27/11/2016

Chronique d’une passion

  • _G2A7776.jpgLe destin de certaines personnes vous laissent béats d’admiration et aussitôt de se demander de quelle trempe faut-il être fait pour se hisser au-dessus de tout : les épreuves, les défis, la barrière de la langue, et surtout être capable à Genève de venir de Colombie et proposer des montres aux horlogers suisses, il fallait soit avoir du génie, soit être fou.

Alvaro Moya-Plata, nous démontrera qu’il faut beaucoup de génie et un brin de folie.

Né dans la cordillère des Andes, à Zapatoca, d’une fratrie de 24 enfants et pénultième, Alvaro s’est très vite distingué par une force de caractère particulière. Enfant de paysans, il accompagnait son père vendre fruits et légumes au village, son père lui demanda alors, un jour, de ramener les mulets, l’enfant savait déjà qu’il n’y a pas plus têtu qu’une mule. Il refuse ! Son père le menace, l’enfant décide pour échapper à la sentence paternelle de s’enfuir.

Alvaro a scellé son destin. Petits boulots, cireur de chaussures jusqu’à ce qu’on lui vole sa boîte de cirage tandis qu’il dort à poings fermés, vendeur de cigarettes, de tickets de loterie. Homme à tout faire d’une vieille dame étrange, vendeur, livreur après avoir passé son permis en trichant un tout petit peu sur l’âge. Survie oblige ! Il voyage et découvre le pays de long en large et surtout voir la mer, pour cet enfant né dans les montagnes.

Désireux de se rendre aux Etats-Unis, il part à pied et se prépare à marcher , marcher sans crainte, droit devant lui avec ses compagnons de voyage, rencontrés au fur et à mesure des périples, traverser les jungles, les déserts. La police lui met la main dessus, il accomplira 33 jours de prison au Mexique et la main d’un ange lui offre un billet retour pour la Colombie.

Il reprend les jobs, mais il a grandi entretemps, chauffeur-livreur, il rencontre un Colombien qui lui propose de travailler pour lui comme garde dans une mine d’émeraudes. Les pierres non achetées par les propriétaires peuvent être revendues au personnel. Il en accumule une petite quantité, économise, et pour un autre vendeur d’émeraudes, il commence à venir à Genève essayer de les vendre.

Coup de foudre, la ville l’enchante, tout est propre, tout est tranquille, les gens si avenants, si polis. Il s’installe à Genève, - les ressortissants colombiens pouvaient venir alors en Suisse sans visa - il reprend les petits boulots, ménage, livreur, chauffeur-livreur pour une grand compagnie horlogère, au fur et à mesure des aller-retour Genève-Le Sentier, il tisse des liens, reconnaît le travail des artisans. Un sertisseur lui propose de lui enseigner le métier.

Emballé, il se lève à l’aube et fait le trajet Genève-Le Sentier pour rentrer à 19 heures, tous les jours, sans salaire. Celle qui est devenue sa femme en 1993, rencontrée dans le bus 3, et avec qui il a une petite fille,   se désespère, comment faire sans argent ? Alvaro multiplie les pièces, au-delà de 20, le sertisseur le payera, il en réalise 40, 60, 80. On le reconnaît doué, d’une habileté extraordinaire, il apprend les différentes techniques.

Puis engagé chez Piaget comme sertisseur, après 3 ans chez eux, il part dans la charrette des licenciés. Qu’à cela ne tienne ! Il se lance à son compte, en 2008, il crée sa bijouterie avec un atelier de sertissage à l’arrière : Moya, à la rue Kléberg. Son réseau il l’a déjà, tous les artisans du Sentier à qui il livrait des pièces autrefois et qui le connaissent bien et surtout qui lui font confiance.

Deux ans plus tard, il lance sa propre montre le Cundur – qui signifie le condor en langue quechua. Sa carrière d’horloger est lancée couronnée d’un savoir-faire exceptionnel dans le sertissage de cadrans de montres.

Assis en face de moi dans son atelier qui ne cesse de s’agrandir par l'arrivée de nouveaux établis et installé à Meyrin, créateur d’emplois aussi, il ne peut s’empêcher de sourire, avec ses yeux constamment rieurs. Des mèches rebelles noires dansent tandis qu’il parle, seules ses mains sont impassibles, on voit qu’il a entièrement appris à les maîtriser. Tout bouge en lui, sauf elles, on croirait des prêtresses dignes et fières qui laissent leur maître s’amuser un peu avant de se remettre sérieusement à la tâche. Ses doigts habiles qui sertissent, patiemment, tout le métier est là. Pour savoir vraiment qui est Alvaro Moya-Plata, il faut regarder ses mains et vous aurez tout compris, ce sont elles qui sont maîtresses de son destin. Elles, mais aussi, le rêve, la passion, ne jamais renoncer à ses projets quoiqu’en disent les autres. Et surtout, comme il le prouve, ne pas avoir peur de travailler, et beaucoup travailler, sans relâche.

