14/01/2017

Lettres de Gandhi à Hitler

15941438_10212268948867894_7289637724124515237_n.jpgBombay- En visitant le musée Mani Bhavan, l’ancienne maison de Gandhi transformée en monument commémoratif et qui y vécut de 1917 à 1934, je fus surprise de découvrir,  exposée,  la première lettre de Gandhi à Hitler. Par la suite, la bibliothécaire, à ma demande, me montrera la seconde lettre dans un des nombreux volumes de correspondance du Mahatma. 

Ces lettres soulèvent de nombreuses questions, d’abord le ton très amical de la première qui donne du « My dear friend » et se conclut par un « I remain, Your sincere friend » , ensuite Gandhi explique qu’on l’a pressé d’écrire cette lettre au nom de l’humanité. Le « on » pourrait être entre autres personnes,   Kallenbach Hermann, un juif allemand d'origine lituanienne, la plus grande passion de Gandhi, architecte et body builder avec qui il vécut eux ans en Afrique du Sud. Une amitié extraordinaire, la rencontre de deux hommes d’exception qui  travaillèrent côte à côte après avoir fondé la ferme de Tolstoï près de Johannesburg.  La correspondance quasi amoureuse de Gandhi à Kallenbach, laisse croire qu’il y aurait pu avoir entre les deux hommes plus qu’une simple amitié, du reste l’Inde s’est empressée de récupérer toute la correspondance de Kallenbach et Gandhi en 2012, à Londres,  pour plus d'un million de dollars.  La biographie de Gandhi par le journaliste américain Joseph Lelyved’s qui penchait pour la thèse homosexuelle in  :  Great Soul – Mahatma Gandhi and his struggle with India publiée en 2011 a fait des vagues, il est interdit de vente dans le Gujarat, pays natal de Gandhi, difficile de toucher au mythe ! Quant à Gilbert Sinoué, il  en a fait un roman dans "La nuit de Maritzburg" et confirme que Kallenbach est la personne que Gandhi a le plus aimée de toute sa vie.  Or, à la  lecture de l'autobiographie de Gandhi, on constate qu'il portait un amour immense et infini pour les gens de manière générale et ce qui devrait nous amener à une certaine prudence.

Mais sans doute, ces liens bien que très antérieurs avec Kallenbach (1909-1910) ont dû rendre Gandhi attentif à la situation de l'Allemagne en 1939 et l'inciter à écrire au Führer, voire même à la demande pressante de son ami qu'il portait sur son coeur et avec qui il correspondra jusqu'à sa mort. 

Cette première lettre écrite le 23 juillet 1939, n’est sans doute jamais parvenue à Hitler ayant été interceptée par les Britanniques auparavant. Elle constitue un appel étonnant à la veille de la seconde guerre mondiale d’un homme pour qui la guerre peut réduire l’humanité à l’état sauvage. Et il termine en sollicitant le pardon de Hitler pour le cas où il aurait commis une erreur en lui écrivant.

Dans la deuxième lettre, à Hitler, datée du 24 décembre 1940 comme pour se justifier après avoir reçu de nombreuses critiques quant au « Cher Ami »,  Gandhi lui écrit, en s’adressant encore une fois au « Dear Friend » qu’il s’adresse à lui sans aucune formalité, et que depuis 33 ans, il s’applique à s’engager dans l’amitié pour la terre entière et chérir l’humanité sans distinction de race, de couleur ou de religion. Mais Gandhi rappelant qu’il n’avait pas d’ennemi, pouvait sans autre s’adresser à Hitler comme à un ami. Toutefois, le chantre de la non-violence n’hésitera pas à accuser Hitler même s’il n’ose pas croire qu’il est le monstre qu’on décrit, que ses actes et ceux de ses amis et admirateurs sont monstrueux et peu compatibles avec la dignité humaine et que depuis petit, on nous a appris à les regarder comme des actes dégradants pour l’humanité. Il explique dans cette seconde missive à Hitler que ses résultats obtenus par la non-violence sont probants et qu’au nom de l’humanité, il lui demande d’arrêter la guerre et que cette lettre vaut aussi pour Mussolini que Gandhi avait rencontré à Rome.

Le courrier de non-violence de Gandhi, a dû véritablement tomber des mains de  à Hitler, alors que lui suggérait à Lord Halifax en 1938 , de tuer Gandhi et tous les leaders nationalistes indiens.

Deux lettres que je vous laisserai découvrir et qui a parfois inspiré du mépris pour un Gandhi taxé de naïf, et celui qui croyait n’avoir aucun ennemi alors que Hitler avait recommandé sa mise à mort, en a trouvé un autre sur son chemin, un nationaliste hindou qui le 30 janvier 1948 le tuera de trois balles, à Delhi.

