17/05/2015

Les artistes délaissés

IMG_0018.jpgUn entretien intéressant  avec un peintre, Jacques Strauss,  qui a plus de 70 ans de peinture derrière lui et qui a vu l'évolution de la peinture sur un presque siècle bouleversée par l'histoire et le changement de mentalité.

Il se souvient avoir suivi les cours du soir  de l'Ecole des Beaux-Arts de Genève, car après des années de peinture en amateur, il ressentait le besoin d'une technique. A 45 ans, il apprend entre autres la peinture à la laque, une technique qu'il fera dorénavant sienne. Après avoir mis au point un procédé particulier d’utilisation de la Laque, il est sans doute actuellement le seul en France à présenter des œuvres réalisées à partir de cette méthode.  Un art en soi, qui lui permet de se démarquer, un procédé de peinture exigeant parce que plus délicat;  la matière est plus sensible, elle peut parfois se superposer en couches épaisses, alors, les sous-couches encore humides forment des plissés étonnants ou carrément des cloques si c'est raté.

Le grand changement, note-t-il,   c'est après la guerre, 39-45, les goûts changent, autrefois, on mettait tout son argent dans son intérieur, meubles, tapisseries, vaisselles fine, rideaux tenus par de larges embrasses satinées, tapis, tableaux. Puis, peu après la guerre, on verra apparaître des agences de voyage, les gens vivent plutôt dehors que dedans comme si la guerre les avait définitivement jetés dans la rue. On investit moins sur un coquet chez soi, une tendance qui ne fera que s'accélérer. Entre un tableau et un voyage, les petits budgets n'hésitent pas, les plus riches achètent des tableaux « cotés »  pour investir.  Et pour ceux qui veulent voir des tableaux, ils intègrent ces  queues infinies qu'on peut observer  devant les musées.

Naturellement, on peint pour le plaisir, durant ces heures devant la toile, on oublie tout, le monde extérieur n'existe plus. Mais le peintre comme l'écrivain a besoin de reconnaissance. Jacques Strauss, hausse les épaules, parfois, il hésite, à  quoi bon continuer à peindre, la peinture n'intéresse plus grand monde. Un Renoir ou un Van Gogh, de nos jours, se noieraient dans l'indifférence la plus absolue. Parfois même, lorsqu'il est très dépité, il se demande s'il ne serait pas préférable de tout détruire, de tout oublier, d'effacer ces traces d'éternité qui tâtonnent dans le néant d'une indifférence douloureuse.

 

Et de se remémorer ce  projet magnifique, Les Artistes de France, créée en 1981 par Maurice Schoppig. l'Association organisait des expositions dans toute la France, elle nommait des ambassadeurs qui recrutaient des artistes et mettaient sur pied des vernissages. Avec les années, les galeries d'art attirent de moins en moins de monde, les visiteurs les désertent. Ils préfèrent rester assis sur leur sofa devant un ordinateur ou un grand écran de TV. Actuellement, la mode s’exprime par des installations éphémères. De l'art qui passe devant les yeux et qui ne laisse plus aucune trace. Un signe des temps, l'éphémère ! On consomme du sport et loisir, un plaisir immédiat qui passe constate Jacques Strauss.

 Il est vrai que les artistes se sentent délaissés, pas seulement les peintres, on est dans un univers où la chose doit être utile, l'art reste assurément utile mais pas dans le sens matérialiste, c'est une esthétique qui fait du bien au sens, mais elle ne se consomme pas.  Les crédits pour une voiture, des vacances, des chaînes Hi-Fi coulent de source, mais qui irait emprunter de l'argent pour un tableau ?

IMG_0016.jpg

 

Tout en méditant, Jacques Strauss reprend son pinceau et prépare ses fonds de toile pour plonger dans ce doux silence de la créativité. Une rencontre avec l'imaginaire qui laisse le monde à sa fureur et à son bruit.

Visite exceptionnelle de l'atelier de l'artiste, à Arpigny près de Fillinges,  les samedi et dimanche 13 et 14 juin.  Poèmes et autres performances artistiques en vue. Un week-end pour montrer que l'art résiste au temps et aux modes. 

 http://www.acad-strauss.com/

 

 

 

 

17:43 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | |

Les commentaires sont fermés.