27/07/2013

Tunisie - Vous reprendrez bien encore un peu de harissa

images.jpeg(ce billet  sera régulièrement enrichi par d'autres contributions)

De quel boîte d’harissa on nous l’ a sorti, le Boubaker El Hakim,   présumé meurtrier de Chokri Belaïd et Mohamed Brahmi?  

Le ministre de l’intérieur Lofti Ben Jeddou nous le balance à la tête ou plutôt dans l'auge des Tunisiens dans laquelle on leur sert au quotidien du mensonge, de la traîtrise,  et  de la manipulation par louchées entières.  On peut en toute bonne foi, s'interroger sur la rapidité de la conclusion de l’enquête, moins de douze heures après l’assassinat, rendue publique à peine 24 heures après,  alors que cela faisait des mois que nous attendions de savoir qui avait  tué Chokri Belaïd. Le manque de sérieux de l’enquête démontre le peu de cas que fait le gouvernement des victimes, toutes deux issues du Front populaire et engagées. (Paix à leur âme!)

 

Un coupable idéal, Salafiste, d’origine Française. Un dragon parfait, le franco-tunisien.  Le mal nous vient d’ailleurs signifiant « Nous,  Nahdhaouis, n’y sommes pour rien », ce sont les Tunisiens de l'étranger qui sont montrés du doigt et que l'on se plaît, du reste,  de plus en plus à stigmatiser. 

Bien étrange tout cela, je vais continuer à manger de l’harissa tout en m'interrogeant,  de  quelle boîte de conserve est  sorti si rapidement  le Boubaker El  Hakim;   le parfait élément salafiste extrémiste que nous tartine  Ennahda devant les  yeux pour mieux nous aveugler ? 

 

Portrait d'un parfait coupable sans doute coupable et pour qui des chefs d'accusation supplémentaires devraient passer comme lettre à la poste,  mais sans doute pas concerné par  des crimes qu'on lui impute  et qui  arrangerait néanmoins bien du  monde !

http://www.businessnews.com.tn/Tunisie---Qui-est-Boubaker...

Le leader d’Ansar Al Chariâa, Abou Iyadh de son vrai nom Seif Allah Ben Hassine a publié un deuxième communiqué dans la nuit du 27 juillet dans lequel il adresse un message au ministre de l’Intérieur, Lotfi Ben Jeddou, lui signifiant qu’il a commis une grave erreur en évoquant le nom d’Ansar Al Chariâa comme impliqué dans l’affaire de l’assassinat de Mohamed Brahmi. 

 

Piste plus sérieuse et avancée par le porte-parole du Front Populaire, Hamma Hammami, informations non encore confirmées qui feraient état de l'implication d'une police parallèle dans l'assassinat de Mohamed par Brahmi. A suivre.........

 

Une analyse très intéressante : A qui profite le crime ? 4 niveaux de lecture à méditer par Radhi Meddeb

http://www.leaders.com.tn/article/brahmi-a-qui-profite-le-crime-quatre-niveaux-de-lecture-a-mediter?id=11923


L'EMOTION D'UN PHOTOGRAPHE TUNISIEN QUI NOUS EMEUT

(merci à Yacine )


09:17 | Lien permanent | Commentaires (17) | |  Facebook | | |

Commentaires

"Portrait d'un parfait coupable sans doute coupable et pour qui des chefs d'accusation supplémentaires devraient passer comme lettre à la poste, mais sans doute pas concerné par des crimes qu'on lui impute et qui arrangerait néanmoins bien du monde !"

Probable voire plus que probable.

Question : le fils maudit de Marianne, ne se serait-il pas dévoué, temporairement, pour la bonne cause ?

Morsi a bien osé nommer ministre le terroriste de Louxor, non ?

