153727

12/01/2012

"Pour voir la lumière, il faut sortir la tête du cul du chameau "

chameau-4.jpgUn an après le début de la  révolution des pays du printemps arabes avec la Tunisie en chef de file,   que dire ? Une joie timorée, beaucoup de vigilance et très très loin de l'euphorie.  Une Révolution n'est que les prémices d'un chantier où tout est à reconstruire. Des années s'écoulent avant de voir émerger les premières constructions solides. Le lendemain de la Révolution française de 1789 , ce sont des charettes surchargées d'humains que l'on voyait traverser la ville et  qui menaient les défenseurs de liberté à la guillotine.  On pouvait apercevoir avec horreur,  des  morts flotter par centaines et cela durant des mois  ;  la Terreur s'était installée et cela au nom de la Révolution qui se fêtait sur des corps de suppliciés exposés sur la place publique.

La « Terreur » des pays arabes serait le tentative d'entraîner ces pays fraîchement libérés du joug des dictateurs vers  un obscurantisme qui n'aurait rien à envier aux prédécesseurs et cela avec des méthodes identiques ; les personnes changent mais pas les rôles ,

Dans les pays du printemps arabes, nous n'avons pas d'autruches  qui auraient pu se mettre la tête dans le sable; fort heureusement il y a un bon vieux proverbe bédouin qui fera parfaitement l'affaire : "Pour voir la lumière, il faut sortir la tête du cul du chameau "

Certes, si prosaïque mais si imaginé qu'il n'est pas nécessaire d'avoir passé un doctorat en biochimie pour deviner le sens caché de cet adage populaire.  Un enfant  en maternel  comprendra d'instinct,  qu'il fait bien noir,  là -dedans et que pour avoir un peu de lumière, il faudrait la sortir cette tête.

L'obscurantisme équivaut à se retrouver dans le cul d'un chameau, un regard court, épais, impossible de tourner la tête ni à gauche, ni à droite, pris dans les noirceurs immondes et malodorantes, celui qui même malgré la plus grande passion du monde ne peut décrire que ce qu'il voit :  un trou profond, obscur et abject.

Ainsi,  l'obscurantiste est  l'aveugle si sûr de sa science qui croit que ce qu'il voit est l'unique vérité et prêt à vous la matraquer à coups de sermons sentencieux quand ce n'est pas à coups de matraque. Un rétrograde qu'on invite de toute urgence, pour son bien et celui du monde, à  revenir à l'ère des Lumières, de la tolérance, de la culture ouverte sur le monde et sur les autres et à revenir bénéficier des lumières  du XXI ième siècle.

Quant à nous autres, plus sages, plus  éclairés et plus lettrés ,  nous refusons de mettre, à notre tour, la tête dans le cul du chameau pour voir le monde. On préfère la lumière, le scintillement, les couleurs joyeuses de la vie, une pensée universelle qui englobe le monde.

On préfère la tolérance au fanatisme, la liberté au dogme, le respect entre hommes et femmes plutôt que la domination, la connaissance large à la monoculture radicale et à son corollaire, l' ignorance. A choisir, on préfère la coexistence pacifique à la haine et à la violence à l'encontre de tout ce qui pourrait être différent. On préfère une religion humaniste, intelligente et respectueuse que celle vue du fond d'un trou par un ignorant dont la vue restreinte et l'étroitesse d'esprit résument sa vision à un gouffre de ténèbres et d'abrutissement.

Nous avons résolument et ce depuis très longtemps, voire des siècles sortis la tête du cul du chameau pour trouver la Lumière, il n'est pas question de l' engrouffrer ou de nous la plonger , à nouveau et par la  force brutale et violente,  dans ces noirceurs sombres et immondes d'un autre temps.

Nous n'avons pas soutenu la Révolution pour nous laisser soumettre, une fois encore  !

Profitons de ce premier anniversaire pour soutenir   de tout notre cœur la résistance du peuple Syrien et gardons une pensée émue pour tous les révolutionnaires qui sont morts au nom de la liberté qui nous est devenue d'autant plus chère et d'autant moins  négociable. On ne la veut ni en pièces détachées, ni en alternance, ni fractionnée, ni en pointillé, ni en point d'interrogation, ni sous condition : La liberté, on la veut tout entière, ici et maintenant  !

 

 

 

 

 

20:34 | Tags : tunisie, printemps arabes | Lien permanent | Commentaires (9) | |  Facebook | | |