05/10/2012

Tunisie- Le président Marzouki présente les "excuses de l'Etat" à la femme violée

moncefinvesti.jpgLe président provisoire de la république Moncef Marzouki a présenté, jeudi 3 octobre, à la jeune femme violée par les 3  policiers les excuses de l’Etat tunisien pour les graves dommages subis qui ont touché chaque Tunisienne et Tunisien.

Au cours d’une rencontre avec la jeune femme  et son fiancé accompagnés de Sihem Ben Sidrine, Moncef Marzouki a fait part de sa profonde déception et de sa condamnation vigoureuse des actes qui ne porteront atteinte qu’ à leurs auteurs, selon un communiqué de la présidence.

Il a salué les agents de police  intègres qui ont refusé de couvrir leurs collègues ce qui prouve que le dysfonctionnement ne réside pas dans l’institution sécuritaire mais dans la mentalité de certains membres qui n’ont pas compris que le pays a fait une révolution pour que tous les fils et filles de la Tunisie vivent libres et dans la dignité.

Le président tunisien Marzouki a présenté les excuses de l'Etat à la jeune violée et à son fiancé. Le président a indiqué dans son communiqué qu’il n’est plus admissible de tolérer les violeurs ni ceux qui les couvrent ou ceux qui veulent travestir la vérité.

Le communiqué affirme que la présidence va poursuivre l’affaire afin qu’aucune considération politique ne prime sur le droit et la justice ni sur la confiance des Tunisiens dans les  institutions de leur État.

Une intervention forte qui devrait rassurer les Tunisiens et surtout les Tunisiennes qui finissaient par croire qu'il y a avait une légitimation du viol . Un cas qui fera jurisprudence, on n'aura jamais vu un viol être traité à un si haut niveau. On sait qu'ils restent étouffés derrière les barreaux du silence et de la honte.  Un acte courageux post-révolutionnaire qui démontre que la Révolution n'a pas été vaine. Les bouches se délient, les Tunisiens savent qu'ils ont fait cette Révolution parce qu'ils ont soif de justice et que cette justice mérite qu'on se batte pour elle, envers et contre tous.  

Malgré, les larmes, la honte, la victime et son fiancé ont défié tous les regards, toutes les critiques pour monter au créneau et défendre leur droit absolu à l'intégrité physique et psychique. Véritable acte  de bravoure. Quant  au Président Marzouki, il nous rappelle que la Tunisie malgré les menaces passéistes reste un Etat de droit;  il est grand temps de le marteler afin que plus personne ne l'oublie. 

"LA TUNISIE RESTERA UN ETAT DE DROIT OÙ CHACUN S'Y SENTIRA LIBRE ET PROTÉGÉ!"


mon site web http://www.djemaachraiti.ch

09:27 Publié dans Politique | Tags : tunisie, marzouki, tunisie femme violée, excuses de l'etat | Lien permanent | Commentaires (12) | |  Facebook | | |