Écrit par : Giona | 27/07/2013

"Le fils maudit de Marianne" ? Ah, ah, ah,! Vous avez des illuminations Giona ? Vous avez surtout un esprit tordu. Je comprends bien que Marianne a semé bien souvent la merde mais là, vos calculs de probabilité m'échappent sans parler de vos certitudes. C'est une diaspora fragilisée, désarçonnée que vous montrez du doigt et encore une fois, vous accusez sans preuve. On a longtemps exécuté des innocents par conviction mais avec vous, ce genre de processus risque de s'installer dans une "normalité" si bien qu'il ne restera que des gens qu'avec des convictions paranoaïques. Votre haine et ignorance vont étoufferont. Je suppose que vous êtes tranquille dans votre salon en Europe (chez Marianne peut être, elle avait préparé le goûter...). Va bene ! Au lieu de vos convictions, mettez plutôt votre énergie à réfléchir pourquoi la Tunisie en est arrivée là : Quand l'espoir ne luit plus, quand on ne sait pas ce qu'on mangera ce soir, ni demain, ni après-demain, et que le dernier petit repas, c'était ....???, quand on a un mari, une femme, un enfant malade et qu'on ne peut pas le soigner parce qu'on a pas d'argent, et bien, c'est l'être entier qui est désintégré et quoiqu'il en soit, on fait au plus court, au plus rapide quitte à manger dans l'auge de l'illusion. Alors, à présent, et ce qui est également grave, c'est que selon vos propos, c'est la diaspora dans son intégralité qui va morfler, les "Nantis" les "devenus blancs", ceux qui n'ont plus de chez soi chez eux. Morsi? mais à peine arrivé, les Occidentaux avaient la main mise dessus. Vous proposez QUOI alors Giona ? Méfiez vous au préalable de vous-même !

Écrit par : punt | 27/07/2013

"Méfiez vous au préalable de vous-même !"

C'est en effet un excellent conseil.

Écrit par : JK | 27/07/2013

Le témoignage du photographe est très touchant !

Écrit par : christine | 27/07/2013

Je suis serein ce soir de voir l'islamisme creuser sa propre tombe.

40.000 femmes et hommes, sont allés ce soir devant le Parlement pour leur dire que les "jeux sont faits" désormais pour l'islamisme politique dans notre cher pays. La Tunisie, toutes forces confondues, unies plus que jamais, main dans la main à dit "basta" à cette idéologie fascisante des frères musulmans, étrangers à notre culture de 3000 ans et pas une de moins. La Tunisie est méditerranéenne, belle, pacifique, avec des femmes courageuses, belles, modernes et déterminées à en finir avec ce moyen-âge qui nous a surpris il y'a près de 2 ans. Tout le monde au Maghreb connaît cette belle Tunisie moderne et nous jalousait secrétement pour les uns, et fiers de nous pour les autres. Ils étaient choqués de la voir tomber dans l'escarcelle, par une entourloupe de l'Histoire dont les islamistes ont le secret, dans les mains haineuses de ces wahhabites et ils me l'ont dit. Je suis serein ce soir, cette nuit ; la fin de ce cancer mondial islamiste chez nous et ailleurs est en marche. Rien ni personne ne nous fera changer d'avis. Car le Peuple a dit son mot, et ne lâchera pas avant de voir cette organisation hideuse wahhabite, d'un autre âge, qui a jeté l'opprobre sur les hommes et les femmes de ce pays, a entaché de noirceur la plus terrible cette belle Nation tunisienne immaculée de blanc, tomber ; je suis serein, car une nouvelle page d'Histoire va bientôt être tournée, et les partis islamiques religieux signent leurs fins, pris au piège de leurs propres bêtises, et sont désormais des parias dans les rues, les villes et les villages de cette Nation.

Écrit par : carthage-libre | 28/07/2013

@Djemâa au sujet des nombreuses révolutions Maghrébines,un point essentiel ne doit pas rester dans l'ombre .Comme en Syrie ou des soldats Magyards sans doute mercenaires vont se mêler de choses qui ne les regarde absolument pas. L'UE ferait bien de s'occuper un peu mieux des pays qu'elle régente à la place de fomenter des menaces pour obliger notre pays à s'accoupler à une équipe d'Eoliennes proche des sectes Elohims en tous genres et ce ,afin de mieux vous manipuler tous dirait le petit Chaperon Rouge
Chacun est libre de ses opinions.J'ai pour principe de ne pas me laisser déranger par les images mon cerveau en est plein qui ne seront jamais détruites alors inutile que j'en rajoute.Ce n'est pas une critique je vous rassure non tout simplement j'ai appris à me protéger mes neurones
Alors au vu de l'hypocrisie régnante,faut supprimer l'Armée en Suisse ou ailleurs faut tout de même pas prendre les gens pour des ânes,surtout en voyant les nombreux mercenaires européens prendre part à des conflits afin de encore et toujours mieux les allumer.Soyons terrestrement lucides!
Tout bon dimanche pour Vous

Écrit par : lovsmeralda | 28/07/2013

""Le fils maudit de Marianne" ? Ah, ah, ah,! Vous avez des illuminations Giona ? Vous avez surtout un esprit tordu."

Ouais, c'est mon coté fleur bleue.

"Je comprends bien que Marianne a semé bien souvent la merde"

Bon ça commence mezzo avec le ressentiment post-colonial rituel.

"mais là, vos calculs de probabilité m'échappent sans parler de vos certitudes."

Disons, pour faire simple, que je réserve ma compassion à Messieurs Belaïd et Brahmi.

"C'est une diaspora fragilisée, désarçonnée que vous montrez du doigt et encore une fois, vous accusez sans preuve. On a longtemps exécuté des innocents par conviction mais avec vous, ce genre de processus risque de s'installer dans une "normalité" si bien qu'il ne restera que des gens qu'avec des convictions paranoaïques. Votre haine et ignorance vont étoufferont."

Misérabilisme, culpabilisation et la non moins rituelle menace. Filou ! Vous essayez de me faire du charme ?

"Je suppose que vous êtes tranquille dans votre salon en Europe (chez Marianne peut être, elle avait préparé le goûter...). Va bene !"

Je décode pour les candides qui ne disposent pas du logiciel ad hoc :

Marianne étant le générique pour occidental. Donc nous, nantis, égoïstes, insensibles voire racistes emprunts de valeurs superficielles et vous intègre, immaculé abnégation emprunt de valeurs spirituelles. Voilà pour les rôles.

"Au lieu de vos convictions, mettez plutôt votre énergie à réfléchir pourquoi la Tunisie en est arrivée là :"

J'ai une petite idée là dessus mais elle ne vous plaira pas, nous y reviendront plus tard.

"Quand l'espoir ne luit plus, quand on ne sait pas ce qu'on mangera ce soir, ni demain, ni après-demain, et que le dernier petit repas, c'était ....???, quand on a un mari, une femme, un enfant malade et qu'on ne peut pas le soigner parce qu'on a pas d'argent, et bien, c'est l'être entier qui est désintégré et quoiqu'il en soit, on fait au plus court, au plus rapide"

Bon, c'est le scénar, l'accroche pour cœur de cible fragilisée comme vous dites. J’en ai presque eu l’œil humide.

"quitte à manger dans l'auge de l'illusion."

Patatras ! Dois-je vraiment décoder ?

"Alors, à présent, et ce qui est également grave, c'est que selon vos propos, c'est la diaspora dans son intégralité qui va morfler, les "Nantis" les "devenus blancs", ceux qui n'ont plus de chez soi chez eux."

Les brebis égarées dans l'enfer quoi ? Devinez qui est le taulier.

"Morsi? mais à peine arrivé, les Occidentaux avaient la main mise dessus."

Epilogue, bas les masques. Ah! C’était trop dur de la retenir celle là hein ?

" Vous proposez QUOI alors Giona ?"

Comme promis, nous y sommes mais cela ne va vraiment pas vous plaire mais alors pas du tout. Vous pensez que l'islam est la solution et moi je pense qu'il est tout votre problème, votre boulet et votre carcan. Le peuple Tunisien fait sa révolution, c'est bien mais qu'il aille jusqu'au bout et qu'il demande, exige, quitte à imposer la séparation, j'allais dire la ségrégation, du religieux des affaires de l'état. Qu'il expie le coran de sa constitution et le confine définitivement à la sphère privée. Là, les Tunisiens auront fait un pas de géant vers la désincarcération de leur mental et donc vers la liberté que semble rechercher le photographe de la vidéo. Ils deviendraient les sherpas d'un monde musulman qui se fourvoie de la tyrannie de ses dirigeants corrompus à la tyrannie de ses religieux qui ne sont que les deux faces de la même pièce car, jusqu'à la conquête du pouvoir absolu, l'un ne va pas sans l'autre. Après ils se bouffent entre eux, le peuple fera office de petits oignons..

Subsidiairement, puisque vous m'avez invité à donner ma solution, je conseillerai à cette jeunesse Tunisienne d'abandonner le discours victimaire post-colonial que vous m'avez tenu et qu'elle apprenne à prendre ses propres responsabilités, sa propre destinée en main. Ah! Le destin ça doit vous parler ça, n'est-ce pas ? Eh! bien cessez de vouloir gérer la destinée de chacun selon vos propres aspirations religieuses si vous avez un minimum de compassion pour votre prochain Tunisien.

"Méfiez vous au préalable de vous-même !"

Je ne fais que cela cher ami cela m'évite de perdre mon temps / ma vie à cancériser celle des autres.

P.S. Je comprends, vu les faibles ressources de la Tunisie, que la tâche est immense mais (je vais encore me faire d'autres amis) regardez l'Algérie, riche comme crésus et paradoxalement au peuple si misérable, renfrogné, pris en tenaille, concorde oblige, entre un nationalisme en toc et un salafisme assassin. Comme quoi la bonne ressource n'est peut-être pas toujours celle à laquelle on pense de prime abord. J'ai bien un exemple de réussite à vous proposer mais je doute que vous puissiez le comprendre.

