30/08/2015

Raconte-moi une histoire - La triste carrière politique de la chienne Biscotte

La douceur du Midi baignée par le chant des cigales et la beauté des paysages piquetée du vert tendre des oliviers  n’exclut ni la haine, ni la jalousie des villageois âpres aux gains et suspicieux.

Chaque été, nous étions habitués à voir débouler toute joyeuse et frétillante dans notre jardin , un terrier à poils ras, d’un brun luisant, au petit museau noir  cavant à souhait les truffes nichées au pied des chênes centenaires; une adorable chienne  prénommée Biscotte, au bon caractère, sociable et amusante. Elle faisait partie intégrante de notre décor estival, nous savions qu’elle viendrait réclamer, aussitôt débarqués,  quelques caresses et friandises que nous lui accorderions sans hésiter, du plus grand, au plus petit.

Cet été, je vis un terrier en pensant que c’était un des petits de Biscotte , je suis la laisse et découvre au bout, la propriétaire , une dame avenante, d’un certain âge,  et lui pose la question : »est-ce un petit de Biscotte ? » aussitôt les yeux de la pauvre dame se remplissent de larmes et elle me raconte cette histoire sordide.

Son heureux maître eut l'étrange idée de se lancer dans la politique et briguer le poste de maire, en parallèle, il créa une organisation pour la protection de l'environnement et s'assurer que des constructions sauvages ne viennent pas entacher la beauté du village.

Biscotte, suite aux nouvelles activités de son maître, vit en l'espace de quelques semaines sa vie changer. Certains lui prodiguaient mille caresses, en se disant que mieux valait commencer par être en bons termes avec le futur maire en se mettant son chien dans la poche ; d'autres pour se venger du refus de construire s'acharnaient lâchement sur l'ami à quatre pattes de l'empêcheur de tourner en rond en lui bourrant le flanc de mauvais coups de pied.

La pauvre chienne ne savait pas à quoi attribuer ce changement mais constatait avec surprise combien les hommes sont bizarres. Pendant la période des élections, elle dût aboyer à maintes reprises, à l'encontre de figures patibulaires qui venaient menacer le futur maire en se postant, sombres et silencieux,  aux alentours de leur maison et de celles des membres de l’association de protection pour l’environnement.

Tandis que Biscotte vaquait à ses occupations favorites, par une belle journée d'automne, embaumée par l'odeur de champignons qu'elle adorait,  occupée à explorer de son fin museau toute odeur intéressante pour sa gourmandise devenue légendaire, elle vit, à sa grande surprise et sans même qu'elle eût besoin de le réclamer, une main leste lui tendre un bout de gâteau dont elle raffolait.

Elle l'engloutit avec joie et ferveur et s'en revint  toute gambadante  à la maison bien que...... un point étrange sur le ventre......la  sensation lourde de porter une  pierre....... sa course libre au vent ralentit et se transforme en démarche gauche et titubante......des douleurs insoutenables aussitôt suivies  par de l’écume autour de sa petite gueule noire, des selles ensanglantées accompagnées de petits cris perçants qui s’essouffleront au fur et à mesure des heures. Le vétérinaire accouru sur les lieux, ne put que constater devant les maîtres  affolés que Biscotte avait été empoisonnée par de la mort au rat.  Un diagnostic qui fit effet semblable à la lame de la guillotine qui tomberait sur le cou des condamnés.

 

Biscotte mourra dans des souffrances atroces. Le futur maire, alors se retire de la politique, son association sera dissoute par crainte des autres membres, à la retraite,  qui ne tenaient pas spécialement  à se pourrir la vie.

Victime de la politique dans ce petit village, victime de la haine et de la jalousie Biscotte s'en est allée dans des douleurs innommables.

 

 

 

11:43 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | |

Les commentaires sont fermés.