29/01/2015

Australie - Des crocodiles en pagaille

Kangourou1.jpgArrivée au Nord Est de l’Australie,  à Cairns, je prends possession de la voiture louée et m’habitue tant bien que mal à la conduite à gauche, volant à droite, boîte à vitesse à gauche, moi-même gauchère tout en surveillant comme l’indique les panneaux : Attention aux Kangourous ! Ils sautent aisément sur les capots des voitures et se fracassent en un bruit effrayant, certains sont déjà allongés, morts le long de la route. Ces marsupiaux sont devenus la bête noire des Australiens, ils pullulent et saccagent.

 

 

 

cassowary-Robert South3.jpgDestination Rainforest, à 2heures et demie de là, Queensland Daintree, la jungle chaude et humide, un éco-système remarquable dans une forêt primaire, une des plus vieilles forêts du monde,  datant de plus de 125 millions d’années qui abrite environ 1'000 casuars (casuarius casuarius), oiseaux préhistoriques datant de l’ère des dinosaures.  Il me faut encore traverser en ferry pour joindre le lieu final de destination. 20h, il fait nuit, la pluie bat violemment contre la vitre, un autre grand panneau après les Kangourous : Attention crocodiles ! Pas question de tomber dans la rivière.

 

A la lumière du jour, logée au cœur de la Rainforest, forêt tropicale qui porte bien son nom et arrosée  de pluie à longueur de journée, attirée par la plage au sable doré et à l’eau translucide, je peux découvrir  : Attention crocodiles et méduses (tueuses, box jelly fish)

 

 

pt6522.jpgUn brin dubitative, je m’adresse au tenancier du magasin le plus proche et me renseigne sur l’affaire des crocodiles soupçonnant les Australiens d’exagérer la chose, peur atavique  ancrée dans l’inconscient populaire.

 A ma question sur les crocodiles, le tenancier roule des yeux,  effaré derrière son comptoir et annonçant qu’il y a trois morts en moyenne par an.  Des  jeunes gens dévorés  par les crocodiles,  ivres et insouçiants qui se lancent à l’eau et oublient les recommandations. Surtout des hommes précise-t-il !

Il insiste, le ton rauque, la voix basse, un vibrato et tremolo profonds dans la voix : « C’est dur de mourir sous les crocs d’un crocodile. Le crocodile mâle  mesure une tonne, il peut sauter à 3 mètres de distance, à 60km/heure, pas folle la bête ! Il vous entraîne au fond de l’eau, vous noie,  et ensuite tranquillement passe à table. Ah! Et quand ils ont goûté à la chair humaine, ils deviennent tueurs d'hommes". C'est affreux!! insiste-t-il.  Les crocodiles, je les verrai de mes propres yeux en me promenant en bateau parmi les mangroves, ils ont l’art du camouflage, ils se confondent  avec les  couleurs proches des leurs, restent immobiles,  et on n’y voit plus que du feu.

 

Heureusement, en s’éloignant des côtes, à ½ heure  de bateau on arrive sur la barrière de corail, on oublie les crocos, mais on reste méfiants sur les méduses tueuses .

Les habitants de Daintree, dans la forêt tropicale,  se plaignent de l’incompréhension des touristes qui fuient cet endroit à cause de la pluie, conditionnés qu’ils sont par les Vacances =soleil, plage. Une forêt tropicale amène une faune et une flore différentes. Le propriétaire de la maison  que je loue, un écolo qui comme tous les autres a opté pour l’énergie solaire, tente  de me convaincre : « en passant la tondeuse, je remarquai un python au coin du jardin, c’était magnifique, il était entrain de digérer sans doute un lièvre, donc il n’y avait rien à craindre, au moins pour une semaine  ! ». Un soir on verra, un habitant stopper sa voiture et chasser du pied un serpent long de 2 mètres qui se trouvait au milieu de la route.

Les cigales et les perroquets par centaines animent la forêt de bruits extraordinaires. Les lucioles , la nuit, scintillent de leur vert lumineux dans le noir profond de la forêt.  Les moustiques s’en donnent à cœur joie.  La pluie clapote sur les larges feuilles de gingembre, les feuilles de fougères géantes ploient sous le poids de l'eau. Il pleut, il pleut encore, et il pleut toujours. 

australie,cap tribulation,cairns,rainforest,daintree forest,casowarries

 

Vous l'avez remarquée, aussi verte que la feuille ?

australie,cap tribulation,cairns,rainforest,daintree forest,casowarries

australie,cap tribulation,cairns,rainforest,daintree forest,casowarries

australie,cap tribulation,cairns,rainforest,daintree forest,casowarries

28/01/2015

L’Outback australien - Un paysage qui vous hante

mayne-ranges-north-of-diamantina-np.jpgAustralie - On habite des terres qui finissent par vous habiter. Malaxées, pétries, triturées, nos âmes s’abreuvent de ces paysages arides et les nourrissent de notre imaginaire pour se réapproprier ce qu’il y avait d’humain en nous, lorsque le vent, la sécheresse , la solitude nous réduisent à épouser le  néant. Face à soi, il ne reste plus que le champs de nos interrogations et de nos incertitudes.

