09/09/2016

Carnet de Mongolie – Mystère et chamanisme (suite)

IMG_0359.JPGLa dernière rencontre fut avec une chamane de la taïga qui appartient à la tribu des éleveurs de rennes et qui vit en partie dans un tipi, très proches des Indiens d’Amérique du Nord qui pratiquent  presque les mêmes rituels et qui selon eux appartiennent au même peuple.

D’un point de vue intellectuel, je trouvai intéressant cette intemporalité, ce lien avec l’invisible où tout n’est plus qu’énergie et esprit vivant:  la montagne, la rivière, le ciel, où chaque élément ne devient que prétexte à se connecter avec les forces de l’invisible. Je songeai  à ces rituels identiques pratiqués à divers endroits de la terre, Afrique, Asie, Amérique latine et qui effacent les frontières entre les esprits et les vivants et les vivants entre ux,  entre les vivants et la nature et les animaux,  comme si l'ensemble ne formait  qu’un tout dans une systémique cosmogonique où le temps et les frontières sont effacés. 

Une vision d’un monde où tout se rencontre et se connecte ; un autre regard sur le monde et la puissance de l’invisible, côtoyer le mystère en l’acceptant pleinement, c’est un peu l’approche des Mongols et de plus en plus d’Européens qui cherchent dans le chamanisme à se reconnecter avec le monde visible et invisible qui les entoure afin de recréer le lien. 

Des rituels qui nous échappent. Pour l’imaginaire,  c’est une source infinie d'inspiration, des idées de romans pourraient en surgir, dans lesquels le réel se confondrait avec le monde éthéré.

PORTE  OUVERTE SUR UN AILLEURS 

IMG_0027.JPG

IMG_0364.JPG

 

 

IMG_0366.JPG

UN GRAND MERCI A CYNTHIA ALTHAUS - CORRECTRICE STAGIAIRE

11:07 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | |

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.