06/11/2017

Catalogne – Jusqu’au bout…..la liberté

DSC01275.jpgBarcelone - « Le mercredi 8 novembre vous aurez la plus grande grève générale en Catalogne qu’on ait jamais connue de mémoire de Catalans ». L’homme se tient dignement devant moi, une moustache et un bouc taillés à la Diego Velázquez ornent un visage émacié. Il parle posément, de petite taille  mais d'une grandeur certaine. Il est planté au milieu d'un décor étrange, composé  de masques et d'arlequins fabriqués de façon artisanale depuis plusieurs générations dans son atelier. Tous ses masques et figurines semblent nous observer et nous écouter parmi lesquels des têtes d’animaux, tout le bestiaire humain est là , témoin de ce monde fantasque qui est le nôtre.

- " Ce qui arrive en Catalogne est grave.  Nous, gens si pacifiques avons été battus par la police qui a laissé infiltré des casseurs, à savoir des policiers en civil, pour donner une raison de nous frapper. Les racines du mal sont historiques, nos liens avec Madrid ont toujours été difficiles. Franco est mort, mais le franquisme,  lui, a survécu. Nous sommes revenus plusieurs siècles en arrière avec ce qui s’est produit; le gouvernement espagnol s’est assis sur la volonté populaire des Catalans. Il n’y a pas de justice indépendante mais une justice politisée qui a permis de jeter nos politiciens en prison, et c’est inacceptable.

- Le roi qui aurait dû rester neutre et mesuré a repris le discours mot à mot de Rajoy, du copier-coller d’extrême-droite ! et de secouer la tête tristement en lâchant ces mots. 

- Jamais l’Espagne n’a voulu, ni écouter, ni dialoguer, ni trouver des solutions et encore moins entrer en matière. Héritière du franquisme, elle continue une autre forme de dictature, du reste la constitution rédigée en 1978 et son article 155 qui permet de suspendre l’autonomie de la Catalogne sont une émanation du régime dictatorial encore vivant après la mort du « caudillo » en  1975 et qui a imprégné toutes les institutions jusqu’à ce jour.

- La Catalogne est sous tutelle de l’Espagne, alors que nous sommes une région riche, une région culturelle. Toutes nos lois sont balayées par Madrid, nous voulions soulager les familles pauvres en leur épargnant certaines taxes, refusé ! Le projet du couloir méditerranéen,  véritable levier économique pour la région et les habitants est quasiment à l’arrêt ! Pieds et mains liés,  nous sommes.

- Nos élus sont emprisonnés, véritable action contre la démocratie. Après cela, nous n’avons plus le choix, nous les Catalans, nous devons dorénavant nous battre jusqu’au bout, nous battre jusqu’à la liberté."

 

Affiché sur la mairie de Barcelone (Ayuntamiento de Barcelona)

DSC01271.jpg

DSC01273.jpg

 

DSC01278.jpg

DSC01275.jpg

 

©  Crédit photos D. Chraïti

16:38 | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook | | |

Commentaires

Je crois avoir écrit ;-)

Écrit par : Mère-Grand | 06/11/2017

A l'écoute d'un chauffeur de taxi du centre de Barcelone jusqu'à l'aéroport. Dès qu'il a parlé des manifestations de "fascistes" de la semaine dernière ses convictions nous sont clairement apparues. Et comme il était de bonne conversation nous l'avons écouté avec intérêt et une certaine sympathie.
Lorsqu'il a parlé de son principal reproche au reste de l'Espagne, représenté par le "fasciste" Raroy corrompu jusqu'à la moelle, et qu'il a ajouté que les Catalans payaient beaucoup trop pour les fainéants de autres parties de l'Espagne, nous nous sommes quelque peu refroidis. Pas par le début de sa critique, qui après tout ne nous regarde pas, mais par la fin, qui rappelle des prises de position pas très sympathiques, elles.

Écrit par : Mère-Grand | 09/11/2017

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.