153727

03/03/2018

Les Réverbères de la mémoire – Parouïr Sévak "Que la lumière soit !" (7)

2023765398.jpegLes écrivains sont les Réverbères de la mémoire et les poètes , la lumière qui illumine nos âmes. Que la lumière soit ! de Parouïk Sévak est le poète arménien d’à-propos  sur la levée de quelques boucliers épars contre l'installation de l'oeuvre de Melik Ohanian dans le Parc Trembley, à Genève, en mémoire du génocide arménien.

 Un amoureux des livres qui dès l’enfance devient chef de bande pour aller les voler dans les bibliothèques scolaires ou les acheter de village en village. La lecture de Tourgueniev "Premier Amour "le lance dans l’écriture . Tcharents, le poète arménien, le convertit définitivement à la poésie.

Mais qu’est-ce un poète? Le souffle du temps assurément, mais « le poète n’est pas un météore tombé du ciel, mais un minéral sorti des profondeurs de la terre. Non pas comparable à la pluie, mais à l’eau minérale jaillie des profondeurs, que les générations anciennes nommaient des eaux chaudes. De sorte que sa composition chimique est faite de la totalité des êtres contenus dans telle race ou tel peuple. Donc la poésie n’est pas comparable non plus à une suite de textes ; c’est une circulation sanguine, partant du cœur du poète et se dirigeant vers la tête et les autres terminaisons, ayant la même composition que le sang, de même nature que lui, avec les mêmes élévations, les mêmes baisses que la pression artérielle, qui sont inhérentes à sa race ou à son peuple. »

Et de rappeler qu’écrire pour un public est la voie la plus illusoire de la création.

 

Joyeuse lumière

Lumière ! Lumière joyeuse !
Lumière non du soir

Ni du soleil couchant

Mais joyeuse, être juste,

Lumière d’aurore aux pieds de rosée.

 

…La nature à genoux sur ses jambes se dresse,

A peine terminés les offices nocturnes.

A pas lents l’Aube se rapproche

Pareille au sacristain vigilant

Éteignant ou mouchant

Toutes sortes de lampes ou de lanternes.

Alors le soleil monte

Sublime comme un prêtre.

Les ombres émincées, couchées et paresseuses,

Se mettant, semble-t-il, à s’auto-digérer,

S’amenuisent, maigrissent,

Puis se tendent,

S’élancent

Comme une danseuse à peau sombre.

L’aurore poursuit la frappe de ses monnaies pourpres,

De tous les trous étroits brassant avec ampleur

Le Soleil lui-même, le Juste ;

Et l’on entend alors cet air simple et multiple

Qui présida jadis aux naissances des dieux :
« Lumière !Lumière joyeuse !... »

 

………………………………………………………..

 

Naissance le 24 janvier 1924 à Chanaghchi (Arménie), décès le 17 juin 1971 dans un accident de voiture près du mont Ararat, heurté par un camion.

Parouïr.jpg

 

Extraits « Que La lumière soit !« de Parouïr Sévak , trad. de l’arménien par Donikian

 

09:18 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | |

Les commentaires sont fermés.