Quoiqu’il en soit on ne pourra jamais reproché  à Gandhi d’avoir tenté d’empêcher la seconde guerre mondiale et cela à deux reprises tout en respectant sa ligne éthique qui était la non-violence. Mais avec Hitler, la Satyagraha connaissait ses limites, la non-violence et la Force de la Vérité  qu'il suggéra à la communauté juive allemande pour vaincre Hitler par la résistance passive était une utopie, une utopie dangereuse.

15940973_10212268948787892_1366782392235136510_n.jpg

Gandhi letter to Hiller dec 1940 Works vol 79 p 453.jpg

Gandhi letter to Hiller dec 1940 Works vol 79 p 454.jpg

Gandhi letter to Hiller dec 1940 Works vol 79 p 455.jpg

Gandhi letter to Hiller dec 1940 Works vol 79 p 456.jpg

Gandi letter to Hitler 1939 Works vol 76 p 156.jpg

TrDUCTION fr Gandi letter to Hitler 1939 Works vol 76 p 156.jpg

 

Sources : The Collection Works of Mahatma Gandhi LXX (July 16- November 30, 1939)/The Publication Division/Ministry of Information and Broadcasting Government of India.

Vous trouverez toute la correspondance  de Gandhi dans les 98  volumes du Gandhi Ashram Collected Works of Mahatma Gandhi

 

EXCELLENTE ANALYSE PLUS DETAILLEE DES DEUX LETTRES DE DR.KOENRAAD ELST dans  Les lettres du Mahatma Gandhi à Adolf Hitler

 

La grandes étapes de la vie de Gandhi reproduites par des figurines dans le musée Mani Bhavan 

 

Gandhi à Genève avec Romain Rolland en 1931. A la demande de Gandhi, Romain Rolland joue

la V ème symphonie de Beethoven. 

Romain Rolland publia la première biographie de Gandhi en 1924. Celui qu'il surnomma le Jésus Christ de l'Orient. Gandhi lui aurait rétorqué :"Non seulement vous m'avez rendu célèbre, vous avez aussi inventé un homme appelé Gandhi."

15940452_10212268828144876_579395890767158870_n.jpg

15894935_10212268826744841_2454399110947654657_n.jpg

15977528_10212268943867769_940579852168024130_n.jpg

L'assassinat de Gandhi 

15965493_10212268826664839_7460016105897527103_n.jpg

Sa chambre à coucher avec le métier à tisser le charka 

15940498_10212268826704840_3363653929429765805_n.jpg

 

15978071_10212268961708215_3542171322196515422_n.jpg

 

Crédits photo : Djemâa Chraïti

08:29 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (7) | |  Facebook | | |

Commentaires

Il y a effectivement une controverse autour de cette correspondance, on peut lire différents articles et différentes approches et interprétations. J'ai écrit à Gilbert Sinoué pour lui demander un commentaire à ce sujet.

http://www.lepoint.fr/culture/l-inde-expose-des-lettres-intimes-de-gandhi-30-01-2013-1621867_3.php

Pour ma part, après lecture de l'autobiographie de Gandhi et du rôle joué par Kallenbach dans la ferme Tolstoï en Afrique du Sud qu'il a achetée au Mahatma, je penche aussi pour la thèse d'une amitié exceptionnelle de deux hommes qui ont développé un projet communautaire; la rencontre véritable de deux idéalistes. Kallenbach après avoir passé quelques jours chez des moines Trappistes reviendra dans cette ferme apprendre aux enfants à fabriquer des chaussures. Par la suite, ne pouvant suivre Gandhi en Inde car on lui refuse son passeport, Kallenbach retourne à sa vie d'antan en Afrique du Sud. Il développera par la suite dans un Kibbutz en Israël son projet déjà entamé en Afrique du Sud avec Gandhi. A souligner que plus d'une fois Hermann Kallenbach a aidé Gandhi a financer des projets.
Pour ma part, j'irai lire personnellement cette correspondance en Inde et m'en faire une idée définitive.

Ravie de savoir que l'histoire de l'Inde vous intéresse et bonne année à vous.

Écrit par : djemâa | 15/01/2017

une relation basée sur la croyance karmique entre deux personnes peut créer un lien très étroit et plus fort que tout. Gandhi devait sans doute penser que son lien exceptionnel appartenait à son karma et qu'autrefois dans une autre vie, ils étaient déjà en étroite relation.
Lorsque j'ai écrit mon billet sur "une amitié karmique" de retour de New-Delhi, j'ai mis en avant une dimension qui nous échappe c'est celle de la réincarnation et de cette impression extraordinaire d'être si proche de personnes qu'on croit les avoir connues depuis toujours :

http://regardscroises.blog.tdg.ch/archive/2016/01/10/une-amitie-karmique-273200.html

On ne peut pas ne pas tenir compte du contexte culturel et cultuel auquel appartenait Gandhi.

