05/12/2015

Un rêve kazakh

Comme annoncé dans mon billet, cette histoire a été retirée après l'avoir laissée en lecture durant deux jours, mais si quelqu'un souhaite en prendre connaissance, je peux l'envoyer par email en vous priant de ne pas la diffuser car elle reste le matériau d'une prochaine nouvelle.

Merci 

Mon email dchraiti@infomaniak.ch

11:53 | Lien permanent | Commentaires (5) | |  Facebook | | |

Commentaires

Djemâa,

Tragédie ce que vous nous donnez là à lire - pour deux jours seulement?- alors que dans cette histoire, la partie purement administrative, connue pour être un véritable parcours du combattant, en l'occurrence de la sinon des combattantes, a finalement abouti...

Écrit par : Hélène Richard-Favre | 05/12/2015

Oui, Hélène ce qui renforce la trame dramatique, les démarches avaient fini par aboutir.
Je ne laisse ce récit que 2 jours car il est le matériau d'une nouvelle et je ne souhaite pas le laisser à tout venant. Ce drame s'est produit, il n'y a que quelques mois, les parents sont encore en état de choc.
Bien à vous Djemâa

Écrit par : djemâa | 05/12/2015

C'est tout simplement scandaleux. Comme quoi de vouloir faire les choses propres en ordre... Avec tous les clandestins qui eux sont bien parmi nous. En plus avec une relation de parenté... Il ne manque que de nous dire - s'il vous plaît - si une administration cantonale est impliquée, et si oui laquelle. Je ne peux imaginer que le canton de Genève ait eu une part quelconque à ce drame.

Et n'oubliez pas de nous faire connaître la nouvelle dès sa publication. Merci.

Écrit par : Johann | 06/12/2015

Le tragique de l'histoire ne relève d'aucune administration. Il révèle la méchanceté et la jalousie humaine.

L'enfant a été moquée par d'autres à l'école, comme cela arrive bien souvent entre enfants.

C'est une triste constante.

Combien de romans ne racontent-ils pas d'enfances brimées, malheureuses jusqu'à en mourir?

L'administration a fait son travail, certes, avec du temps et encore, d'autres familles qui ont entrepris des démarches d'adoption ont connu pis!

Djemâa, vous avez parfaitement rendu compte de la situation et rien n'est à charge de l'administration, en l'occurrence et dans la version que vous nous avez donnée de cette terrible histoire.

Il existe aussi des situations qui relèvent tout simplement de la cruenté entre humains et pas seulement de bureaucraties tatillonnes quelconques.

Écrit par : Hélène Richard-Favre | 08/12/2015

...cruauté... désolée pour la faute de frappe, merci de corriger!

Écrit par : Hélène Richard-Favre | 10/12/2015

Les commentaires sont fermés.