, “la paix des Kurdes passe par les femmes”. Cette initiative a permis au mouvement d’élargir son soutien féminin, passant de quelques intellectuelles au milieu des années 1980, à 2000 femmes issues de tous les milieux sociaux parties rejoindre l’armée du PKK dans les montagnes de l’Est de l’Anatolie. Sur une armée de 6000 âmes, cette participation n’est pas négligeable, et témoigne d’une véritable volonté d’émancipation de la part de ces femmes prêtes à se battre pour leur cause.

 

Cette spécificité kurde ne s’est pas cantonnée à la fraction turque de l’aire de peuplement kurde, et c’est particulièrement intéressant au vu des événements actuels au nord des territoires syriens et irakiens. En Irak, les femmes combattantes se sont organisées depuis le 18 novembre 1996, mais ne sont pas aussi nombreuses que dans les montagnes turques. Ces 550 soldates, totalement intégrées à l’armée régulière kurde composée de 200 000 peshmergas, se battent aux côtés de leurs frères masculins sans qu’aucune distinction ne soit notable. En Syrie, ce sont les Unités de défense du peuple (YPG) qui encadrent les forces armées kurdes. Le journaliste Hamid Messoud de France 24 est allé suivre les femmes qui y combattent une dizaine de jours au mois de juillet. Elles ne représentent pas moins de 40 % des 40 000 soldats qui se battent contre les forces islamiques à la frontière syro-irakienne.  Le journaliste témoigne de la volonté de ces femmes de ne pas être différenciées de leurs compères masculins: à la guerre comme à la guerre, aucune raison de traiter qui que ce soit avec une régime spécial. Ceci dit, pour beaucoup d’entre elles, le combat contre les forces de l’Etat Islamique est d’autant plus important qu’il représente une lutte pour la condition féminine contre l’oppression et l’aliénation de la femme, incarnée selon elles par des islamistes qui voudraient les “ramener au Moyen-Âge”.

Et espérons qu’elles ne termineront pas après la guerre  comme leurs consoeurs algériennes qui ont activement participé à la lutte pour l’indépendance de l’Algérie ou celles qui ont participé au Printemps arabe et dorénavant reléguées  aux oubliettes. 

"hommes au pouvoir,  femmes au battoir  ! 


DES COMBATTANTES KURDES LIRONT CE PAPIER VEUILLEZ LES ENCOURAGER SVP. ELLES SE SENTENT TRES SEULES DANS LEUR COMBAT . MERCI ! 


Source http://aujourdhuilaturquie.com/fr/les-femmes-kurdes-larme...

 

PHOTOS PHOTOGRAPHE REPORTER  VALERIE LABADIE

00:12 | Tags : kurde, pkk, islamistes, djihadistes, syrie, peshmergas. | Lien permanent | Commentaires (5) | |  Facebook | | |

15/02/2012

La Syrie, ses armes chimiques et ses pigeons voyageurs

Pigeon[1].pngLe  régime syrien est accusé d'avoir utilisé des armes chimiques prohibées, notamment à Homs. La  communauté internationale doit réagir de toute urgence pour mettre un terme au bain de sang en cours dans ce  pays.  L'ancien vice-président Abdelhalim Khaddam l'avait déjà annoncé sur la chaîne " Al Arabiya », dorénavant les armes chimiques sont utilisées comme armes de guerre.

Un officier a corroboré les dires de Monsieur Khadda, Les forces de sécurité loyales au dictateur Bachar Al-Assad ont effectivement utilisé des armes chimiques contre les rebelles syriens, sous la supervision d'experts iraniens et russes, a déclaré l'officier syrien, le  capitaine Abd al-Salam Ahmed Abdoul Razek,  celui-ci   a notamment déserté l'armée d'Assad.

Gaz  innervants et  neurotoxiques utilisés sous la supervision d'experts russes et iraniens qui expliquent comment utiliser ses armes chimiques, armes interdites du reste par les conventions internationales et utilisées à Homs et ailleurs.

La ville de Homs entièrement assiégée et transformée en grande prison  fait appel comme autrefois à des pigeons voyageurs pour communiquer entre les différents quartiers "Merci Bachar de nous avoir fait revenir au Moyen-Age" clame un opposant.

Oui, Bachar Al-Assad a  ramené la Syrie,  au Moyen-Âge, à l'âge de la barbarie la plus féroce.

A quand le retour des colombes de la paix ?

 

© photo montage

 

repris sur mon autre blog http://tangalle.hautetfort.com/

 

12:05 | Tags : syrie | Lien permanent | Commentaires (4) | |  Facebook | | |