05/07/2014

Mes enfants, pardonnez-leur !

Mes enfants, pardonnez-leur ! Vous aviez la vie devant vous, vos rêves, vos espoirs, vos illusions, vos projets d’avenir. Mais la folie des hommes en a décidé autrement. Il a fallu que vous payiez pour l'aveuglement de vos pères.  Au XXI ème, ils n’ont pas encore vu que nous avions quitté  le temps de la sauvagerie la plus ignoble. Ils sont  restés enfermés dans un temps antérieur pour revendiquer leur barbarie, ils balaient les siècles à coups de  griffe enragés pour redessiner une carte dont le sable est constamment balayé par le vent, et le vent quoiqu’il en soit est le plus fort , il chassera aussi les hommes et leur rage.

Comme au temps des Romains où pour mater le " tumultus et rebellio", on confiait aux bourreaux le sort des enfants des opposants. Après avoir été torturés et violés, les  petits corps méconnaissables étaient offerts en pâture aux vautours, rien n'a changé!  Comme autrefois, les expéditions punitives, la vengeance collective qui au hasard de sa colère meurtrière désigne un innocent pour l’abattre froidement.

L’empathie à l’égard des siens, de son clan, de sa communauté  est facile, elle est le signe de l’instinct de survie,  montrer de l’empathie pour son ennemi est déjà un pas vers l’ultime reconnaissance de notre altérité et un pas vers la civilisation la plus éclairée;  où l’autre est absolument mon  semblable. A ce sujet, je vous invite à un détour vers l'association Breaking the Silence - www.breakingthesilence.org.il,  témoignages d'anciens soldats israéliens qui parlent de ce qu'ils ont vu et ce qu'on a leur demandé de faire dans les territoires occupés. 

 Les larmes des pères et des mères qui perdent leur enfant ont le même goût de sel amer.

 Adieu  mes enfants, pardonnez les vôtres qui n’ont pas su vous dessiner un avenir de paix.

 Adieu Eyal, Adieu Naftali, Adieu Gilad, Adieu Mohammad !  Oubliez pour l’éternité la folie des hommes.

images.jpeg

  

3967036337.jpg

 

Commentaires

Magnifiquement écrit. Merci pour eux.

Écrit par : Jmemêledetout | 06/07/2014

Les commentaires sont fermés.