153727

"Prendre la mer ou une femme blanche?"

Imprimer

images.jpgA la gare routière de Bissau, c'est la foire d'empoigne. Des rabatteurs m'arrachent la valise pour la mettre dans un taxi-brousse, le but est de le remplir au plus vite pour le faire partir. Mais, je réalise que le temps d'attente risque d'être long car il faut encore combler deux places et je serai assise à côté de deux volatiles attachés par les pattes et tenus fermement par leur propriétaire. Finalement, je préfère changer de véhicule, pour un moins vieux, un moins déglingué. On transfert mes bagages et c'est la dispute entre les chauffeurs et les rabatteurs. Je calme le jeu en expliquant que j'ai un avion à prendre à Ziguinchor et que je ne puis prendre le risque de le manquer.

Le co-pilote se présente et propose d'être mon guide à Ziguinchor, pas d'embrouille, lui répondis-je, je puis être ta mère en Europe et ton arrière-grand-mère en Afrique.

- Tata, compte sur moi me répond-il. Je te jure,  tu arriveras à l'aéroport sans souci.

Arrivé à Zinguinchor, je le convie à partager rapidement mon déjeuner, un riz au poisson au bord du fleuve Casamance avant de filer à l'aéroport. Il m'explique pourquoi il est co-pilote et pas le chauffeur . Son engin est en réparation, donc pas de transport, pas d'argent. L'autre véhicule qu'on lui avait mis à disposition a été vendu pour soigner la mère du propriétaire. Quand l'argent rentre ça reste aussi difficile me dit-il, il faut le partager avec les soldats, les policiers, tout le monde se sert au passage quand tu fais le trajet Ziguinchor-Bissau. J'ai donné 2500 CFA à ma mère, elle s'est achetée de l'huile de palme et du riz, elle tiendra deux semaines.Maintenant, plus rien.

Il regarde le fleuve, parfois je pense à prendre la mer, soupire-t-il. Sais-tu nager ? lui demandai-je.

- Tu vois, je peux nager du bord à la barque ! ce qui fait environ 3 mètres.

- Mais tu ne te rends pas compte, si tu tombes à l'eau , lui dis-je, ce n'est pas trois mètres mais des heures de nage dans des vagues et dans le froid. Et le permis international que tu m'as montré, il sera inutilisable et tes papiers aussi. Il inspire profondément, il est vrai que si me je noyais, mes parents mourraient de chagrin. Il y a un six mois, un gars du village est parti, on attendait de ses nouvelles. On attendait, attendait…. et un jour on apprend qu'il est mort. Sa mère est devenue folle puis est morte de chagrin, elle disait un monstre dans la mer a dévoré mon fils! Elle ne cessait plus de répéter ça à qui voulait l'écouter. Peut-être c'est plus sûr de tomber amoureux d'une Blanche, il désigne la couleur blanche du fruit de baobab dans son verre, parce que les vraies histoires d'amour ça existe. On m'en a cité plusieurs. Une femme tombe amoureuse et elle emmène son amoureux dans son pays, ça c'est le meilleur qui puisse arriver.

Je secoue la tête, ce n'est pas possible d'emmener un humain comme un souvenir dans son pays, ce n'est pas un objet. Le mieux c'est de trouver du travail et d'en vivre dans ton pays.

- Alors tu vas m'aider?  Voilà mon numéro de portable, si tu connais quelqu'un qui cherche un guide, donne-lui mon numéro. Je t'ai montré mon permis professionnel, je connais la Guinée, la Gambie, la Casamance. On peut avoir confiance en moi. Tu es d'accord Tata ? Tu vas m'aider ? Si tu penses que c'est mieux que je reste alors il faut juste que je puisse vivre dans mon pays et avoir de quoi manger et rester près de ma  mère dont je suis le seul fils !

avoir de quoi manger et rester près de ma  mère dont je suis le seul fils !

Lien permanent 4 commentaires

Commentaires

  • Faites attention à ce que vous faites. J'ai accepté d'aider un mauritanien en 2007, il continue de me relancer ces jours. Je ne réponds pas à ses appels, bien sûr. Mais dans ma région, il y a de nombreux cas de gens totalement ruinés par des Africaines envers lesquelles ils se sont montré trop généreux...

  • Votre récit contient tout ce que produit le désespoir et l'ignorance. Il ne s'agit évidemment pas de condamner le fol espoir (ni le court aux créatures surnaturelles par lequel une mère cherche une réponse et donc un léger soulagement à son chagrin), mais de nous mettre en garde contre une naïve exploitation par certains de la misère humaine dont il est issu.

  • Il faut croire qu'ils ne sont pas au clair sur la meilleure façon d'estimer le retour sur investissement, ça ne m'étonne pas de vos concitoyens.

  • Merci à ceux qui m'ont proposé via e-mail privé un coup de pouce ponctuel pour ce jeune homme et sa mère. Je lui ai demandé son adresse et vous la transmettrai dès que je l'aurais obtenue.

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel