05/03/2015

Réfugiés syriens- mendiants à Alger

IMG_0208.JPG

Alger - Un spectacle triste à pleurer. Postés au bord de la route, hommes, femmes avec enfants dans les bras, ils mendient en tenant parfois des pancartes "Réfugiés syriens, aidez-nous" ou ils revendent des babioles aux conducteurs arrêtés au feu rouge.

Les  Syriens constituent la plus importante population réfugiée du monde, 18 millions de personnes réfugiées ou déplacées internes selon le HCR.  L'Algérie, au début du conflit les a accueillis à  bras ouverts  par milliers puis devant l'afflux, plus de 15 mille personnes en quelques semaines,  la population a fini par montrer les premiers signes "syrophobes" plus marqués au Maroc.

Au début du conflit, liée  par des liens historiques avec Damas, - ville où l'émir Abdel Kader résistant contre la France en 1855, s'y est réfugié avec sa suite de 12'000 personnes, l'Algérie, reconnaissante,   a ouvert grand ses portes et ainsi tout mis en place pour accueillir ceux qui fuyaient la guerre civile et arrivés sous le statut de touristes qui ne pouvaient rester,toutefois,au-delà des trois mois réglementaires. La convention de 1951 empêchent les Syriens de prétendre au statut de réfugiés mais n'exclut pas la demande de droit d'asile à formuler dans le délai.  Nombreux sont  ainsi devenus des clandestins en Algérie.  Création rapide de centres d'accueil  pouvant accueillir les  réfugiés, installées au square de Port-Saïd, à Alger, les premières familles  ont été déplacées, à l'ouest de la capitale. Soins, transports, école gratuite sont assurés par le gouvernement. L'Algérie parvenait  encore à accueillir  des centaines de familles refoulées au Maroc.   Répartis ensuite dans tout le pays, un grand élan de solidarité qui a fini par s'essouffler. Personne ne songeait alors que le conflit perdurerait si longtemps.

 Les Algérois sont mitigés, certains se félicitent d'avoir accueilli les réfugiés qui pour certains ont ouvert des restaurants et participé ainsi à offrir un plus grand choix culinaire avec de délicieux chawarmas et contribué à la diversité culturelle.  Pour d'autres, l'Algérie ne s'en sort déjà pas avec un taux de chômage record des jeunes comment alors les aider ? Un signe qui ne trompe pas, les dessertes aériennes sont passés de 3 hebdomadaires au début du conflit à plus aucun vol Damas-Alger.

Les réfugiés syriens sont devenus des nomades de l'exil passant d'un pays à l'autre, refoulés  parfois, les familles  tentent  de se regrouper au milieu du chaos.

On voit sur la photo, le visage de la femme empreint de tristesse regarder l'enfant et sans doute se demander :quel avenir pour mon enfant ?

Et à nous  d'interroger, à notre tour  : quel avenir pour la Syrie ?

 

 

Un article intéressant sur le sujet dans El Watan (quotidien algérien) :

Visa pour la mendicité

http://www.elwatan.com/hebdo/magazine/visa-pour-la-mendicite-05-02-2015-286727_265.php  

 

 

 

 

11:53 | Tags : réfugiés syriens, algérie, alger, el watan | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook | | |

Commentaires

http://www.dailymotion.com/video/x2i5soe_ils-parodient-les-videos-de-daesh-avec-humour_news?start=135

Même au Maroc, ils se foutent de la gueule de ce prophète qui terrorise l'Europe !

Écrit par : Corto | 07/03/2015

Film réalisé par des Syriens, lorsqu'il ne reste plus rien, il reste l'humour comme dernière forme de résistance.

Et sur la même lignée, je confirme que les barbus à Alger, eux aussi, touchent les fesses et les seins des filles qu'elles soient en jeans ou voilées. Pour preuve que la religion, n'a jamais mis personne à l'abri de l'irrespect, de la violence et de la bêtise en général.

Écrit par : djemâa | 07/03/2015

Les commentaires sont fermés.