21/06/2016

Voile noir sur Bruxelles

IMG_0427-2.JPGBruxelles - A l’aéroport de Bruxelles-Zaventem , le temps retient son souffle après l’attentat, des parties sont encore interdites d’accès au public pour cause de travaux, une odeur étrange et surannée faite d’un mélange de fer et de feu plane dans l’air.

Visages fermés dans le métro, soldats déployés dans toutes les zones sensibles, un silence épais où chacun murmure et observe un sac ouvert, un ordinateur oublié quelques secondes sur un siège et tout de suite, la tension est palpable. Des sirènes dans toute la ville vrillent les oreilles. Des gyrophares soudain s'allument sur le toit de plusieurs voitures banalisées qui filent à toute vitesse vers un même endroit désigné par quelqu'un. Une frénésie tentaculaire touche la ville, chacun le ressent de façon sournoise et ceci crée une profonde  sensation d'être constamment sur le  qui-vive.  

Sur la ligne de métro de Maelbeek entre les stations Arts-Loi et Schumann, des jeunes filles sont assises à côté de moi, âgées entre 15 et 18 ans à peine, tout de noir vêtues, portant un voile intégral, une d’entre elles exhibe un masque médical, est-ce pour remplacer le niqab qui couvre le visage en forme de provocation ? Elles parlent fort, des garçons les accompagnent dont certains portent la barbe,  et l’une d’elles se fait insulter par un des jeunes de son groupe; petit, sec et nerveux, d'une nervosité quasi maladive et  qui ne cesse de s'agiter sur son siège,  le visage contracté,  dévoré de tics et de haine: »T’es conne !Tu comprends rien ! Mais t’es ......conne ! Euh! Euh! t’es vraiment....conne ! Il cherche d'autres mots, en vain, son vocabulaire est  très limité.  La fille ne bronche pas, ni  les autres du reste . Les insultes glissent sur le voile. La fille encaisse, en un silence assourdissant.

 

IMG_0424.JPGJ’observe ce groupe, assurément tous nés en Belgique, enfants de la troisième génération sans doute, ce sont bien des belges malgré les apparences, ils sont fiers et sûrs d’eux tout en soulignant leur différence qu'ils affichent pareille à un étendard. Les gens les observent et dans leur regard de l’incrédulité. Comment est-ce possible ?

Une volonté de non-intégration affichée, un parler qui montre le vide abyssal de têtes vides remplies à la hâte. Force est de constater, durant des années, patiemment, systématiquement,   un travail de sape, des prédicateurs dangereux aux prêches radicales, une lente dérive de jeunes des quartiers pauvres laissés en proie, livrés au wahhabisme et au salafisme et qui s’étend dorénavant sous nos yeux dans tout son éclat et dans tout son cynisme.

Le groupe sort du métro, nous sommes en plein centre de Bruxelles, sur une ligne très fréquentée. On reste interpellé . Mais que s’est-il passé ? Combien d'entre eux  deviendront de la chair à canon en Syrie et en Europe  et qui feront autant de victimes ? A qui profite le crime ? A qui profite le crime.....qui manipule......qui tire les ficelles.......qui orchestre.......qui profite de cette déstabilisation de l'Europe....qui sauvera l'Europe  ?

 

 

 

 

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.