Et il part d’un dernier éclat de rire «  Il faut du courage pour créer une montre en Suisse, et oser la vendre à des Suisses quand on est d’origine colombienne, plus, il faut avoir des couilles ! »

Et la crise de l’horlogerie, elle vous fait peur ? Et en souriant de répondre : » à chaque crise, j’ai eu moins de travail et donc avais plus de temps pour concevoir des modèles. Il ne faut pas avoir peur des crises, elles nous permettent de nous remettre en question et de faire encore mieux. »

 

Et à lui de conclure en citant Coco Chanel : «  La beauté commence avec la décision d’être soi-même » et plus vrai, plus nature et authentique que Alvaro Moya-Plata, ce serait difficile.

Mais aussi une grande reconnaissance à la Suisse de m'avoir permis d'être qui je suis aujourd'hui. 

 

Vidéo complète de l’interview, produite par Djemâa Chraïti et réalisée par Andrey Art.

 


 

 

 Photo Andrey Art

 

 

 

 

 

 

17:21 | Lien permanent | Commentaires (4) | |  Facebook | | |

20/11/2016

Le Smartphone est devenu un kit de survie

20981531288_44197ece25_z.jpgPlus d’une fois, j’ai entendu cette réflexion qui me paraît indécente : « Regardez les portables et les Smartphones que se paient les réfugiés ! Eux ! »- « Ils ont même des tablettes !"  Certains esprits chagrins sont indignés de les voir avec leur Smartphone à la main et qu'ils utilisent avec des cartes à prépaiement, les plus connues Lycamobile et Lebara. Les réfugiés sont devenus des nomades digitaux et pratiquent sans le vouloir  et sans l'avoir choisi un nomadisme digital qui semble fonctionner.

A Athènes, à l’Hôtel City Plaza, on pouvait voir dans le hall principal où le Wi-Fi se captait bien, de nombreuses personnes  sur leur portable, à pianoter ou parler via Whatsapp, Facetime ou autres outils de communication, écouter la radio ou de la musique, regarder un film. Des jeunes montraient aux plus vieux comment parler à leurs enfants via une application ad hoc. Le Smartphone est devenu un kit de survie.

nomade1587.jpgA Genève, sur la Plaine de Plainpalais, des dizaines de fils sont connectés par des mains inconnues aux bornes équipées de prises électriques  afin de recharger leurs appareils.
Quand on a perdu sa maison, tout laissé derrière, vu sa famille éparpillée dans toute l’Europe, perdu la trace de proches, on ne peut pas encore leur jalouser le fait d’être connectés, car c’est devenu essentiel voire vital, un outil existentiel  pour garder le contact dans cet éclatement généralisé des vies. Le GPS les sauve lorsqu'ils doivent marcher pendant des jours et s'égarer peut signifier la mort. Ils identifient partout où ils arrivent toutes les zones Wi-Fi de l’endroit où ils se trouvent et se les communiquent, heureusement que de nombreuses villes en Europe offrent l'accès gratuit au  Wi-Fi. Rien qu'à Genève, on dénombre 568 point d’accès répartis sur 78 sites. Accéder à l’information et pouvoir communiquer est devenu un enjeu non seulement démocratique mais tout simplement de survie. 
Pour ceux qui ne savent pas encore écrire la langue du pays dans lequel ils se trouvent, ils communiquent volontiers par le microphone Whatsapp et parlent plutôt qu’écrire ou d'autres les plus assidus, choisissent des applications qui leur apprennent la langue du pays d'accueil.

Toutes les applications qui leur permettent de téléphoner gratuitement leur sont connues. Et au lieu de reprocher cela aux réfugiés, le seul fil qui leur reste avec ce qui autrefois tenait lieu de famille, il faudrait s’assurer , bien au contraire, que chacun puisse rester en contact, leur permettre d’identifier comme à l’aéroport les bornes de recharges électriques pour ceux qui sont dans la rue. La communication est devenue un outil de survie dont l’absolue nécessité semble échapper à certains.

 

Aider plutôt les réfugiés à rester connectés pour qu’ils ne déconnectent pas complètement jusqu’à la folie.

