06/05/2015

Les oliviers de la colère

BANZAILIQSOLD1_2015040916382139.jpgUne épidémie de Xylella Fastidiosa sans précédent qui décime  en silence les oliviers par milliers ; une maladie transmise par un insecte suceur de type cicadelle  qui se déplace aussi vite que la lumière et peut ravager en un rien de temps, une région entière.  La  seule mesure est l’abattage systématique des arbres atteints par ce mal et ensuite incinérés, et parfois pour contrer le mal il faut aussi arracher des arbres sains, multiséculaires sous les yeux de leurs propriétaires qui refusent de se rendre à l’évidence, des arbres plantés de pères en fils sur plusieurs générations.

La région de Salento, dans le sud de l’Italie est touchée de plein fouet,  le mal a déjà été identifié en octobre 2013, depuis il s’est répandu et pour réduire le risque de contagion ce ne sont pas moins d’un  million d’oliviers abattus sur les quelques 9 millions que compte cette région connue pour fournir une des meilleures huiles d’olive du monde.

Une menace qui plane sur le pourtour méditerranéen et qui pourrait s’étendre non seulement aux oliviers, mais menacer 200 espèces dont des vignes, des chênes, des amandiers, d’autres agrumes. Les arbres se dessèchent, entraînés vers  une mort lente par la dessiccation de leurs  feuilles.

Dès lors, toute plante d’ornement doit  être strictement interdite d’entrée dans les pays producteurs, la bactérie est venue d’un caféier costaricain repéré  d’abord à Rungis chez un revendeur de plants et  introduite via les Pays-Bas.

veglie_2.jpgSalento vit les pires heures de son histoire, les oléiculteurs  s’enchaînent à leurs arbres pour éviter qu’ils ne soient abattus. Certains n’hésitent pas à utiliser des mots aussi forts que « la Shoah des oliviers », « un véritable génocide », tant ils ne font qu'un avec eux, on voit l’agriculteur Gino Ancona en état de choc devant ses arbres décimés tandis qu’une femme hurle et refuse qu’on touche à ses oliviers. D’autres mentionnent  une « guerre bactériologique » menée par sait-on qui, le nom de Monsanto court sur les lèvres, une autre façon pour elle d’imposer ses arbres génétiquement modifiés et capables de résister à la Xylella Fastidiosa.

 

 

veglie_1.jpgLe drame d’une région, la caméra néo-réaliste d’un De Santis serait passée du  « Riz »  à « L’olivier amer »,  un film lancé comme un pavé au milieu du néant.  Cette épidémie met à mal une région déjà frappée par la pauvreté et qui sait par expérience que le pire est sans fin.

Les artistes de toute l’Italie se rendent, actuellement,  dans les Pouilles et font don des recettes de leurs spectacles aux organismes qui viennent  en aide aux oléiculteurs touchés par ce fléau. Des Suisses aussi participent à cet effort, parmi eux, Jacques Berthet, photographe genevois passionné par les  oliviers exposera ses photos d’arbres millénaires pris sur le pourtour Méditerranéen. 

 

Si certains d'entre vous souhaitez aussi faire un geste, je m'enquerrai auprès de Jacques Berthet pour voir si vous pouvez vous associer à son action ou à celle d'une association. 

 

Un grand merci à Fabrizio pour m'avoir organisé la revue de presse italienne sur ce brûlant sujet.

22:19 | Tags : pouilles, salento, xylella fastidiosa | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook | | |

Commentaires

Au nom des oliviers, je vous remercie de votre billet, chère Djemâa! Juste, sensible et important. L'olivier est solide, noueux, mais il a ses faiblesses...

Écrit par : jmo | 07/05/2015

Les commentaires sont fermés.