05/11/2017

Crème catalane à la sauce suisse

Unknown-1.jpegBarcelone - Miquel est gérant d'un restaurant à la plaça Reial, quartier très animé où promeneurs, jongleurs, acrobates, mendiants, cracheurs de feu, lanceurs indiens ou pakistanais  d'objets volants non identifiés et luminescents projetés dans le ciel,  à 10 mètres, se croisent pêle-mêle. A deux pas de là, proche d'un hôtel chic, une scène de la drogue classique; chiens bandanas, cabas plastiques, chariots de magasin remplis d'affaires récupérées, deal traité sur fond de voix éraillée et caverneuse; des visages creux et translucides sur des corps décharnés où le cuir clouté et les tatouages s'entrelacent entre piercing et autres scarifications quand ce n'est pas tout bonnement des traces de bagarres pochant l'oeil et striant les lèvres. Un petit commerce sous le regard indifférent des policiers assis dans leur fourgon blindé bleu, concentrés plutôt sur Les Ramblas entre deux textos. 
Miquel est intarissable sur le sujet de l'indépendance de la Catalogne, tandis qu'il m'enduit de pommade grasse mes petits doigts brûlés par les anses en acier du plat à paëlla et sans savoir que je viens de Genève. Il se lance sur les bienfaits du fédéralisme suisse, modèle à suivre pour la Catalogne.
Il explique comment les Catalans en sont arrivé là.
- Que pouvait-on espérer de plus après 18 demandes de référendum rejetées par Madrid.
- Des centaines d'entreprises parties, vous dites ? C'est de la manipulation d'information, certes Madrid a rappelé un certain nombre de succursales, mais on les compte sur les doigts de la main, se défend-il. 
- Une guerre civile? Vous n'y pensez pas, les Catalans sont des pacifistes qui évoluent dans une économie saine, mais  regardez-les donc, (il désigne la place d'un geste ample pour montrer les badauds) cette bonhommie ambulante les transformerait en guerriers? Jamais !
- Non, maintenant, il faudrait des médiateurs, des Suisses par exemple et qui viennent nous expliquer comment il faut  faire pour sortir de cette impasse imposée par Madrid qui remet en question le processus démocratique après avoir jeté en prison nos ministres. C'est de la dictature, tout simplement!
Ça brûle moins? La sensation douloureuse disparaîtra d'ici quelques minutes, vous verrez. Ici aussi,  en Catalogne, ça chauffe!
- Laissez-moi vous offrir le dessert, une  crème catalane, c'est la meilleure de Barcelone! Des médiateurs suisses, voilà ce qu'il nous faut pour nous en sortir.  Ce qui se passe actuellement, n'est absolument pas démocratique, c'est révoltant, nos élus sont jetés en prison, ce sont des prisonniers politiques tout simplement ! 
 
Suite prochain billet -Catalogne, jusqu'au bout...la liberté !
 

DSC01302.jpg

 
 La démocratie plus fragile que des bulles de savon 
 

DSC01283 (2).jpg

 

UN AUTRE DEFI POUR LA DEMOCRATIE, LA PAUVRETE

DSC01268.jpg

 

DSC01282.jpg

23131915_10215336393232086_874984030655487809_n.jpg

 

©  Crédit photos D. Chraïti 

13:36 | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook | | |

Commentaires

"il faudrait des médiateurs, des Suisses par exemple"
De Suisse alémanique de préférence. Ils pourraient leur donner l'exemple de la coexistence des langues dans cette partie du pays. Les enfants y parlent un des dialectes du suisse-allemand jusqu'à leur entrée à l'école. A ce moment-là ils apprennent à lire et à écrire exclusivement en Hochdeutsch (la langue parlée en Allemagne) pour le reste de leur vie, tout en pratiquant leur dialecte en famille et entre eux.
Je ne suis pas certaine que la majorité des indépendantistes catalans s'accommoderaient de ce genre de situation, eux qui luttent pour réduire de plus en plus l'apprentissage et l'usage de l'Espagnol (le Castillan pour être encore plus précis) à l'école et insultent parfois leurs concitoyens qui n'ont pas fait l'effort d'apprendre le catalan.

Écrit par : Mère-Grand | 06/11/2017

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.