16/12/2016

Une affaire de pendue

Unknown.pngIl pleut, le soir est presque tombé encore entre chien et loup , un homme aux cheveux blancs fait de l'auto-stop juste après la douane de Veyrier côté français, je pense : le pauvre bougre, il va prendre froid, à son âge ce n'est pas raisonnable.

Je freine, m'arrête, il ouvre la portière et m'annonce vouloir se rendre à Saint-Julien, aussitôt entré dans la voiture, un regret me submerge arrivé avec l'étrange odeur de cet homme qui s'assied à mes côtés; une odeur subtile faite de feuilles mortes, de transpiration refroidie, de chaussures en cuir mouillées, de sac à dos rempli de nourritures entremêlées, sans doute. Une odeur animale de rance légèrement fétide.

Je l'observe rapidement et découvre dans la pénombre un visage rond et tané, un nez légèrement couperosé, étonnament gros pour son visage, l'homme est petit et replet, un brin nerveux.  Il soupire, je m'enquiers de savoir si tout va bien, il soupire encore mais plus fort cette seconde fois  : Ah! si vous saviez ce qui m'arrive ! Je n'ose pas le dire. Si, si osez! Je vous en prie, mais parlez donc plus fort, je vous entends à peine, lui répondis-je.

Et il raconte d'une traite: " Ma femme originaire de Lourdes s'est pendue et m'a laissé seul avec trois enfants. Dépressif, j'ai perdu mon travail et le juge veut placer mes enfants à la DASS si je ne prouve pas que je peux les entretenir. Je suis venu discuter avec les parents de ma femme qui ne veulent pas me donner l‘argent nécessaire d'ici demain, car  je dois comparaître devant le tribunal. Ma voiture est parquée à Saint-Julien, je dois me rendre rapidement à Lourdes et pour cela il me faut l'argent pour l'essence et pour l'autoroute."

Tout en roulant, je réfléchis et lâche un " Mon pauvre monsieur! Quel drame!". On arrive à mi-chemin, je lui demande combien ça coûte tout ça, immédiatement, sans hésiter, il annonce  140 euros. Je trouve que ça fait cher la course. Je lui dis être contente de l'avoir un peu aidé en le rapprochant de sa voiture, pour seule réponse, il m'engueule de ne lui pas donner  la somme nécessaire et pourquoi alors avoir demandé le coût de l'opération. Non  è vero ma ben trovato ! 

N'ayant pas envie d'argumenter, je lui rétorque : "Même à Lourdes, on ne fait plus de miracles!"

Une semaine plus tard, je le vois faire du stop mais en sens inverse, direction Saint-Julien-Annemasse et le reconnaissant, j'arrête la voiture, lui, ne se souvient pas de moi. Il me répète la même histoire, mais cette fois-çi, il a laissé sa voiture, à Annemasse, c'est-à-dire dans le sens opposé. Il mentionne deux enfants au lieu de trois, je lui demande si un enfant s'est pendu avec la mère  depuis la dernière fois.

Je le dépose avec la même formule que la fois précédente : "Même à Lourdes, on ne fait plus de miracles " . Je songe qu'avec son récit, et plusieurs allers-retours par jour, il doit arriver à se faire au bas mot, 5'000 euros par mois, non déclarés.

 

19:12 | Lien permanent | Commentaires (7) | |  Facebook | | |

Commentaires

Histoire totalement inattendue et surprenante.
Pourtant bien située dans l'espace, sur une route connue et ses paysages.
À chaque paragraphe j'avais envie d'anticiper, d'imaginer une ou deux suites possibles selon des standards, selon tel mot, telle ambiance ou situation.
Et à chaque fois l'histoire m'a surpris, jusqu'à la fin.

Merci.

Écrit par : hommelibre | 17/12/2016

Cette histoire est vraie et je l'ai vécue moi aussi.
C'est du côté d'Annemasse que j'ai pris ce monsieur pour le conduire à Croix-de-Rozon il y a déjà longtemps (2 voire même 3 ans). Il m'a raconté exactement la même histoire et j'y ai cru ! Je lui ai donné 20.- ou 30.- et après je rigolais en me disant que c'était bien la première fois que je prenais un autostoppeur et lui payais en plus le trajet ! Décidément, je ne vais plus croire personne, même les pauvres, et c'est bien triste.