Écrit par : djemâa | 15/01/2017

La non-violence ne peut pas être une réponse face à la violence d'un système totalitaire, la seule issue, la destruction de ce système au plus vite car on ne négocie pas avec un fasciste et on ne lui accorde pas de temps pour répandre la terreur et s'imposer.
Il aurait été vain de vouloir discuter avec Hitler avec des méthodes "peace and love", il ne connaissait que le langage de la violence. Il n'a jamais répondu aux missives de Gandhi à ce qu'on sache.

Écrit par : Alex | 15/01/2017

Il est étonnant de chercher sous VISSARION la présence d'un homme qui se dit la réincarnation de Jésus: Jésus de Sibérie.
voir l'entier du reportage.
A propos de karma en suivant toujours VISSARION.
Pour l'Inde la réincarnation n'est pas une victoire sur la mort mais la conséquence d'un manque d'évolution en vies passées.
Les personnes ne reviennent pas dans leur ancien corps mais, comme explique le Dalaï lama revenant avec des goûts, penchants et intérêts du passé il peut y avoir ressemblance entre les corps anciens et nouveaux souvent représentés par des robes.

Certains êtres sont prêts à retourner à la source dont ils émanent mais font vœu de revenir toujours pour aider tant qu'il y aura de la souffrance.
On nomme une telle personne bodhisattva. Jésus de Sibérie, soit anciennement de Nazareth reviendrait-il, au conditionnel, en tant que bodhisattva ou pour parfaire sa vie d'antan ("Je ne suis pas encore retourné auprès du père")! A la Résurrection, à Marie-Madeleine à laquelle il demande de ne point le toucher. Détail intéressant, elle le prend tout d'abord pour le jardinier du cimetière. En ce cas il était rasé contrairement à d'habitude puisque les gens l'appellent automatiquement "rabbi" donc non rasé: "la lame du rasoir n'effleure pas la joue du juif pieux."! ce qui pose la question de savoir si Jésus mourut ou non en croix, s'il fut crucifié. Si survivant il se cachait et ce faisant avait changé d'apparence: La preuve de sa résurrection Thomas mettant la main dans les cicatrices... ne tient pas car s'il a devant lui la preuve d'une crucifixion par les stigmates il n'a pas plus la preuve d'une mort que d'une résurrection. Comme nombreux étaient ceux qui ne mouraient pas en croix explique pourquoi on finissait par briser leurs membres aux crucifiés avant de les jeter dans la vallées de la Géhenne.)

En ce cas, réincarnation, il y a un karma qui peut être plus ou moins douloureux.
Bonne ou moins bonne naissance.

Gandhi ne portait pas un attachement excessif à sa femme et de retour d'un long voyage il se rendit pour un temps assez long non auprès de sa famille mais de ses amis.

Plus tard ayant froid dans son lit il s'y faisait réchauffer non par son épouse mais par des jeunes filles-bouillotes.

Autres temps et mœurs...sans doute.

Écrit par : Myriam Belakovsky | 15/01/2017

Il est extrêmement malvenu d'affirmer qu'Hitler qui aimait la musique avait jeune homme travaillé à la création d'un opéra avec un camarade non pour excuser les monstruosités à venir mais pour chercher en l'histoire de la famille d'Hitler et la sienne propre dès la plus jeune enfance, sans oublier le domaine prénatal et natal ce qui a fait d'un être humain ce qui devait un jour s'appeler "Hitler"!
Quels traumatismes non pour excuser l'horreur mais éviter la venue de nouveaux "Hitler".
Dès leur plus jeune âge être mieux attentifs aux enfants, leurs souffrances avant tout celles qu'ils ne disent pas et qui s'enfoncent telles échardes en leur chair psychiques.
Il y a des signes, des changements d'attitude... de vocabulaire.
Santé, fatigue, inattention ou distraction à l'école. Agitation.
Fautes d'orthographes révélatrices...
Les parents des milieux non privilégiés contraints tous deux aux journées professionnelles et domestiques ont-ils le temps qu'il faudrait pour suivre très attentivement un enfant? Chômage, insécurité.
Triste époque où ces lignes, simples, appartiennent à la désormais
en cette époque où ces simples lignes ont le tort d'appartenir à la méprisable "bien penssnce"...
Mieux vaut blasphèmes avec irrespect en guise de modernité!

Écrit par : Myriam Belakovsky | 17/01/2017

A lire et approfondir. Il y a des idées de proie (comme "Que le plus fort gagne!". Mais il y a aussi des idées herbivores qui sont la proie sure des idées de proie. A sa manière, toute idée qui va à l'extrême, absolue et sans rapport avec le bon sens, devient monstrueuse. Même si c'est Gandhi qui l'exprime, angélique.
Ioan Tenner

Écrit par : Ioan Tenner | 19/01/2017

Les commentaires sont fermés.