 Un Outback dont nul ne revient indemne !

 

 

 

william-ricketts-sculptures8.jpgArtistes, peintres, écrivains se sont abreuvés à la source de ce Bush,   où pour le première fois,  ils côtoyaient  les populations aborigènes;  ébranlés par la force de leurs croyances, par les visions des anciens qui errent en quête des terres qui étaient les leurs, disparues, détruites par les premiers colons australiens. Massacres qui ne cessent de se perpétuer.  L’Alchera, le profond moi qui résonne dans tout ce qui nous entoure et qui fera dire à William Ricketts (1898-1993) , sculpteur et poète : «  J’ai découvert l’essence de l’amour, de la beauté et de la liberté.Tout ce qui existe partout et pour toujours ne fera qu’un avec nous; oiseaux, forêts, montagnes, désert, rochers, eau."

Installé dans le Mount Dandenong près de Melbourne, dès 1934,   tout en continuant à fréquenter les aborigènes et devenu leur meilleur ambassadeur, William Ricketts décide, à travers ses œuvres,   de chanter la poésie divine.  Il  crée un sanctuaire et les représente avec leurs totems sacrés à travers 92 statues que l’on découvre au pied des eucalyptus géants, deux fois centenaires,  d’une hauteur frôlant les 100 mètres.

Sa philosophie radie ces lieux magiques et comme une litanie, il raconte la  beauté sacrée, pour nous qui sommes  les frères des arbres et des oiseaux, notre fraternité doit rayonner à travers notre beauté . Notre amour offert sans compter  nous sera rendus au centuple. Un sanctuaire qui mêle poésie et sculpture pour rendre hommage à nos rêves les plus profonds parce que ce sont eux, selon les croyances aborigènes, qui nous révèlent à nous- mêmes et nous renvoient le souffle profond du monde ; on revient à notre origine, dans l’Alchera, l’Une. Et de prévenir,  les aborigènes sont aussi les gardiens de l'environnement. 

 

DM_72.jpgUn autre peintre australien  frappé par ces paysages de sable, de roches et de désert, revient avec sa série singulière nommée «La Mariée  » .  Mélange de réconciliation et de fureur;  l’œuvre se nourrit de cauchemars où les êtres ne font qu’un avec le paysage torturé.  Arthur Boyd représente des scènes métaphoriques qui dénoncent la violence, la ségrégation, l’impossible union. Il découvrira lors de ces voyages dans cet arrière-pays,  les rites indigènes et exprimera toute sa compassion pour  cette  culture opprimée.

 Un Outback source d’inspiration, un paysage qui vous engloutit et vous hante.

21:26 | Tags : outback, australie, william ricketts, arthur boyd | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | |

27/01/2015

Vous ne nous connaissez pas ? C'est normal ! NOUS VIVONS SOUS TERRE

Le saviez-vous ? 150 personnes vivent sous vos pieds.

 1346882400Valady.jpgNous venons d'Erythrée, de Syrie, du Soudan, ... . Chez nous, nous avons connu l'emprisonnement, la torture, la guerre. Nous avons fui pour sauver nos vies. La situation politique ne nous permettait plus de rester dans nos pays. Nous avons dû quitter nos familles, nos maisons. Sur la route, nous avons connu de nombreux dangers : nous avons été enfermés dans des camps, nous avons traversé le désert à pied, et finalement la Méditerranée. Beaucoup de nos compatriotes et amis sont morts en chemin.

 Aujourd'hui, nous sommes en Suisse, « terre d'asile » et nous sommes reconnaissants à ce pays et à ses habitants de nous accueillir. Pourtant ici aussi, on nous enferme. Nous vivons dans des abris PC, sous terre, entassés, sans fenêtres, sans air, sans soleil, pour certains depuis plus d'une année.

 Nous avons de gros problèmes d'hygiène, de nourriture et de sommeil, qui altèrent gravement notre santé tant physique que psychique. Les toilettes et les douches sont en nombre totalement insuffisant (2 douches et 6 toilettes pour 80 personnes). La promiscuité nous expose sans cesse aux maladies. L'air est difficile à respirer. La lumière est allumée 24 heures sur 24, nous empêchant de dormir. Nous souffrons de problèmes oculaires et de maladies de peau.

 Cette situation se répercute sur notre quotidien dans son ensemble. Le manque de sommeil nous épuise et nous fragilise. Nous n'arrivons pas à suivre nos programmes d'intégration ou autres cours de français, qui nous permettraient de créer du lien avec notre société d'accueil. Nous ne pouvons pas non plus voir nos amis car nous ne pouvons pas recevoir de visites. Ces conditions de vie nous rappellent les sévices que nous avons subis dans nos pays. Ces traumatismes nous hantent. Après l'incendie qui s'est déclaré aux Tattes, nous vivons tous dans l'inquiétude. Si un incendie se déclarait dans un abri PC, par où pourrions-nous sortir pour échapper aux flammes ? 

Nous vivons dans un état d'angoisse et de tension permanentes. Il nous est impossible de trouver le repos. Beaucoup d'entre nous sont à bout.

