19/05/2013

Ce qui n'est pas médiatisé, n'existe pas !

se-taire.jpgUn axiome inquiétant qui induit une redéfinition du monde et  nous pousse à nous interroger : qui décide quoi, comment, quand, pour qui , pourquoi, avec qui,  par quel biais ?  

 Est-ce une autre façon de dire que ce qui n’est pas mis en lumière, doit demeurer dans l’ombre ? Que ce que l’on ne voit pas doit rester secret. Ce dont on ne parle pas, ne doit pas mériter notre intérêt. 

Mais qui décide donc de ce qui doit être vu ?  Les médias ? Les politiciens ? Les groupes de pression qui ont les moyens de se rendre visibles et prêts  à confondre :  faire du bruit et fournir de l’information ? La triade : le propriétaire du journal, le marché, le journaliste ? Quelle interdépendance entre eux ? Qui a du pouvoir sur qui et jusqu'où ? Le journaliste "conseiller du roi"  le soutient ou soutient le groupement ou son idéologie jusqu'où et jusqu'à quand ? Quelle limite pour le journaliste à ne pas franchir, allié, puis ennemi qui a des informations "sensibles" et qu'il utilisera au service de qui pour quel nouveau prince ou roi ? Journaliste indépendant ? Ah, bon ! ça existe ? Information objective ?Ah ! Vraiment ? 

 

Rendre quelque chose de visible,  est-ce alors  une question de moyens ? Un paradigme cynique , en perspective. Seuls les nantis,  associés à des groupes de pression, les plus en vue, les stars  fabriquées de toutes pièces par les premiers, quand bien même n’ont-elles pas grand-chose à dire auraient le droit de dire ce qui doit être vu et dit  ?  Sont-ce les annonceurs qui paient des encarts  dans les journaux et dorénavant sur les sites  qui influencent  l’information et décident de ce qui doit être révélé, montré, tu, ou matraqué en boucle ?

Si tel est le cas, nous partons d’un postulat pour le moins  inquiétant. A lire ce qu’on lit, on peut effectivement comprendre qui a les moyens de rendre manifeste un type d’information qui nous est livrée en masse. Une manufacture de l’information qui sur-représente une position, un événement, un courant de pensée et qui prépare les groupes silencieux à ingurgiter ce que veulent  leur  faire avaler ceux qui détiennent le pouvoir et les finances et tirer encore davantage profit du silence. S' ils daignent   parler d’un fait social;  ce n’est qu’à travers quelque  faits divers, de façon anecdotique. Les faits divers peuvent être réutilisés ad infinitum et ad absurdum : « Un meurtre sordide, une occasion de relancer le débat sur la privatisation des prisons où on pourrait y faire travailler les condamnés et faire du bénéfice. Même les morts sont utiles à cela, instrumentalisés post-mortem  ! ».   On lance aux  pourceaux non plus  des perles, mais une bouillie infâme.

Une massification de l’information qui tourne en boucle et qui prépare la masse à ingurgiter un modèle sans voir là-derrière la manipulation d’un petit groupe qui appartient dans le fond à une élite « économique » ou/et  « politique » souvent la même et sur plusieurs générations. 

Des opinions faites et défaites sur le modèle de tout ce qui est « fast » , à savoir rapide et superficiel et surtout qui passe très vite, comme chat sur braise lorsqu’il s’agit des intérêts de la masse silencieuse et vouée aux gémonies. Des faits divers qui font croire qu’on a de plus en plus d’information, tandis que l’on nous désinforme et que la pensée s’appauvrit, le principal disparaît au profit du surmédiatisé d’un éphèmère déconcertant dont il ne reste rien, sinon du tapage assourdissant. 

Combien d’informations importantes nous échappent ainsi. Combien d’éléments nous manquent-ils pour analyser des situations dans leur ensemble et surtout les comprendre  ? 

Quelques questions qui nous forcent à penser qu’il est préférable de ne pas trop s’intéresser à ce que l’on voit, mais à tout ce qui reste caché, rester critique à l’égard de l’écho de résonance des nantis et toujous se demander :Quel intérêt ont-ils à nous révéler cela ou à  insister ? Et vous le trouverez tapi dans les bas-fonds.  L'intérêt !  cet appétit vorace des engrangeurs de billets.

