29/06/2014

Tokyo - un homme s'immole

Le Japon n'avait plus vu cela depuis des décennies, malgré le temps passé et féodal des hara-kiri. Un homme dans la soixantaine, par un dimanche ensoleillé , à l'heure de forte affluence, s'installe sur un tapis en haut d'un parapet, vêtu d'un costume et d'une cravate brandissant un mégaphone pour expliquer son geste et rappeler le rôle  du Japon dans une  guerre américaine au  Viet-Nâm, puis il s'arrose d'essence et s'allume, aussitôt transformé en torche vivante.  Transporté à l'hôpital, l'homme gravement brûlé est entre la vie et la mort.

Un geste d'une violence inouïe pour dénoncer  la proposition du cabinet ministériel,  en la personne de Shinzo  Abe de réintroduire "l'auto- défense collective", invoquant la nécessité de permettre au  Japon de se défendre. A présent, elle n'était engagée que dans des actions pacifiques du style UN Peacekeeping.   Cette décision lui permettra de jouer un rôle plus important dans la région, notamment assurer une présence croissante face à la Chine qui traverse le ciel japonais au moyen de ses avions de combat, s'opposer à la Corée du Nord qui fait ses essais nucléaires dans la mer du Japon et accessoirement , servir les intérêts des Américains dans la région.  Le Japon, comme arrière-base d'une  Amérique désireuse d'imposer sa présence et jouer les gendarmes, aussi bien en  Asie-Pacifique qu'en Asie du Sud-Est. Les Japonais craignent  le retour du "get an inch and take a mile."

A l'heure où je vous écris, nous ne savons pas grand chose sur cet homme désespéré, si ce n'est qu'il sera fortement amendé pour trouble de l'ordre public, mise en danger de la vie d'autrui,   déprédation de la propriété privée et acte de pyromanie.  Un internaute soulignait avec sagacité que se rater au Japon ne pardonnait pas. 

 

man-shinjuku-self-immolate-burn-death-suicide-protest-collective-self-defense-5.jpg 

BrRjoGYCYAER4VN.jpg-large.jpeg

man-shinjuku-self-immolate-burn-death-suicide-protest-collective-self-defense-1.jpg

 

 

Les commentaires sont fermés.