19/03/2014

SANTE ET NUCLEAIRE - UN TANDEM SULFUREUX


P1060256.JPGMonsieur Naoto Matsumura a participé, aujourd’hui,  à la Vigie d’Hippocrate  devant le siège de l’OMS.  Témoin de la catastrophe et victime de Fukushima, il a préféré continuer à vivre dans la zone interdite contaminée pour s’occuper des animaux. 

 

Observateur de premier rang, il dénonce la gestion des suites de l’accident, les mensonges de TEPCO , l’entreprise responsable de la centrale nucléaire.  Minimiser les risques, taire, camoufler autant de manœuvres pour tromper les Japonais sur les véritables impacts d’un drame qui touche tout le pays.

 

P1060260.JPGMonsieur Naoto Matsumura a été invité par Independent WHO -  Santé et Nucléaire,  organisme qui depuis le 26 avril 2007,  organise la Vigie d’Hippocrate pour dénoncer  l’accord signé entre l’OMS et  l’AIEA,  en mai 1959. Un accord, qui lie  en quelque sorte l’OMS , et l’incite à ne plus mener de recherches et diffuser de fausses informations.

(L'Accord référencé “WHA12-40, du  28 mai 1959 qui stipule, entre autres, que 

  • L’Agence Internationale de l’Énergie Atomique et l’Organisation Mondiale de la Santé reconnaissent qu’elles peuvent être appelées à prendre certaines mesures restrictives pour sauvegarder le caractère confidentiel de renseignements qui leur auront été fournis …

 http://independentwho.org/media/Documents_Autres/Te...

 

Conflit d’intérêt entre l’AIEA et l’OMS,  c’est bien l’Agence Internationale de l’Energie Atomique qui est responsable de la question des conséquences sanitaires des activités nucléaires civiles ou militaires. Autant dire qu’elle  n’est pas compétente en la matière et pire, juge et partie.  Independent Who demande à l’OMS de reprendre un mandat qui est de son ressort et de se libérer de la tutelle de l’AIEA, lobby industriel et commercial de la promotion de l'utilisation de l'atome. 

 

 

Naoto s’étonne que l’OMS ne fasse rien pour les enfants Japonais qui ont été gravement irradiés.  Son mouvement de résistance est très suivi par les réseaux sociaux au Japon et dans le monde.  A la question de savoir s’il est irradié ou pas il concède qu’il est trop tôt pour le dire;  les effets de la radioactivité peuvent se déclarer plusieurs années après.  Au départ, il se sentait exclu et rejeté mais avec le temps les gens ont été mieux informés sur la contamination réelle entre humains. Il se souvient qu’en 2011, peu après l’accident,  lorsqu’on le voyait arriver avec ses plaques de voiture de  Fukushima, tous s’écartaient de lui.

 

Soutenu par une vague de solidarité, il reçoit des paquets du monde entier pour se nourrir ainsi que du fourrage pour ses animaux. Tout ce qui est dorénavant produit dans la région de Fukushima est radioactif. La population s’est enfuie vers les grandes villes et en partie Tokyo et n’est pas prête à revenir compte tenu de fausses informations difficilement vérifiables. Encore radioactif, plus radioactif ? Les personnes ne savent plus sur quel pied danser et préfèrent s’abstenir de rentrer chez elles, du reste les infrastructures ne sont plus que des ruines et les rats devenus rois. 

 

Une tragédie qui doit tous nous concerner, la centrale de Fessenheim est si proche de la Suisse.  Le dernier Homme de Fukushima nous apporte un témoignage précieux sur les conditions dans lesquelles on serait amenés à vivre en cas d’accident nucléaire, ce sont des millions de gens qu’il faudrait déplacer.

"A LA DIFFERENCE D'UNE GUERRE, UNE CATASTROPHE NUCLEAIRE NE S'ARRÊTE JAMAIS"

 

Devant l'OMS- LE PHOTOGRAPHE ANTONIO PAGNOTTA QUI A PUBLIE LE "DERNIER HOMME DE FUKUSHIMA"AVEC

 REN YABUKI  CO-FONDATEUR DE LA LIFE INVESTIGATION AGENCY 

P1060261.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


DIFFERENCE DE SIEVERT  (Sv) ENTRE GENEVE MESUREE AUJOURD'HUI ET FUKUSHIMA APRES L'EXPLOSION 

P1060265.JPG

19:24 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | |

Les commentaires sont fermés.