153727

04/01/2019

L'année Léonard de Vinci- 500 ans de Renaissance

IMG_0002.JPGVinci, dans le village d'Anchiano, au cœur des monts Albano en Toscane, avec ses collines à flanc de coteaux; ces paysage de vignes et d'oliviers accueillit, le 15 avril 1452, la naissance d'un génie, Leonardo da Vinci.
Ces paysages divins,  plus tard, offerts aux rêveries du jeune adolescent rebelle qui en quête de tranquillité, loin de la maison familiale, observait pendant des heures la cueillette d'olives et s'interroger comment faciliter le travail des cueilleurs tout en se laissant bercer par cet écoulement du temps infini qu'il jugeait être à la bonne vitesse. Ces paysages aux tendres formes qu'il a observés et qui le marqueront tout au long de sa vie; reproduire et imiter à la perfection la nature, les traits de ce qui est observable, voir, observer attentivement, car ce que l'on voit se transforme toujours et n'est déjà plus.
Vinci offrira au monde le génie infini de ce Toscan. A 5 ans déjà, son père lui découvre un talent d'artiste, ses dessins lui permettent à 14 ans, de devenir élève apprenti d'un des plus grands ateliers d'art de Renaissance de Florence. A 20 ans, Leonardo est déjà un peintre reconnu dans toute l'Italie, inscrit peu après dans le Campagnia de Pittori, le guilde florentin des peintres. Les commandes affluent alors de partout. L'Annonciation, la Vierge à l'œillet, la Cène, Leonardo met au point la technique inconnue du sfumato, cette brume magique qui contribuera à le  hausser au sommet de la gloire, à l'extirper de l'ombre pour la lumière.  En parallèle, cet esprit scientifique développe des projets visionnaires, des notes, des croquis s'accumulent, il invente, réfléchit et surtout lance les bases de la méthode scientifique tissée d'observations, de comparaisons de données, de matériel éprouvé. Zoologie, anatomie, botanique, rien ne résiste à la curiosité du savant, artiste, architecte, philosophe, féru d'anatomie qu'il est. Selon lui, le peintre doit s'efforcer d'être universel mais aussi multidimensionnel.
Le génie de la Renaissance pour qui "les détails font la perfection mais que la perfection n'est pas un détail" et qui avait pour devise "obstination et rigueur", nommé par François 1er« premier peintre, premier ingénieur et premier architecte du roi », mourra le 2 mai 1519, au Château du Clos Lucé, à Amboise en Touraine, en France.
Visionnaire, gaucher ambidextre qui nous laissera son "Codex Atlanticus" trésor de l'humanité regroupé en 1119 feuillets sur douze volumes, rédigé en écriture dite spéculaire, - lisible grâce à un miroir car écrite à l'envers- et qui présente toutes ses inventions en autant de dessins et notes. Philosophie, peinture, physique, mécanique, architecture, astronomie tout y passe. De la catapulte à la bicyclette, du chariot autopropulsé, ancêtre de l'automobile, au char d'assaut ou au pont tournant, de pompes de levage à la vis d'Archimède, au parachute, à l'aile volante, à l'ornithoptère. Leonardo a consigné jusqu'à la fin de sa vie toutes ses inventions et toutes ses pensées dans ce Codex unique au monde et qui met en exergue la philosophie de Leonardo,   tout et surtout la peinture doit toujours être une ouverture au monde et le monde, il l'a appréhendé sous toutes ses formes. Le peintre universel a marqué l'humanité de l'empreinte de son génie.
Une commémoration des 500 ans qui permettra de revenir au talent du Toscan. Un visionnaire qui disait déjà, autrefois, au grand plaisir des antispécistes de nos jours que:  "Le jour viendra où les personnes comme moi regarderont le meurtre des animaux comme ils regardent aujourd'hui le meurtre des êtres humains." Nous y sommes! Il pressentait tous les changements, à venir.

 Que cette nouvelle année 2019,  nous offre la vision sublime d'un être hors du commun pour qui il ne fallait pas appeler richesses les choses que l'on pouvait perdre. Une réflexion pour toute l'année !

 

 

 

 

12:54 | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook | | |

Commentaires

« Nous y sommes ! Il pressentait tous les changements, à venir. »
Il les peignait aussi, et l’inspiration qu’il mit dans le sourire de Mona Lisa, qui n’aura pas traversé les siècles en vain, est un résumé à lui seul de l’histoire de l’humanité et de son devenir.
Cordialement.
Lien : https://livresdefemmeslivresdeverites.blogspot.com/2017/07/plus-un-enfant-connait-sa-mere-plus-il.html

Écrit par : Anwen | 04/01/2019

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.