Écrit par : Giona | 28/07/2013

""Le fils maudit de Marianne" ? Ah, ah, ah,! Vous avez des illuminations Giona ? Vous avez surtout un esprit tordu."

Ouais, c'est mon coté fleur bleue.

"Je comprends bien que Marianne a semé bien souvent la merde"

Bon ça commence mezzo avec le ressentiment post-colonial rituel.

"mais là, vos calculs de probabilité m'échappent sans parler de vos certitudes."

Disons, pour faire simple, que je réserve ma compassion à Messieurs Belaïd et Brahmi.

"C'est une diaspora fragilisée, désarçonnée que vous montrez du doigt et encore une fois, vous accusez sans preuve. On a longtemps exécuté des innocents par conviction mais avec vous, ce genre de processus risque de s'installer dans une "normalité" si bien qu'il ne restera que des gens qu'avec des convictions paranoaïques. Votre haine et ignorance vont étoufferont."

Misérabilisme, culpabilisation et la non moins rituelle menace. Filou ! Vous essayez de me faire du charme ?

"Je suppose que vous êtes tranquille dans votre salon en Europe (chez Marianne peut être, elle avait préparé le goûter...). Va bene !"

Je décode pour les candides qui ne disposent pas du logiciel ad hoc :

Marianne étant le générique pour occidental. Donc nous, nantis, égoïstes, insensibles voire racistes emprunts de valeurs superficielles et vous intègre, immaculé abnégation emprunt de valeurs spirituelles. Voilà pour les rôles.

"Au lieu de vos convictions, mettez plutôt votre énergie à réfléchir pourquoi la Tunisie en est arrivée là :"

J'ai une petite idée là dessus mais elle ne vous plaira pas, nous y reviendront plus tard.

"Quand l'espoir ne luit plus, quand on ne sait pas ce qu'on mangera ce soir, ni demain, ni après-demain, et que le dernier petit repas, c'était ....???, quand on a un mari, une femme, un enfant malade et qu'on ne peut pas le soigner parce qu'on a pas d'argent, et bien, c'est l'être entier qui est désintégré et quoiqu'il en soit, on fait au plus court, au plus rapide"

Bon, c'est le scénar, l'accroche pour cœur de cible fragilisée comme vous dites. J’en ai presque eu l’œil humide.

"quitte à manger dans l'auge de l'illusion."

Patatras ! Dois-je vraiment décoder ?

"Alors, à présent, et ce qui est également grave, c'est que selon vos propos, c'est la diaspora dans son intégralité qui va morfler, les "Nantis" les "devenus blancs", ceux qui n'ont plus de chez soi chez eux."

Les brebis égarées dans l'enfer quoi ? Devinez qui est le taulier.

"Morsi? mais à peine arrivé, les Occidentaux avaient la main mise dessus."

Epilogue, bas les masques. Ah! C’était trop dur de la retenir celle là hein ?

" Vous proposez QUOI alors Giona ?"

Comme promis, nous y sommes mais cela ne va vraiment pas vous plaire mais alors pas du tout. Vous pensez que l'islam est la solution et moi je pense qu'il est tout votre problème, votre boulet et votre carcan. Le peuple Tunisien fait sa révolution, c'est bien mais qu'il aille jusqu'au bout et qu'il demande, exige, quitte à imposer la séparation, j'allais dire la ségrégation, du religieux des affaires de l'état. Qu'il expie le coran de sa constitution et le confine définitivement à la sphère privée. Là, les Tunisiens auront fait un pas de géant vers la désincarcération de leur mental et donc vers la liberté que semble rechercher le photographe de la vidéo. Ils deviendraient les sherpas d'un monde musulman qui se fourvoie de la tyrannie de ses dirigeants corrompus à la tyrannie de ses religieux qui ne sont que les deux faces de la même pièce car, jusqu'à la conquête du pouvoir absolu, l'un ne va pas sans l'autre. Après ils se bouffent entre eux, le peuple fera office de petits oignons..

Subsidiairement, puisque vous m'avez invité à donner ma solution, je conseillerai à cette jeunesse Tunisienne d'abandonner le discours victimaire post-colonial que vous m'avez tenu et qu'elle apprenne à prendre ses propres responsabilités, sa propre destinée en main. Ah! Le destin ça doit vous parler ça, n'est-ce pas ? Eh! bien cessez de vouloir gérer la destinée de chacun selon vos propres aspirations religieuses si vous avez un minimum de compassion pour votre prochain Tunisien.

"Méfiez vous au préalable de vous-même !"

Je ne fais que cela cher ami cela m'évite de perdre mon temps / ma vie à cancériser celle des autres.

P.S. Je comprends, vu les faibles ressources de la Tunisie, que la tâche est immense mais (je vais encore me faire d'autres amis) regardez l'Algérie, riche comme crésus et paradoxalement au peuple si misérable, renfrogné, pris en tenaille, concorde oblige, entre un nationalisme en toc et un salafisme assassin. Comme quoi la bonne ressource n'est peut-être pas toujours celle à laquelle on pense de prime abord. J'ai bien un exemple de réussite à vous proposer mais je doute que vous puissiez le comprendre.

Écrit par : Giona | 28/07/2013

"Qu'il expie le coran de sa constitution"

J'ai fourché, qu'il expurge, vous l'aurez compris.

Écrit par : Giona | 28/07/2013

"J'ai bien un exemple de réussite à vous proposer mais je doute que vous puissiez le comprendre."

Il n'y en a point comme Israël, c'est cela?

Écrit par : Amiel | 28/07/2013

"Il n'y en a point comme Israël, c'est cela?"

Tiens ! Maintenant que vous m'y faites penser, vous avez raison, votre exemple est incomparablement supérieur au mien car il comporte, en plus de sa réussite, un volet moral auquel je suis très sensible.

Merci.

Écrit par : Giona | 28/07/2013

En finir avec Ennahdha, mais avant cela ne pas oublier la leçon de l'ennemi

Pour Lao Tseu, le meilleur professeur est son ennemi. Ne pas oublier que Ennahdha a su s'infiltrer auprès des couches les plus défavorisées quitte à les manipuler, idem pour les Frères Musulmans en Egypte, idem pour le Hamas en Palestine. Quels que soient les résultats du changement, on ne peut plus laisser les pauvres et les régions du Sud sur le bord de la route. Il n'y aura jamais de démocratie avec des disparités trop importantes entre les couches sociales et les régions, la démocratie commence par travailler par la résorption des inégalités sociales et régionales, ne pas s'y engager c'est laisser la voie ouverte aux récupérations de toutes sortes. Une priorité pour une Tunisie nouvelle qui se targuerait d'être démocrate.

Écrit par : Bouzid | 28/07/2013

"Maintenant que vous m'y faites penser..."

C'est vrai? Il se pourrait que dans votre esprit il y ait autre chose qu'un tel "exemple"?

Écrit par : JK | 28/07/2013

Fin de l'Islamisme et tous les malheurs qu'il transporte ici chez nous.


Hier soir j'étais à la manif du Bardo ici à Tunis ; il y'a de ces moments historiques, où la roue tourne pour les criminels. Les hommes devraient savoir quand ils ont perdu. Les islamistes et toute cette mouvance des "frères musulmans" ici chez nous en Tunisie en est à ses derniers soubresauts. Nous le savons toutes et tous, ils le savent. La Tunisie s'opposera de toutes ses forces, femmes vaillantes au premier rang (je suis un homme avec un grand Respect pour nos femmes ici en Tunisie), aux hordes sauvages venues d'Arabie que représentent ces êtres maléfiques pour toute la société mondiale, porteurs de percepts dignes de l'Enfer ; la Tunisie pansera ses blessures, se réveillera, se développera et se modernisera. Nos enfants vivront en paix, avec le souvenir des batailles épiques de leur parents contre l'Ogre Islamiste.

Écrit par : carthage-libre | 28/07/2013

"ces hordes sauvages venus d'arabie..." Pauvre de toi, on parle quelle langue en Tunisie? Quelle écriture? Les journaux, la télé, l'école, les tribunaux sont dans quelle langue? En pachtoun? Change de nom, de pays, de race si t'es pas fier de tes origines collabeur.

Écrit par : rayan | 28/07/2013

Un poème pour Chokri Belaïd et Mohamed Brahmi

Les voiles de notre liberté

Les morts sont partis
Arrachés à la vie
Ils nous ont laissés
Leur linceul
Pour prendre les
Voiles de notre
Liberté

Dans le sillage
De leur départ
Nous avons suivi
Les traces de
L’avenir qu’ils
Nous ont dessinés

Leur absence
A égréné la
Force de notre
Présence

Les morts, ne sont pas morts
Pour rien,
leur âme légère
Nous ont délié de
Nos chaînes
Ils sont si vivants
Dans cet élan
Qu’ils nous ont insufflés

Écrit par : Djemâa | 28/07/2013

Que faut-il faire ?

Ce mettre dans le clan des tueurs pour survivre ?

Écrit par : Corto | 30/07/2013

Les commentaires sont fermés.