Seule la connaissance du  terrain, au plus proche des réalités sociales  nous permet de comprendre  ce qui s’y  passe véritablement et permet de  faire circuler l’information auprès d’un ou plusieurs  groupes dont on assure le maillage communicationnel  ;  c’est bien-là où réside l’essentiel, dans la zone d’ombre que l’on camoufle avec subtilité, sur le terrain social qui vit et vibre dans les labyrinthes profonds d’une société qui s’illustre par le clinquant et qui aimerait que l’on continue à   « boulimiser » ce qu’elle nous balance à tire larigot. 

Ce qui est important n’est pas : ce qui est dit, mais ce qui est tu, ce qu’on voit mais ce qui ne se voit pas,  ce qu’on sait mais ce qu’on ignore;  c’est bien-là où tout se joue.

Sans doute les réseaux sociaux et les blogs sur internet  permettent  de relancer les cartes pour un nouveau jeu et faire sortir de l’ombre ce qu’on aurait voulu tant camoufler, à savoir des réalités sociales et économiques qui prouvent le triste état du monde et sa grande inégalité et injustice. En évitant soigneusement d'être financés pour éviter de se retrouver dans le cas de la presse classique.

Dans un  silence de plus en plus pesant, les damnés de la terre disparaissent. « Chut » surtout ne pas en parler ! On risque de se souvenir qu'ils existent ! 

 

(voilà pourquoi j'ai renoncé au journalisme et que je préfère les blogs où je ne touche pas un kopeck, mais exprime librement ce que j'ai à dire : le prix de la liberté ! même ça,  se paie et surtout ça   ....) 

 

 

 

 

10:27 Publié dans Médias, Résistance, Société - People, Solidarité, Suisse | Lien permanent | Commentaires (8) | |  Facebook | | |

Commentaires

je rejoins totalement ce point de vue.A croire qu'il faut être vu même mort pour paraitre dans les médias.On le voit avec l'affaire Marie qui arrive à point nommé en plein débats liés au manque de place dans les prisons ou Angelina qui d'un coup de publicité vante les mérites d'enlever ses seins avant même la certitude que son éclat médiatique puisse être vérifié et ce sans doute pour lancer une mode aux nouvelles prothèses pour remplacer la vente des anciennes devenues dangereuses.
TRop c'est trop et justement ceux laissés dans l'anonnymat comme de nombreux enfants Suisses traités de menteurs suite à un vécu trop difficile à avaler ,eux ne se lasseront jamais de donner des coups de griffes afin de secouer les jounalistes ou autres faiseurs de scandales juste pour amuser le peuple de nombreux internautes affamés de sang et de meurtres .
Pour ensuite repprocher à certains pays comme ceux du Moyen Orient de ne pas respecter les vies humaines,faut vraiment être illetré pour ne pas deviner l'hypocrisie de tels propos.Ceux là même qui sans goutte de sang ne pourraient plus se sentir bien dans leur peau et qui passent leur temps à critiquer les autres.Professeur Tournesol venez à notre secours
Quand on a connu Payot et bien d'autres on se dit y'a danger pour les pro du journalisme

Écrit par : lovsmeralda | 19/05/2013

"Sans doute les réseaux sociaux sur internet permettent de relancer les cartes"... ? Parce que ces "réseaux sociaux" sont sans propriétaires? C'est nouveau! Et le "printemps arabe" lancé par Facebook, -parceque TOUS les "arabes" ont des téléphone satellites, ou sont connectés? Etonnant, non?!
Et encore...Le redbaron, à "Twitté" la nouvelle en page X, concernant l'usage d'arme chimique PAR LES REBELLES en Syrie-affirmé par Carla del Ponte- 2 jours avant la dénonciation INVERSE par J.Kerry... Celle-là en première page partout!
Du vent... Et vous ici? quelle analyse, quelle répercussion de ces faits?
Et enfin...
Mieux valait se taire (sur ce qui se passait sur le portail d'à côté) ou -hurler "au pisseux"*, tel votre pote Pachamachin-, lors de la censure des blogs de 24heures -dont le nôtre- qui posaient ce genre de question!
Nous enregistrons systématiquement nos commentaires, jamais publiés! En vue d'une compilation sur notre nouveau blog! Mais est-ce que cette fatigue a encore un usage?
*Les "pisseux, etc" c'étaient le Barbie Dark side, le redbaron, et nous...

