22/08/2013

CHRONIQUE RWANDAISE

Bonjour chères lectrices et chers lecteurs, 

Bon retour de vacances à ceux et celles qui ont en pris, bon voyage à ceux qui partent et courage à ceux qui reviennent et qui ne rêvent que de repartir.

Encore à l'aéroport de Amsterdam sur la voie du retour, je prépare  une chronique rwandaise après un séjour de quelques jours dans le pays des mille collines (j'en soupçonne davantage). 

Il faudra un peu de temps sans doute pour intégrer la beauté des paysages et cette propreté rwandaise qui laisse pantois, l'horreur des mémoriaux avec ces squelettes sur lesquels on peut encore voir sur les crânes les coups de machettes et de marteau. Tisser patiemment l'histoire du chien qui sauva sa maîtresse en la nourrissant pendant 3 mois alors qu'elle  était gravement blessée aux yeux. Revenir sur des silences insupportables. Parler de cette solidarité magnifique de ces familles déjà fortement ébranlées par leurs propres morts et qui réussirent  encore à élever les enfants des autres, orphelins traumatisés, aujourd'hui devenus des hommes et des femmes. 

Une chronique rwandaise tissée de cendres,  au goût d'eucalyptus et de miel. Il me faudra marcher à pas de velours sur les souvenirs meurtris des rescapés, déambuler lentement entre les méandres d'une histoire contrariée; une errance qui joue à cache-cache entre ombre et lumière. 

Chronique des années de cendres après celles de  braises. 

08:25 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | |

Les commentaires sont fermés.