Écrit par : Julie | 17/12/2016

L'auto-stop est une petite aventure, tant pour le stoppeur que pour l'automobiliste.
Il faut arriver à se faire une idée juste de l'autre, très rapidement et répondre à la question : Je m'arrête ou pas ? ou bien : Je monte ou pas ?
Comme vous, Djemaà, il m'arrive de prendre des gens dans ma voiture, entre Genève, Ferney et Gex.
Jusqu'à présent, il n'y a pas eu de frousse. Juste une fois à Vésenaz, un soir, lorsque je me suis arrêtée pour une femme à un arrêt de bus et que son compagnon totalement drogué s'est aussitôt matérialisé derrière elle. J'ai tenu le coup jusqu'à Rive, car il était très amoindri ... J'ai bien sûr risqué quelque vomissure, mais rien de plus.

Du côté de Ferney, il m'est arrivé de recouper une histoire, un peu comme Julie et Djemaà, mais en positif et en ces temps de Noël, j'aimerais la raconter, parce qu'il y a vraiment de belles rencontres à faire. Et malgré tout des gens qui racontent la vérité.

Il y a bien 3-4 mois, un vendredi, j'ai pris un petit monsieur frêle à la sortie de Ferney, il allait à la mosquée du Grand-Saconnex. Il a eu le temps de raconter sa vie en quelques mots.
Son grand âge n'est pas vraiment attesté par un papier officiel, car au Bangladesh on n'en avait pas, il y a plus de 80 ans de cela. Ancien employé de l'ONU et veuf, il ne peut se décider de rentrer au pays, car son fils unique est à Genève. Sa belle-fille l'empêche de voir son fils et il en est très triste.

La semaine dernière, je prends une femme à un arrêt près de Gex. La discussion est bien sûr vive et par hasard, je lui parle du monsieur bangladais.
Elle me répond :" Mais je le connais ! Nous nous occupons de lui, tout le monde le connaît dans la rue ( nous étions arrivés au centre de Ferney) et on s'assure qu'il va bien, on discute avec lui. Le restaurateur pakistanais lui garde sa table et il peut toujours avoir de la compagnie."
Il y a donc encore des amorces de vie villageoise, même à Ferney !

Si le stoppeur du pied du Salève arrive à se faire entretenir ainsi, il est sacrément futé et gonflé. La longévité de son astuce prouve que les gens sont bien plus généreux et altruistes qu'on ne le pense.

Merci en tout cas pour l'information ! Je pourrais tomber dans le piège...

Écrit par : Calendula | 17/12/2016

Rien que pour avoir eu le plaisir d'écrire cette anecdote, je lui donnerai 20 euros la prochaine fois que je le croiserai. Et qui c'est cette fois-ci la morte sera ressuscitée et il y aura quatre enfants à nourrir de toute urgence ?

Écrit par : Djemâa | 17/12/2016

Formidable cette histoire j'adore pleine d'humour!

Écrit par : Mihal Shema | 01/01/2017

Bonjour ! La lecture de votre histoire m'a bien rassurée ! En effet, quelques jours avant vous, j'avais moi-même pris cet homme en stop à la douane de Veyrier. Il voulait aller à Etrembières, mais en cours de route, il a déclaré qu'il voulait se rendre à Reignier. Malgré mes doutes, je l'ai pris en pitié et l'ai conduit jusqu'à Reignier, faisant ainsi un grand détour. Il m'a raconté la même histoire, avec 2 enfants qu'il voulait récupérer pour 160.- euros. Ayant détecté ma sensibilité, il m'a déclaré que si je ne l'aidais pas suffisamment, il allait se suicide à son tour. Je lui ai laissé 20 euros en le déposant devant l'église de Reignier. Mais j'ai ensuite continué à me faire du souci, voire des reproches de ne pas l'avoir aidé davantage. Ainsi, la lecture de votre histoire m'a bien soulagée ! La même odeur rance, la même épouse de lourdes pendue, 2 enfants qui iraient à la Dass s'il ne versait pas la somme requise à la Justice, les beaux-parents qui l'ont chassé de chez eux, à Genève, alors qu'il était venu leur demander de l'aide... Et moi, des jours entiers à me faire du mourron pour lui et ses menaces de suicide ! J'avais même appelé la police française, ce soir-là, pour le secourir. Mais les policiers m'ont dit qu'ils ne pourraient rien faire ; mais qu'ils seraient attentifs lors de leurs rondes dans le coin, le cas échéant...
Alors, merci pour avoir raconté votre histoire dans votre blog ! Et Bonne et Heureuse Nouvelle Année ! Soheyla.

Écrit par : Soheyla | 03/01/2017

A lire tous ces commentaires je me demande, je demande aux commentateurs, s'ils jureraient qu'en parlant de Lourdes... il n'y a pas eu miracle

pas comme attendu le plus souvent en vain, certes, mais infos ou tuyaux échangés...!?

Écrit par : Myriam Belakovsky | 03/01/2017

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.