15/02/2015

Espagne et Portugal – Le retour des Juifs sépharades

expulsion-portugals.jpgLe Portugal adopte une « loi du retour » interprétée par certains  comme « acte de repentance »  ,  et qui vise  les descendants des Juifs expulsés, la nationalité sera accordée à toute personne apte à prouver une filiation avec les Juifs chassés et persécutés lors de l’Inquisition portugaise qui débuta en 1536.

Admissibles à la nationalité portugaise, les candidats à la nationalité pourront demander un certificat de filiation  auprès de rabbins ou communautés juives. Les noms de familles pourront aussi être retenus ou la langue, le ladino, dialecte parlé par les juifs espagnols et portugais.

La loi devrait entrer en vigueur en février ou début mars 2015. La communauté juive du Portugal ne dénombre  plus que 1500 individus contre des dizaines de milliers autrefois, pour la plupart issus des ashkénazes originaires des pays de l’Est.

uhhphkm-2680309-jpg_2319970_652x284.JPGIdem pour l’Espagne, qui expulsa les juifs dès 1492. Isabelle de Castille et Ferdinand d’Aragon forcent les Juifs à choisir entre la conversion ou l’exil par le décret de l’Alhambra, resté en vigueur jusqu'en 1967.   L’avant-projet avait déjà  suscité l’enthousiasme de millions de personnes intéressées. Le projet de loi a donc été adopté vendredi passé.  Des Musulmans chassés d’Espagne au XVIIème siècle, les Morisques, descendants de Maures demandent semblable réparation historique et souhaitent bénéficier  de mêmes  mesures. 

Il  ne sera pas demandé de renoncer à sa première nationalité, fait rare jusque là. Les candidats auront trois ans pour présenter leur demande de nationalité, après l'entrée en vigueur de la loi. 

 Une façon de lutter contre la crise pour remédier aux problèmes économiques ? On voit apparaître dès le XVIIème siècle semblable tentative, période durant laquelle on envisage de rappeler les Séfardis  « pour rétablir les finances du Royaume », la cour et l’Etat s’opposeront farouchement au projet du comte-duc d’Olivares. Pour relancer  un secteur immobilier moribond ? remarquent certains, une manoeuvre comme une autre pour pallier à la crise.  On recenserait trois millions de personnes susceptibles d’être intéressées.

 « Si la France promulguait une « Loi du Retour » pour les Juifs expulsé en 1396 par Charles VI, le roi fou, elle gagnerait plus de 13 millions de nouveaux citoyens. Presque tous les Juifs ashkénazes sont en effet d’une façon ou d’une autre, originaires de la France médiévale. »

Du côté des Juifs, on sourit un peu las:" Déjà en France, malgré qu'on y soit né, on a de la peine à se sentir chez soi, "je ne me sens ni espagnol, ni portugais" renchérit un autre qui pourrait bénéficier de la nationalité ou  :"Si les gouvernements décidaient de déchoir de leur nationalité tous les descendants  qui ont participé au massacres des Juifs,  ce serait aller jusqu'au bout de la repentance." Mais alors que deviendraient-ils ? "Comme nous,  des apatrides pendant des siècles."

 

Noms séfarades publiés par les journaux :

Listado de nombres  sefardies

http://my.ynet.co.il/pic/news/nombres.pdf 

 

21:52 | Lien permanent | Commentaires (4) | |  Facebook | | |

Commentaires

Il faut croire, crise oblige, que leur économie est exsangue!
Ce cas de figure s'est déjà présenté quand l'Espagne était en crise économique.... après l'expulsion des Juifs!

Ceux qui seraient tentés feraient mieux de lire ce lien: "http://lionel.mesnard.free.fr/le%20site/Histoire-des-Juifs-France-Europe.html

Écrit par : Patoucha | 16/02/2015

Il y avait un grand homme d'Etat français, un type droit, clairvoyant et profondément attaché à son pays et aux valeurs qu'il porte: le général De-Gaule

Il a dit un jour "en matière de politique nationale, il n'y a pas de sentiments, il n'y a que des intérêts".

Dont acte !

Écrit par : archi-bald | 16/02/2015

« Si la France promulguait une « Loi du Retour » pour les Juifs expulsé en 1396 par Charles VI, le roi fou, elle gagnerait plus de 13 millions de nouveaux citoyens. Presque tous les Juifs ashkénazes sont en effet d’une façon ou d’une autre, originaires de la France médiévale. »

On pourrait imaginer la même démarche s'agissant des Huguenots contraints à l'exil après la révocation de l'Edit de Nantes en 1685 par Louis XIV, ce qui fut une saignée démographique et surtout économique, comme l'histoire l'a démontré.

Écrit par : Jean d'Hôtaux | 27/02/2015

"On pourrait imaginer la même démarche s'agissant des Huguenots" Ils sont trop bien en Suisse, ayant monté leurs manufactures horlogères et surtout leurs banques à Genève, pour piller le fisc français grâce à leurs connexions en France...

Écrit par : Géo | 27/02/2015

Les commentaires sont fermés.