Dans nos pays, il n'y a que les morts que l'on met sous terre. Nous sommes des êtres humains. Nous avons besoin d'air pur, de soleil, comme tout le monde.  De dignité aussi. Nous ne pouvons et ne voulons continuer à vivre dans ces conditions.

Nous ne voulons pas non plus continuer à être enterrés, cachés, tenus à l'écart de notre société d'accueil.


   STOP BUNKERS

 

                                                                              Les habitants des PC

                                                                                   stopbunkers@gmail.com

14:21 | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Facebook | | |

23/01/2015

Des blogueurs de la TDG soutiennent le blogueur Raïf Badawi

blogueur.jpg

CONTRE LA FLAGELLATION

NON AU 1'000 COUPS DE FOUET

POUR LA LIBERTE D'EXPRESSION

FREEDOM FOR RAÏF BADAWI

لديك الحق في اعتناق الآراء الخاصة بك 


La liberté pour le blogueur Raïf Badawi et honte à l’Arabie-Saoudite!

Rafi.jpg10 ans de prison, 1000 coups de fouet et une amende de 1 million de rials saoudiens (chf. 235.-)c’est le prix qu’est entrain de payer le blogueur Raïf Badawi. Son crime est d’avoir tenu un forum dans lequel il s’exprime pacifiquement et donne la parole à ses concitoyens. Les autorités saoudiennes qui vivent dans une autre époque ne tolèrent point la liberté d’expression. En infligeant ce traitement inhumain à Raïf Badawi, l’Arabie Saoudite, un bon client pour toutes les organisations qui veillent sur l’application des droits de l’homme démontre une fois de plus sa fidélité pour la dictature et le totalitarisme. 1000 coups de fouet sont programmés durant 20 semaines. Le blogueur  a déjà reçu 50 coups le 9 janvier et le massacre va continuer chaque vendredi. Les 16 et 23 janvier les séances de torture publique ont été ajournées pour raison médicale...le temps que les cicatrices se referment...à peine et on remet le couvert...flagellation inhumaine dans un pays autocratique à la pensée unique!
Je reconnais à travers ces lignes Raïf Badawi, comme mon frère d’armes dans la lutte contre l’absurdité de tout système autoritaire! Je suis solidaire avec toi, honte à l’Arabie-Saoudite!

Et demain est un autre jour!


D'autres contributions bienvenues 

 

 

22:35 | Lien permanent | Commentaires (10) | |  Facebook | | |

22/01/2015

La laïcité et la démoncratie française

images.jpegLa laïcité française a été établie dès 1905 par la séparation de l’Eglise et de l’Etat  sur un mouvement anticlérical d’une violence sans précédent.  Héritière du siècle des Lumières, forte de son combat contre la bête religieuse, ce fut une période d’une autre chasse aux sorcières qui cette fois-ci sur le modèle de l’Inquisition se tournait contre les religieux de toute confession, au nom de la sacro sainte liberté, quitte à restreindre celle des autres; il fallait combattre les « ennemis » de la République.  Expulsion des Jésuites, 30 mille religieux chassés  et exilés dont les Chartreux,  suppression de l’enseignement par les religieux dans les écoles primaires, congrégations interdites.

 La loi de 1905 autorise les perquisitions dans les établissements religieux, portes fracturées, descentes de police. Des prêtres sont assassinés, les corps traversés par des pieux laissés agonisants à l’ire populaire.

Une laïcité imposée par la force à l’encontre de tout esprit de tolérance et opposée au principe même de démocratie.

Lorsqu’on sort d’une pièce, de la putrescence, il reste toujours quelque chose dans l’air de cette odeur fétide dont on peine à se débarrasser, un je-ne-sais- quoi qui dérange. 

Aujourd’hui, bien qu'anticléricale,  je m’interroge sur cette capacité toute française d’intégrer ses citoyens multiconfessionnels; l’antisémitisme est plus vivant que jamais et s'exprime sans complexe , à cela s’ajoute un anti-islamisme que quelques illuminés alimentent à souhait.

Et si la laïcité tant prônée n’était que l’émanation et la perpétuation d’une violence sournoise et insidieuse qui supporte encore un catholicisme dont il a épousé le dogme en rejetant absolument tout ce qui en diffère. 

Démocratie et laïcité ne sont peut-être que les oripeaux sous laquelle la République se déguise pour cacher son intolérance et pratiquer la démon-cratie qui sont les ferments de la discorde, de l’exclusion, de la haine, de la montée en puissance de tous les intégrismes.

 Une autre façon d'interroger les fondements et les sources même de la pseudo laïcité bâtie sur la haine des religions, voire de toutes les religions. C’est peut-être là où réside le mal français, un héritage tissé d’exclusion, de rejet et d’intolérance dont les victimes la pratiquent à leur tour entre elles.

La laïcité, une nouvelle religion, un nouveau dogme ?

Les Catholiques se sentent exclus, les Musulmans se sentent exclus, les Juifs se sentent exclus, et les laïcs se sentent très mal .

Amen !Amine !

 

20:48 | Tags : laïcité, religions, inquisition | Lien permanent | Commentaires (8) | |  Facebook | | |