 

Vous pouvez vous aussi découvrir les zones couvertes par le réseau à Genève:

http://www.ville-geneve.ch/fileadmin/public/Departement_1/Cartes_et_plans/points-acces-wifi-publics-ville-geneve.pdf

18:49 | Lien permanent | Commentaires (4) | |  Facebook | | |

12/11/2016

Histoires singulières et autre récit

davidoff2.gifA la chasse « aux histoires singulières sur la synchronicité », je compile autant de récits que faire se peut en vue d’une prochaine publication. Lorsque j’ai un interlocuteur ou une - trice devant moi, je donne un exemple de synchronicité et attends un récit du même type que je retranscris dans mon petit cahier à carreaux bleus.

Devant moi, un personnage élégant aux traits raffinés, arborant des lunettes rondes aux montures fines et dont la stature pourrait rappeler celle de Stefan Zweig. En écoutant un de mes récits, il s'anime brusquement  et décide de m’en délivrer  un, transmis par la lignée paternelle, fumeuse de cigares,    pareil à un bijou rare et unique qu’il extrairait d’une malle aux trésors et que voici  et qui ne s’inscrivait pas dans une optique de synchronicité mais qui avait quelque de chose d’aussi magique et envoûtant :

Lorsque la famille Davidoff s’installa à Genève, le petit Zino n’avait alors que 5 ans. Emigrée de Kiev, la famille ouvrit, à Genève, en 1911, le magasin de tabac que nous allions tous connaître par la suite. De nombreux russes fumeurs de cigares qu’ils roulaient à l’époque se retrouvaient régulièrement dans l’arrière-boutique,  et,  tout en faisant des cercles presque parfaits en recrachant la fumée, ils  retraçaient leur parcours, leur vie d’antan en Russie, leurs espoirs, leur tristesse;  entre nostalgie et parfums de cigare dont parfois la légère délicieuse amertume leur rappelait l'odeur de la toundra  délaissée et déjà évanescente dans les mémoires vaporeuses où tout s'estompait dans une brume étrange, aussi opaque que  la nuage exhalé en un souffle léger de leur bouche ronde, ou quand la vie de ces nouveaux réfugiés tournoyaient dans les spirales et arabesques tourbillonnantes des volutes de leur cigare.

Un petit homme, rond et chauve, venait fréquemment  au magasin et se joignait au groupe, après avoir humé et palpé longuement son cigare qui selon la tradition russe le roulait en diagonal, et l'avoir entièrement aspiré , il écrasait le mégot au fond du cendrier d’un air rageur et décidé, et clamait avec force et conviction : "Je l’aurai ! Je l’aurai ! » 

Nous sommes peu avant 1917, et c’est Vladimir Illitch Oulianov dit Lénine qui fit de longs séjours en Suisse qui écrasait le reste de ce qu'il avait lentement fumé, assis sur sa chaise à refaire le monde,  avec la puissance d’un révolutionnaire prêt à en découdre avec le gouvernement Kerensky, celui qui deviendra le premier dirigeant de la Russie soviétique.

Quant au jeune Zino, il sera envoyé en Argentine, au Brésil, puis à Cuba pour y compléter sa formation de fabricant de tabac. Il avait alors tout juste 19 ans et ne savait pas encore qu'il deviendrait le roi du meilleur cigare au monde offrant à Genève une vitrine internationale du goût et du raffinement.

Après ce récit à la puissance évocatrice, j’observe mon interlocuteur et songe à la force de la tradition orale, en moins de quatre minutes, il est parvenu à tracer un tableau extraordinaire d’une époque révolue mais qui recevait déjà des réfugiés par milliers dont certains avec tout leur génie, tout leur talent et toute leur force de travail et de créativité. 

Merci à mon conteur pour ce magnifique récit sur l’arrière-boutique Davidoff et de rappeler que les émigrés ont notamment participé au rayonnement du pays, le magasin Davidoff en est une preuve éclatante.

Des histoires qu'il faudrait immortaliser et qui appartiennent à la mémoire des peuples, un tel récit pourrait faire l'objet d'un roman ou d'une pièce de théâtre. J'ai lâché à mon conteur , à la fin, que s'il avait encore des histoires à raconter, j'arriverais en courant avec mon cahier noir à carreaux bleus.

Les récits sont la mémoire des peuples !

 

* Le recensement de 1910 comptabilisait 4'607 personnes vivant en Suisse dont le russe est la langue maternelle. Les personnes dépourvues de papiers officiels pouvaient solliciter une Toleranz pour laquelle le candidat devait verser une caution de 1'500 frs pour une personne seule, valable que pour une année.", ancêtre des permis précaires de nos jours.

*Et aux Genevois de se plaindre des étudiants émigrés russes comme ceux qui suivirent un cours spécial de trois mois à l’Université de Genève , ce qui leur permit d’intervenir comme masseurs qualifiés dans les stations estivales d’Allemagne.

