21/02/2016

La mémoire des pierres

Maroc - Dans les mellahs, les pierres, elles se souviennent. De ces longs cris déchirants des hommes que l'ont abat, des filles que l'on le viole, des maisons saccagées, des magasins délestés de toutes leurs marchandises.
Hier, encore, un corps allongé sur les dalles froides entre les échoppes aux tentures multicolores, aux montagnes d'épices, le cri s'est transformé en râles, puis un silence si lourd, un silence immémorial s'est abattu jusque dans la mémoire des hommes, un silence qui paralyse les consciences et fige les langues.

 La pierre abreuvée de sang chaud, elle, ne peut plus oublier, il en coule tant que des flaques se forment autour du corps formant des dessins étranges, des continents engloutis dans une indifférence traîtresse. L'amnésie gagne ce cercle d'hommes qui se resserre autour de la victime, jouissant du spectacle absurde d'une mise à mort. La vie, dans un dernier souffle file entre les lèvres, la joue collée contre la pierre, un murmure plaintif "Ô D.ieu protège mes enfants!".  Le couteau planté dans dos laisse scintiller la lame dans un rayon de soleil glacé. Le chapeau de l'homme a roulé à terre, à quelques centimètres de sa tête. A travers le voile de ses larmes, il perçoit le balancement des burnous à quelques centimètres de lui. Seul, étendu au milieu de ce cercle, il entend une voix conclure: " ce n'est qu'un Juif! La police débarquée, notera brièvement:"pas de témoins, l'agresseur s'est enfui : affaire classée! "

Seule la pierre aurait pu raconter, les pas précipités d'un lâche qui poignarde dans le dos, le bruit de l'affaissement du corps, les battements précipités du coeur qui ralentit si vite, puis plus rien.
Les pierres ont-elles plus de mémoire que les hommes ? Auraient-elles plus de coeur?
Des scène ô combien tristement communes qui se sont déroulées dans presque toutes les villes du Maghreb et en Orient et sans jamais aucune condamnation d'un coupable.

L'histoire des Juifs est racontée dans "Un exil au Maghreb- La condition juive sous l'Islam de 1142 à 1912" mais les meurtres se sont perpétués bien au-delà de cette période.
Des pogroms en pagaille, au fil des siècles, une justice absente, une conscience fantôme plane sur l'histoire des Juifs en Orient et un travail de justice et de réparations qui ne s'est jamais réalisé, mais plus grave encore un déni total de la barbarie que l'on cache derrière la dhimmitude, non point une institution de protection mais celle d'une injustice institutionnalisée.
A quand le temps de la conscience historique et de la réparation?  Nous  le savons tous, il n'y a pas de justice sans réparations.
Un voile à peine soulevé, l'oeuvre de Lakhdar Omar, "Mogador -Judaïca, dernière génération d'une histoire millénaire" montre  que l'on commence à revisiter l'histoire, sous l'angle de faits peu glorieux, une oeuvre parfois maladroite mais, enfin les prémisses du récit de siècles de barbarie.

A quand une conscience arabe à l'égard des Juifs? Qui peut prétendre construire sur les sables mouvants d'une amnésie séculaire? A quand une conscience? 
Mais les pierres sont là pour raconter .........


Je dédie ce texte à celui qui reconnaîtra l'injustice faite à son père lâchement assassiné au Maroc au seul nom du fait qu'il était juif, issu d'une famille établie au Maroc depuis des siècles et sans doute bien avant l'arrivée des Arabes.

sources

L'Exil au Maghreb - La conditon juive sous l'Islam 1148-1912 de Paul B.Fenton & David G.Littman  in PUPS

Lakhdar Omar - Mogador - Judaïca - Dernière génération d'une histoire millénaire in  GÉOgraphie

21:56 | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook | | |

Commentaires

Bonsoir
Tombé presque par hasard sur votre blog et surtout intrigué par le titre , j'ai eu comme une sueur froide en lisant vos premières lignes , car en effet ces dernier jours la pierre à faillie être gorgée de sang.
Malheureusement ce n'est qu'une question de temps. Athée et non Marocain je précise qu'en plus vous m'avez donné envie de lire ce livre.
Je me permet de poster un lien d'actualité qui justement concerne Mogador et les tueurs lâches qui rêvent de la briser.
Peut être hors sujet, si tel devait être le cas , merci de ne pas en tenir rigueur mais l'histoire semble se répéter et votre billet m'a simplement touché.

http://m.huffpost.com/mg/entry/9280948

Cordialement

Écrit par : Bob | 22/02/2016

Les commentaires sont fermés.