05/03/2015

Réfugiés syriens- mendiants à Alger

IMG_0208.JPG

Alger - Un spectacle triste à pleurer. Postés au bord de la route, hommes, femmes avec enfants dans les bras, ils mendient en tenant parfois des pancartes "Réfugiés syriens, aidez-nous" ou ils revendent des babioles aux conducteurs arrêtés au feu rouge.

Les  Syriens constituent la plus importante population réfugiée du monde, 18 millions de personnes réfugiées ou déplacées internes selon le HCR.  L'Algérie, au début du conflit les a accueillis à  bras ouverts  par milliers puis devant l'afflux, plus de 15 mille personnes en quelques semaines,  la population a fini par montrer les premiers signes "syrophobes" plus marqués au Maroc.

Au début du conflit, liée  par des liens historiques avec Damas, - ville où l'émir Abdel Kader résistant contre la France en 1855, s'y est réfugié avec sa suite de 12'000 personnes, l'Algérie, reconnaissante,   a ouvert grand ses portes et ainsi tout mis en place pour accueillir ceux qui fuyaient la guerre civile et arrivés sous le statut de touristes qui ne pouvaient rester,toutefois,au-delà des trois mois réglementaires. La convention de 1951 empêchent les Syriens de prétendre au statut de réfugiés mais n'exclut pas la demande de droit d'asile à formuler dans le délai.  Nombreux sont  ainsi devenus des clandestins en Algérie.  Création rapide de centres d'accueil  pouvant accueillir les  réfugiés, installées au square de Port-Saïd, à Alger, les premières familles  ont été déplacées, à l'ouest de la capitale. Soins, transports, école gratuite sont assurés par le gouvernement. L'Algérie parvenait  encore à accueillir  des centaines de familles refoulées au Maroc.   Répartis ensuite dans tout le pays, un grand élan de solidarité qui a fini par s'essouffler. Personne ne songeait alors que le conflit perdurerait si longtemps.

 Les Algérois sont mitigés, certains se félicitent d'avoir accueilli les réfugiés qui pour certains ont ouvert des restaurants et participé ainsi à offrir un plus grand choix culinaire avec de délicieux chawarmas et contribué à la diversité culturelle.  Pour d'autres, l'Algérie ne s'en sort déjà pas avec un taux de chômage record des jeunes comment alors les aider ? Un signe qui ne trompe pas, les dessertes aériennes sont passés de 3 hebdomadaires au début du conflit à plus aucun vol Damas-Alger.

Les réfugiés syriens sont devenus des nomades de l'exil passant d'un pays à l'autre, refoulés  parfois, les familles  tentent  de se regrouper au milieu du chaos.

On voit sur la photo, le visage de la femme empreint de tristesse regarder l'enfant et sans doute se demander :quel avenir pour mon enfant ?

Et à nous  d'interroger, à notre tour  : quel avenir pour la Syrie ?

 

 

Un article intéressant sur le sujet dans El Watan (quotidien algérien) :

Visa pour la mendicité

http://www.elwatan.com/hebdo/magazine/visa-pour-la-mendicite-05-02-2015-286727_265.php  

 

 

 

 

11:53 | Tags : réfugiés syriens, algérie, alger, el watan | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook | | |

20/01/2013

Mali-Algérie Le retour des barbouzes

img_606X341_1901-mali-military-operation.jpgCocorico ! Cocorico !  La France des pieds-nickelés repart en guerrer protéger ses anciennes colonies d’abord et ses intérêts économiques surtout. Protéger ce Mali généreux qui donne de l’or et de l’uranium.  Cette même France qui n’a pas hésité,  à livrer,  à la veille du génocide rwandais les 65'000 machettes aux Hutus pour massacrer les Tutsis et tout ça pour du coltan, tandis qu'elle s'était déjà fort  activée  en Bosnie pour s' assurer que les tueries se déroulent bien. 

 

Une France qui tente par tous les moyens de surveiller et garder une influence auprès de ses anciennes colonies et dont les nouveaux régimes  gardent constante la trace de soumission et qui n’hésitent jamais à courber l’échine en tendant la main. La relation dominé-dominant est demeurée intacte malgré les 50 ans qui marquent la fin de l'Algérie française. 

Depuis quand les Islamistes sont-ils devenus un problème pour la France ? Les Qataris sont reçus comme des rois et financent les mouvements radicaux  extrémistes dans les banlieues en  radicalisant des jeunes prêts à se faire sauter,  au Mali et ailleurs  au nom du Tout Puissant. Une France qui soutient les rebelles en Syrie, et qui a soutenu les islamistes contre Khaddafi en Libye.  Ces incohérences révèlent  que la politique française est surtout opportuniste.

 

Un autre volet qui est frappant est de réaliser jusqu’à quel point ces pays devenus « indépendants » comme l’Algérie ou le Mali sont toujours tournés vers leurs anciens colonisateurs à demander la charité. Des pays qui sont suffisamment riches pour  fonctionner sans les aides des « alliés ». Mais la corruption, les oligarchies démontrent bien que l’argent reste concentré entre quelques mains de quelques familles et que le reste de la population pour s’en sortir plonge dans le radicalisme le plus absolu.  Une population de laissés-pour-compte qui devient un danger pour le régime en place et en même temps devient victime, à son tour,  de nouvelles  manipulations, au service d’autres colons et pour de  nouvelles formes de  pouvoir toujours aussi aussi dominantes. 

 

Nous l’avons vu avec les pays du « Printemps arabe » , nous avons observé les récupérations de tous bords et qui démontrent que les effets de la colonisation perdurent, que les pays anciennement dominés  ont une peine folle à se créer une identité propre ; ils passent d’une soumission à l’autre et que les gens au pouvoir dans le fond sont toujours les mêmes avec les mêmes travers, les têtes changent, les systèmes restent :  dos courbés, mains tendues.

 La seule solution, invoquer la justice sociale pour une meilleure répartition des richesses, la fin de la corruption et vous verrez apparaître une diminution proportionnelle  de l’islamisme radical et naître le début de l’instauration d’ une véritable indépendance qui ne s’est jamais pleinement  réalisée jusque-là.

 En attendant la France assure ses intérêts et rappelle sa prédominance dans ces régions tout en entraînant  l’Algérie dans le bourbier malien.

La France a mieux à faire, en luttant contre le chômage dans son propre pays, surtout celui qui frappe les jeunes et contre la maimise des banques qui ruinent les travailleurs, des banksters qui sont devenus de véritables électrons libres  appliquant  leurs propres lois iniques et mafieuses.   La France a mieux à faire en s'occupant de ses propres islamistes qui se répandent comme de la mauvaise herbe sur tout le territoire français et envers lesquels, elle ferme les yeux. 

La France divertit son peuple  pour lui faire oublier sa misère avec un Mali lointain et à défaut de chasse au lion, on propose la chasse à l' islamiste !  La France coloniale est de retour. 

 

 

Les ressources naturelles au Mali : 

Gold: Mali: Africa’s third largest gold producer with large scale exploration ongoing. Mali has been famous for its gold since the days of the great Malian empire and the pilgrimage to Mecca of the Emperor Kankou Moussa in 1324, on his caravan he carried more than 8 tonnes of gold! Mali has therefore been traditionally a mining country for over half a millennium.

Mali currently has seven operating gold mines which include: Kalana and Morila in Southern Mali, Yatela, Sadiola and Loulo in Western Mali, and mines which have recently restarted production notably Syama and Tabakoto. Advanced gold exploration projects include: Kofi, Kodieran, Gounkoto, Komana, Banankoro, Kobada and Nampala.

Uranium: encouraging signs and exploration in full swing. Exploration is currently being carried out by several companies with clear indications of deposits of uranium in Mali. Uranium potential is located in the Falea area which covers 150 km² of the Falea- North Guinea basin, a Neoproterozoic sedimentary basin marked by significant radiometric anomalies. Uranium potential in Falea is thought to be 5000 tonnes. The Kidal Project, in the north eastern part of Mali, with an area of 19,930 km2, the project covers a large crystalline geological province known as L’Adrar Des Iforas. Uranium potential in the Samit deposit, Gao region alone is thought to be 200 tonnes.

Diamonds: Mali has potential to develop its diamond exploration: in the Kayes administrative region (Mining region 1), thirty (30) kimberlitic pipes have been discovered of which eight are show traces of diamonds. Some eight small diamonds have been picked in the Sikasso administrative region (southern Mali).

Precious stones consist of the following and can be found in:

Circle of Nioro and Bafoulabe: Garnets and rare magnetic mineralsCircle of Bougouni and Faleme Basin: Pegmatite mineralsLe Gourma – garnet and corindonsL’Adrar des Ilforas – pegmatite and metamorphosing mineralsHombori Douentza Zone: quartz and carbonates

Iron Ore, Bauxite and Manganese: significant resources present in Mali but still unexploited. Mali has according to estimates more than 2 million tonnes of potential iron ore reserves located in the areas of Djidian-Kenieba, Diamou and Bale.

Bauxite reserves are thought to be 1.2 million tonnes located in Kita, Kenieba and Bafing- Makana. Traces of manganese have been found in Bafing – Makana, Tondibi and Tassiga.

 Other mineral resources and potential in Mali

Calcarous rock deposits: 10 million tonnes est. ( Gangotery), 30 million tonnes est. ( Astro) and Bah El Heri ( Nord de Goundam) 2.2 Million tonnes est.

Copper: potentialities in Bafing Makan ( Western Region) and Ouatagouna ( Northern Region)Marble : Selinkegny ( Bafoulabe) 10.6 MT estimated reserves and traces at MadibayaGypsum: Taoudenit ( 35 MT est.), Indice Kereit ( Nord de Tessalit) 0.37 MT est.Kaolin: Potential estimated reserves ( 1MT) located in Gao ( Northern Region)Phosphate: Reserve located at Tamaguilelt, production of 18,000 t/per annum and an estimated potential of 12 million tonnes. There are four other potential deposits in the North of 10 million tonnes.

Lead and zinc: Tessalit in the Northern Region ( 1.7 MT of estimated reserves) and traces in Bafing Makana ( Western Region) and Fafa (Northern Mali)

Lithium: Indications in Kayes ( Western Region) and estimated potential of 4 million tonnes in Bougouni ( Southern Region)Bitumen schist: Potential estimated at 870 million tonnes, indications found in Agamor and Almoustrat in the Northern Region.Lignite: Potential estimated at 1.3 million tonnes, indications found in Bourem ( Northern Region)Rock Salt: Estimated potential of 53 million tonnes in Taoudenni ( Northern Region)Diatomite: Estimated potential of 65 million tonnes in Douna Behri ( Northern Region)

Mali’s Petroleum potential already attracting significant interest from investors

Mali’s Petroleums potential has been documented since the 1970’s where sporadic seismic and drilling revealed probable indications of oil. With the increasing price of global oil and gas resources, Mali has stepped up its promotion and research for oil exploration, production and potential exports. Mali could also provide a strategic transport route for Sub-Saharan oil and gas exports through to the Western world and there is the possibility of connecting the Taoudeni basin to European market through Algeria.

Work has already begun to reinterpret previously gathered geophysical and geological data collected, focussing on five sedimentary basins in the North of country including: Taoudeni, Tamesna, Ilumenden, Ditch Nara and Gao.

11:11 | Tags : mali, algérie | Lien permanent | Commentaires (13) | |  Facebook | | |