 Rien de nouveau sous le soleil !

 

* Les Révolutionnaires russes et l'asile politique en Suisse de Alfred Erich Senn

 

10:39 | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook | | |

06/11/2016

Du Tous créoles au Tout-Monde

13.9.14.JPGNi Renaudot, ni Goncourt mais mieux encore, avec tout le sang dont les lecteurs semblent raffoler, celui des esclaves transportés par millions dans des cales et dont le 20% n’arrivait pas à destination, Marie-Andrée Ciprut, franco-suisse originaire de la Martinique, nous offre dans ses deux ouvrages Outre Mère, essai sur le métissage et Un Racisme en Noir(e) et Blanc(he), une fresque saisissante de l’origine de l’identité antillaise avec son corollaire l’identité créole, creuset de diversités, de peuplements, de couleurs de peau, de langues, de croyances, à l’image du monde, du « Tout-Monde » en devenir. 

Par sa représentation symbolique très forte du banian, elle nous invite à nous imaginer en arbre centenaire dont les radicelles retombent dans la terre nourricière, puis remontent à la lumière en s’appuyant sur l’horizontalité de ses branches. Une dynamique constante opposée à l’idée d’enfermement, de nationalisme, d’incitation à la haine et à l’exclusion.

 M.-A. Ciprut s’appuie sur le grand penseur martiniquais Edouard Glissant pour qui « les banians crépitent en rhizomes dans l’espace du monde », qui à son tour emprunte cette métaphore à G. Deleuze. Chacun peut nourrir son identité banian de ses différents lieux d’existence, bannissant les frontières : « agis dans ton lieu, pense avec le monde » disait Glissant. Elle analyse la formation de l’identité créole à partir d’une liste  d'une palpitante diversité, telles les variations de couleurs, de sons, de mélanges culturels infinis qui remontent jusqu’à la présence des Arawaks, amérindiens établis sur l’archipel quatre millénaires B.P, sans compter la faille traumatique de l’esclavage. Elle nous brosse ensuite un tableau saisissant qui, tel un cyclone, balaie tous les préjugés, les décortiquant systématiquement en sa qualité d’ethno thérapeute, co-fondatrice en 1995 et ancienne responsable clinique de l’Association « Pluriels » à Genève.

En l’écoutant parler tandis qu’elle dépiaute avec délicatesse sa tarte au chocolat avec un art aussi raffiné qu’elle a de déconstruire les mythes et les mensonges mis en exergue dans son œuvre Un Racisme en Noir(e) et Blanc(he), elle offre une perspective de cohabitation intéressante : en réalité, rencontrer l’Autre qui est différent n’est pas, à son tour, devenir aussi étrangement différent, ni un Autre qui se perd. La rencontre nous enrichit en même temps que cet Autre qui nous interpelle dans notre zone de confort, tissée d’habitudes, de non-confrontation, parfois de rejet et d’exclusion, entrainant un repli sur soi, un enfermement pouvant aller jusqu’à la déshumanisation.

Avec E. Glissant et M.-A. Ciprut, nous réalisons, que nous le voulions ou non, que grâce à la facilité des échanges, la diversité et la mobilité humaine, nous sommes tous engagés dans un processus relationnel de créolisation, processus ininterrompu, « expérience progressive du diversel dans un Tout-Monde où la mondialité serait en opposition humaniste à la mondialisation économique. » 

Un souffle nouveau ou un cyclone qui nous amène sur des rives nouvelles qui nous paraissent étranges et effrayantes ! Notre monde ressemble à ces rivages d’antan ayant recueilli par vagues successives tous ces peuples différents d’aujourd’hui, pour alimenter un seul creuset où chacun deviendrait un banian solaire puisant dans cette terre nourricière, qui le projette encore et encore dans la lumière, à l'aube d’une humanité revisitée.

Ni Renaudot, ni Goncourt, mais mieux encore, merci à Marie-Andrée Ciprut de participer à l’élargissement de nos horizons et sentir l’alizé balayer nos anciennes peurs !

A lire : le livre à deux voix, celle de Marie-Andrée Ciprut pour le racisme en Noir (e) et celle feue Franca Ongarelli Loup pour le racisme en Blanc(he).

 Et à écouter l'interview audio produite par Djemâa Chraïti et réalisée par Andrey Art /Interview D. Chraïti


couverture internet.jpg

 

 Article repris par Potomitan, site de promotion des cultures et des langues  créoles

potomitan.info/ciprut/creoles.php

 

17:08 | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook | | |