153727

17/08/2010

Blé amer

ble_prix_or_1.jpgLa canicule en Russie et  les incendies ont décidé le gouvernement à imposer l'embargo sur les exportations de blé,  du 15 août jusqu'au 31 décembre, ce qui a eu pour effet   d'amener le cours du blé à son plus haut niveau.  Un emballement généralisé s'est produit suite à cette décision.  La Russie produit le 8% du blé mondial, il est le 3 ème exportateur mondial.  Conséquences, le prix de la farine, du pain, des pâtes grimpera irrésistiblement . On ne craint pas trop de pénurie du côté des pays riches qui ont assuré une provision importante, tirant leçon de 2007, les silos sont pleins à craquer,  toutefois du côté des pays pauvres dont les réserves sont quasi inexistantes, les plus démunis verront les prix exploser.

Les cours annonçaient déjà un bond de 45% en début juillet. Les mouvements frénétiques  commencent, une compagnie de fertilisants canadiens tente de racheter une société céréalière en Australie. Le blé coûte aujourd'hui 80% plus cher qu'il y a un mois, alors qu'il n'y a pas de pénurie. Les transactions vont bon train, elles ont doublé depuis l'embargo russe.   Pourtant, les spécialistes s'accordent pour dire qu'il n'y a pas de pénurie mondiale en vue, les stocks de blé dans le monde étant largement suffisants. Les auteurs de ces transactions sont des fonds d'investissements financiers et des banques (principalement d'Outre Atlantique) quasi ou totalement inconnus sur ce type de marché auparavant.  "Les spéculateurs ont trouvé leur nouvelle Grèce", constate et accuse  Marc Tarabella, eurodéputé et membre de la commission agriculture.

Face à des augmentation importantes, on verra réapparaître des émeutes de la faim dans les pays pauvres semblables à celles de 2007-2008  face à la flambée des produits alimentaires, plus de 53 % au premier trimestre 2008.

 Les spéculateurs s'amusent et s'enrichissent, les pauvres trinquent !

10:14 | Tags : solidarité | Lien permanent | Commentaires (7) | |  Facebook | | |