153727

La nouvelle de l'été - La leçon

Imprimer

mer.jpgMon invitée Iris Mizrahi. 

Elle nage toujours plus loin, s’éloigne de la plage en direction de l’horizon. Le sable ondoie à l’infini sans la moindre aspérité dans une eau limpide et vide, tout au plus un poisson égaré à la recherche d’un rocher, pas une algue, pas un corail, rien d’autre que le dessin régulier du courant sous-marin sous son corps entraîné. Elle s’éloigne jusqu’à ce qu’il la perde de vue, qu’il se redresse de son linge et scrute la mer, sans réelle inquiétude, à peine une légère morsure à l’égo. Une de plus. Il a un avis sur tout. Surtout sur ce qu’il ne connaît pas. Elle a cessé de le contrarier, laisse couler sa logorrhée jusqu’à ce qu’elle se tarisse d’elle-même.

- Regarde.

Ses éclaboussures dérangent la quiétude du lagon. Qu’importe, il lui donne une leçon de natation. Elle sait qu’il ne tient pas la distance malgré une plastique honorable. Il se lève même la nuit pour fumer. Plus rien ne s’imprime durablement dans une mémoire traitre abîmée par les somnifères dont il s’auto-prescrit la posologie. Un complexe inavoué qu’il contourne habilement en s’instruisant à la superficie, juste ce qu’il faut pour impressionner les impressionnables. Il n’y est jamais parvenu avec elle. Il se rassied sur son linge quand enfin il l’aperçoit nageant en sens inverse, lentement, régulièrement, ondulant discrètement comme un poisson-chat jusqu’à ce que son corps effleure les galets.

- J’ai trouvé une épave au loin.

Les épaves le font rêver, presqu’un talon d’Achille. Il la questionne pour en connaître l’endroit exact, quelque part tout droit, c’est assez loin mais tu devrais. Elle l’encourage à peine, pas besoin d’insister, elle sait qu’il se jettera à l’eau, qu’il relèvera le défi. Et il plonge. Ses battements de bras et de jambes sont plus spectaculaires qu’efficaces. Elle lève de temps à autre les yeux de son livre, scrute l’avancée du nageur en souriant. A cette distance, il doit déjà être à bout de forces. Lorsqu’il gesticule pour lui demander si c’est encore loin elle lui fait signe de continuer encore, nage encore, c’est beaucoup plus loin, continue. Et il continue de s’enfoncer dans l’horizon jusqu’au point de disparaître, puis réapparaître et disparaître à nouveau en tournant autour d’un cercle imaginaire, comme si quelque chose d’exceptionnel captait durablement son attention. Il espère au moins qu’elle l’observe, effectue encore plusieurs rondes sur l’horizon dans un douloureux effort puis revient vers la plage avec l’énergie d’un noyé. Il ne montre rien de son exténuation. Affiche le masque de celui qui a découvert un trésor enfoui dans les tréfonds.

- Tu l’as trouvée ?

- Oui !

Il la décrit dans les moindres détails, la proue brisée, le mât encore fièrement dressé, les nuées de poissons dorés tétant les pointes des coraux incrustés dans le bois. Elle l’écoute, ravie, au diapason de son émerveillement feint.

Au fond du lagon, il n’y a aucune épave.

Deue encore plusieurs rondes sur l’horizon dans un douloureux effort puis revient vers la plage avec l’énergie d’un noyé. Il ne montre rien de

Au fond du lagon, il n’y a aucune épave.

 

Lien permanent 0 commentaire

Les commentaires sont fermés.