02/03/2017

Fumer un joint sans foin

IMG_2607.JPGEn Tunisie, se discute la dépénalisation de la consommation de cannabis (Zatla) . Une loi de Ben Ali  promulguée en mai 1992, appelée "loi 92-52" en phase d'être abrogée permettrait de faire de la place dans les prisons surchargées à ceux qui doivent y être, c'est-à-dire les vrais criminels. Ces jeunes fumeurs incarcérés représentent un tiers de la population carcérale. Même le papier à tabac est un prétexte à emprisonnement car forcément pour la police, on ne peut que rouler un joint avec. Autre phénomène plus grave, un jeune rentre en prison pour un joint et en ressort totalement enfumé par la propagande religieuse des radicalisé qui s'y trouvent. 

Il n'y a pas de fumée sans feu, force est de constater que les prisons sont les premiers lieux de radicalisation. Des milliers de Tunisiens sont actuellement en prison et peuvent être incarcérés durant un an et devoir payer 1000 dinars. Un jeune qui se retrouve à frayer avec de vrais criminels ou des radicalisés tout ça pour avoir tiré sur un pétard ce qui revient à dire que dépénaliser le cannabis c'est lutter contre la radicalisation des jeunes en prison. Une réflexion qui pourrait s'étendre à l'Europe où la prison pour les jeunes est un lieu de prosélytisme dangereux et de rappeler que la Tunisie compte le plus grand nombre de jeunes partis combattre en Syrie. Un lien est plausible entre les deux situations. 

La loi liberticide n'a en rien diminué la consommation, bien au contraire, 120'000 jeunes tunisiens ont vu leur vie basculer.  A fin décembre 2016, plus de 7000 jeunes avaient été condamnés dont 3000 en détention préventive.  Il serait préférable d'opter pour une prévention des addictions qu'une politique répressive qui ne résoud en rien le problème. 

Il est urgent d'abandonner cette loi qui permettait à la répression sous Ben Ali d'arrêter tout artiste opposant sous prétexte qu'il consommait de la drogue, une autre façon de réduire au silence notamment de nombreux rappeurs. 

Décriminaliser la consommation des stupéfiants  et mettre fin à la "loi fumeuse de 52" dégradante pour cesser de priver des jeunes de leur liberté, de leur avenir et de  leur dignité. 

Espérons que la Tunisie saura donner une impulsion nouvelle à ses jeunes qui même derrière leur écran de fumée continuent à rêver d'un avenir meilleur.

 

Vive la jeunesse tunisienne, elle est l'avenir du pays, n'enfermons pas cet avenir derrière des barreaux mais donnons lui des ailes. 

 

 Je reste opposée à toute forme d'addiction, elle est une entrave à la liberté car elle rend esclave.

 

22:02 | Lien permanent | Commentaires (4) | |  Facebook | | |

Commentaires

le cannabis tue comme le tabac, l'alcool et les drogues "dures"! (Dealer c'est tuer, laisser dealer c'est laisser tuer)! Ce que font tous nos gouvernements d'ailleurs!

Écrit par : Dominique Degoumois | 03/03/2017

Le cannabis ne donne en tout cas pas d'ailes, et il ne donne pas d'avenir non plus!

Écrit par : Dominique Degoumois | 03/03/2017

@Mme D.C., ce qui est étonnant en Tunisie et comme vous le citez est que le pays est dirigée par Al Nahda Islamique, celle des frèrots musulmans, Amis de la France, des Ramadan et qui sont tous des chiens de poches des Qataris/Exxon Mobile le Texan. "Là bas", ils nous disent qu ils combattent le "cannabis" en mettant ses consommateurs en prison. Tandis que les Djihadistes de nationalité tunisienne et de retour de leur mission du "bon boulot à la Fabius" depuis la Syrie et l Irak ne sont pas ni surveillés ni surtout pas mis en prison faute de place de prison en Tunisie, ce Gvt l a dit ainsi!.

Et un Fumeur de joint ou un sniffeur de cannabis n a qu à déclarer être devenu aussi un Djihadiste ou vice versa et ce n est pas si compliqué que ça. Par ailleurs, le marché de la consommation du Captagon dans les milieux djihadistes en Syrie et en Irak est bien répandu. Alors, ce gars ou cette nana Cannabis puis Djihad ou Djihad puis cannabis, n ont ils pas le droit d être logés, peinard, dans un de ces Hôtels 4 étoiles en Tunisie vides de clients et au frais du Gvt du moment où hélas le Tourisme "là bas" a été "décapité" aussi?

Écrit par : Charles 05 | 04/03/2017

moins d'oscars et plus de joints !!!

belle fête de la femme mon amie ..

Luzia

Écrit par : luzia | 08/03/2017

Les commentaires sont fermés.