153727

  • La nouvelle de l'été - La leçon

    Imprimer

    mer.jpgMon invitée Iris Mizrahi. 

    Elle nage toujours plus loin, s’éloigne de la plage en direction de l’horizon. Le sable ondoie à l’infini sans la moindre aspérité dans une eau limpide et vide, tout au plus un poisson égaré à la recherche d’un rocher, pas une algue, pas un corail, rien d’autre que le dessin régulier du courant sous-marin sous son corps entraîné. Elle s’éloigne jusqu’à ce qu’il la perde de vue, qu’il se redresse de son linge et scrute la mer, sans réelle inquiétude, à peine une légère morsure à l’égo. Une de plus. Il a un avis sur tout. Surtout sur ce qu’il ne connaît pas. Elle a cessé de le contrarier, laisse couler sa logorrhée jusqu’à ce qu’elle se tarisse d’elle-même.

    - Regarde.

    Ses éclaboussures dérangent la quiétude du lagon. Qu’importe, il lui donne une leçon de natation. Elle sait qu’il ne tient pas la distance malgré une plastique honorable. Il se lève même la nuit pour fumer. Plus rien ne s’imprime durablement dans une mémoire traitre abîmée par les somnifères dont il s’auto-prescrit la posologie. Un complexe inavoué qu’il contourne habilement en s’instruisant à la superficie, juste ce qu’il faut pour impressionner les impressionnables. Il n’y est jamais parvenu avec elle. Il se rassied sur son linge quand enfin il l’aperçoit nageant en sens inverse, lentement, régulièrement, ondulant discrètement comme un poisson-chat jusqu’à ce que son corps effleure les galets.

    - J’ai trouvé une épave au loin.

    Les épaves le font rêver, presqu’un talon d’Achille. Il la questionne pour en connaître l’endroit exact, quelque part tout droit, c’est assez loin mais tu devrais. Elle l’encourage à peine, pas besoin d’insister, elle sait qu’il se jettera à l’eau, qu’il relèvera le défi. Et il plonge. Ses battements de bras et de jambes sont plus spectaculaires qu’efficaces. Elle lève de temps à autre les yeux de son livre, scrute l’avancée du nageur en souriant. A cette distance, il doit déjà être à bout de forces. Lorsqu’il gesticule pour lui demander si c’est encore loin elle lui fait signe de continuer encore, nage encore, c’est beaucoup plus loin, continue. Et il continue de s’enfoncer dans l’horizon jusqu’au point de disparaître, puis réapparaître et disparaître à nouveau en tournant autour d’un cercle imaginaire, comme si quelque chose d’exceptionnel captait durablement son attention. Il espère au moins qu’elle l’observe, effectue encore plusieurs rondes sur l’horizon dans un douloureux effort puis revient vers la plage avec l’énergie d’un noyé. Il ne montre rien de son exténuation. Affiche le masque de celui qui a découvert un trésor enfoui dans les tréfonds.

    - Tu l’as trouvée ?

    - Oui !

    Il la décrit dans les moindres détails, la proue brisée, le mât encore fièrement dressé, les nuées de poissons dorés tétant les pointes des coraux incrustés dans le bois. Elle l’écoute, ravie, au diapason de son émerveillement feint.

    Au fond du lagon, il n’y a aucune épave.

    Lire la suite

    Lien permanent 0 commentaire
  • La nage solidaire

    Imprimer

    IMG-20190710-WA0015.jpgDeux nageurs, Sergio Bianchini (photo à gauche) et Victor Merellin se lancent le défi fou de parcourir à la nage la distance de 75 km dans le lac Léman du  château de Chillon (à côté de Montreux dans le canton de Vaud)  aux Bains des Pâquis (à Genève).

     

     

     

     

    IMG-20190710-WA0014.jpgVictor Merellin (photo à gauche) est un nageur et triathlète français de 29 ans, habitué des longues distances. Il a à son actif les traversées du Lac Léman,  du lac de Morat et du  Détroit de Gibraltar.

    Sergio Bianchini, nageur genevois de 54 ans, n'en est pas non plus à son premier défi de taille, puisque au cours de ces dernières années, il a effectué plusieurs nages solidaires  longues distances en eau libre en faveur d'associations actives dans la santé dont les plus emblématiques sont les suivantes :   50 km en 2018 dans le Rio Uruguay, 35km en 2017 pour réaliser la double traversée du Léman, (Genève Thonon Nyon),  16 km en 2016 pour traversée du Détroit de Gibraltar, 16km en 2016 pour relier, en Guyane française, les Iles du Salut à Kouru (premier Suisse à le réaliser), 35 km  en 2014 pour traverser la Manche par relais.

     Cette fois-ci, Victor et Sergio, n'hésitent pas à se jeter à l'eau en faveur de la Fondation  "Movember" (voir  leur page Facebook " deux moustachus traversent le Léman")  qui œuvre contre le suicide des jeunes et en faveur de la recherche contre les cancers touchant les hommes (le cancer des testicules et de la prostate en particulier : s'agissant de ce dernier,  6100 nouveaux cas sont recensés chaque années en Suisse).

    A l'occasion de cet évènement,   sportifs de haut niveau, ils souhaitent faire de la prévention et sensibiliser les hommes, ainsi que les milieux concernés.

    Le départ en maillot de bain plutôt qu'en combinaison  est prévu entre le 29 juillet et le 2 août 2019 (en fonction des conditions météo)  au château de Chillon; la traversée durera non-stop environ 24 heures et se terminera aux Bains des Pâquis à Genève.

    Pour les soutenir et les suivre en temps réel :

    ch.movember.com/fr/donate/details?memberld=13318777

    Http://share.garmin.com/aquaman

    GPS en temps réel) (activé le jour du départ)

    http://www.facebook.com/pg/Deux-moustachus-traversent-le-Léman-660241617752842/posts/

                

    Lire la suite

    Lien permanent 0 commentaire
  • Quand la synchronicité fait un pied de nez au hasard

    Imprimer

    images.jpgUn événement semble nous attendre au coin de la rue depuis des années ou des gens que l'on rencontre dans des situations improbables et qui donne un sens à ce qui nous arrive.

    A travers plusieurs récits vrais de mon essai sur les  Histoires de synchronicité, je vous invite à partager ce moment ensemble et écouter aussi les récits des autres participants. 

    Selon Carl Gustav Young la synchronicité présuppose un a priori par rapport à la conscience humaine, un sens  qui en apparence se trouve à l'extérieur  de  l'être  humain, tandis que  Teilhard de  Chardin  cite notre capacité  à  nous resserrer tous ensemble dans une  étreinte qui tend  à  nous  parfaire chacun en nous liant organiquement à tous les autres à  la fois, évoluons-nous dans cette  noosphère qu'il décrit ,dans cette collectivité harmonisée des consciences?

     

    Rendez-vous

    DIMANCHE 7 juillet 2019 de 11h à 16h

    Food for peace/LO'13'TO

    Rue des Gare 17-19 (TPG Cornavin)

    1201 Genève

    0001.jpg

    0001.jpg

    Lire la suite

    Lien permanent 0 commentaire