17/05/2014

INTERPOL POUR LES DISTRAITS

DownloadedFile.jpegMa conviction, qu'il y a  des anges pour les distraits, a été fortement ébranlée,  il y a deux semaines.  Un doute existentiel m’a saisie brusquement lorsque je me suis retrouvée plantée au commissariat de police des frontières de l’aéroport Roissy Charles de Gaulle.

L’affaire en soi paraît  anodine.  L’été passé, ma fille croit avoir égaré son passeport suisse, nous lui en faisons établir  un nouveau et déclarons le sien perdu. Il y trois  mois, le fameux « perdu » est retrouvé. Je le glisse dans un tiroir, en me disant qu’il faudra le déclarer retrouvé. Et naturellement, distraite, sans m’en rendre compte, je pars en voyage avec le fameux passeport perdu et retrouvé et  dont la date était  toujours valable ce qui a notamment prêté à confusion. 

 

Douane suisse, pas de problème. Arrivées à Charles de Gaulle,  une policière contrôle, nous tend les passeports et tout à coup l’ordinateur semble retenir son attention.  La policière dont le visage se ferme pareil à une armoire frigorifique  termine par un sévère : "Veuillez me suivre ! "

 

Nous voilà, ma fille, son amie âgée aussi de 13 ans et détentrice d’un passeport américain au commissariat qui se trouve au cœur de l’aéroport. Contrôle d’identité, je dois prouver être la mère et elle vérifie bien que ce ne soit pas un kidnapping d’enfant. Ce qui était à prévoir, s’est produit, et cela en toute logique,  elle retient le passeport. Du coup, on ne  plus continuer vers le Québec et on manque le vol. Quand bien même, je lui montre sur mon Iphone la copie du vrai passeport et que celui-ci est bien valable, rien n'y fait _"Il faut le document original papier ! insiste-t-elle, - pour la dématérialisation des documents d'identité,  à mon avis ce ne sera qu'une affaire de deux ou trois ans. 

Deux heures et demie plus tard, nous sommes toujours au commissariat, les deux  enfants consolent un clandestin qui pleure en lui tendant un mouchoir.  Notre invitée trouve passionnant de commencer les vacances dans un  commissariat : »ça, c’est de l’aventure !  dit-elle, réjouie.

Un policier siffle le jeune sud américain qui ne parle que l’espagnol  pour qu’il se lève et se dirige vers une salle. Les adolescentes en ébullition commencent à se révolter.

Pendant ce temps, dans un autre bureau, la policière se bat avec le formulaire en ligne d’Interpol. Je me penche vers elle et découvre ledit formulaire, à choix : »auto-stoppeur, retraité, mineur, clandestin, décédé ! »- Je l’interroge à brûle pourpoint :

-  Madame, il y a des morts qui font des déclaration  au poste de police ? La mention « décédé » m’interpelle vraiment;  j’imagine, une armée de fantômes envahir le commissariat tandis que je replonge mon nez dans les poèmes  de Thomas Bernhard du recueil  « Sur la terre comme en enfer «  et me concentre particulièrement sur le poème « les errants » et  leurs jambes torses, tous inscrits sous la rubrique « décédé » d’Interpol.

 

 Dans le fond de la pièce,  un jeune policier, suit à ma question,  rit : « on voit de tout ici, même un homme  est venu déclarer le vol de sa livraison de drogue ! »

Un  policier dessine un schéma à deux autres qui se penchent dessus, et il explique :

- L’arnaque est simple,  une femme vend son sac à 200 euros, un gars la court-circuite et met le prix à 400 euros et donne son compte bancaire à lui……….etc.  Ils analysent le cas, longuement,  tandis que la policière se bat avec le formulaire Interpol.

Finalement, on ressort un peu secouées : "où sont les bagages? Où est le bureau Air France? Tranquillement, il n'y a plus besoin de se presser, l'avion étantt parti sans nous,  on cherche l'agence.  

En conclusion, j’ai récupéré le nouveau passeport de ma fille apporté d’urgence  de Genève par son père.  Air France m’a exceptionnellement fait une fleur en me réservant un vol pour le lendemain,  à bas prix.

 

La morale de l’histoire « TOUJOURS RAMENER UNE PIECE D’IDENDITE DECLAREE PERDUE ET RETROUVEE AU SERVICE DES PASSEPORTS »

 

 

 

Commentaires

Mais si, mais si, vous avez eu de la veine (ou une ange gardienne): sans cette policière, imaginez votre arrivée au Canada avec ce passeport: retour à la case départ avec le même avion !

Écrit par : J.-C. Heritier | 17/05/2014

Imaginons le pire, comme vous le dites, vous auriez planifié la perte dudit passeport afin de soustraire votre fille à son père, combien d'années et de milliers de Chf. aurait-il fallut pour qu'il revoie sa fille ?

Écrit par : Corto | 17/05/2014

Monsieur Héritier, c'est exactement ce que m'a dit la policière
au Canada, j'aurais été bonne pour l'avion retour bloquée à l'aéroport d'Amsterdam
Sans pouvoir passer le contrôle.
Je continuerai donc à croire aux anges gardiens et gardiennes!
@Corto ça démontre au moins qu'il est quasiment impossible d'enlever un enfant
Par voie aérienne .
A Montréal, j'ai dû montré l'autorisation parentale de voyager avec l'amie de ma fille et
Qui,heureusement,elle,était parfaitement en règle

Écrit par : Djemâa | 17/05/2014

Les commentaires sont fermés.