Écrit par : Trio-Octet infernal | 20/05/2013

Merci Trio-Octet de bien vouloir nommer et rajouter le lien de "votre nouveau blog"puisque vous en faites référence que l'on apprécie à quoi ressemble la nouvelle résistance : Blog contre Censure ! et pour ceux qui voudraient vous suivre dans votre rébellion "des Pisseux"

Écrit par : djemâa | 20/05/2013

Répones dont nous apprécions l'ironie, et qui fait que nous ne laissons pasl'adressse de notre "nouveau blog".
"L'archive" envoyée comme carte posale souvenir est inutilisable autrement, et demande une reonstruction complète de chaque billet...Ainsi...L'usage de la fatigue amène un usure dont peuven usiter les usuriers de la pensée... Avant de fermer le blog 24heures, nous avions écris que nous ne voyions pas l'utilité de "servir" encore d'alibi etc.... De laisser les "gagnants gagner afin, qu'ils perdent Tout!
Et tant pis pour le victimes -dont nous!-
L'ironiie finale sur le nouveau blog des pisseux, -et la résistance blog contrecensure- nous vous la retournons avec son timbre... Au fait vous et votre pote Pacha, -ainsi que des "aristes" vous ne deviez pas aller en Syrie, pour nous montrer ce qu'est la résistance?

Écrit par : Trio-Octet infernal | 20/05/2013

@Trio-Octet infernal- Non ! Plutôt un sourire bienveillant que de l'ironie mordante :)). Il n'est jamais agréable d'être censurés. Quant à la Syrie, mieux vaut en parler après qu'avant.
Vous vous êtes retirés du Blog 24h, or ma mémoire ravivée a retenu quelques lignes intéressantes de Barbie Dark Side sur la difficulté de trouver un emploi, me semble-t-il quelque chose de léger et empreint d'humour mais d'un réalisme saisissant. Comme quoi il en reste toujours quelque chose malgré la censure !

Écrit par : djemâa | 20/05/2013

@Djemaa, Merci de votre bienveillance. Elle ressemble fort à celle de votre ami restautateur.
C'est une des raisons, motivant le fait que nous ne mettons aucun lien vers ce blog. Par contre nous trouvons dans ce commentaire la même mauvaise foi que partout dans les blogs de l’arc lémanique. Nous ne nous sommes pas « retirés » de la plate-forme des « blogs 24heures ». Si les blogs de nos membres présents sur cette plateforme –Redbaron, Kurt Deroy(blog sur le chômage en Suisse), Barbie- à UN jour d’être supprimé, ont préférés prendre les devants…
Le blog Trio Infernal qui devait subsister quelques temps encore, à été fermé d’office, et sans avertissement. Vous réussirez à mémoriser cette information ? Parce que vos sources –que nous connaissons- sont soupçonnables d’être au minimum partiales.
Certes le propos de votre billet est juste, mais au vu de ce qui précède la question se pose, faites-vous différemment ?
Ainsi concernant la Syrie, suite logique de la déstabilisation des pays arabes en vue de…
D’autres sites ont parlés des magouilles en Syrie, avant et mieux que votre Pacha et que vous-mêmes…
Sites que vous et bien d’autres ont/auraient assimilés à des pro-Bachar, ou à des dictateurs …
Votre découverte stupéfaite de possibles manipulations à la fin de l’an dernier, qui vous amenèrent vous et votre pote de blog, à préparer cette expédition tintinesque- si ce n’est que Tintin est encore moins grotesque-nous la regardons avec la même bienveillance non mordante que celle que vous daigner nous accorder.
« Comme quoi il reste toujours quelque chose malgré la censure » Là, nous rigolons ! Et ce qui pourrait être dit maintenant ? Sur les distorsions que l’on peut lire rien qu’en « local » ?
Ce qui nous amène à la question : « Finalement vous vous plaignez de QUOI ? »
Suivez notre conseil, redevenez journaliste, vous en avez l’étoffe.
Enfin stoppons là, soit ricanants, soit « larmoyants»… les « pisseux », « les sans-dieux » apostats, » les anarchistes » –politiques- « vecteurs de chaos » -ce que nous revendiquons sans guillemets et hors insultes etc.-vous saluent bien.
Ps : Pour le dernier comm avant celui-ci, désolés pour les fautes, beaucoup viennent de l’utilisation d’une « tablette » les autres…

Écrit par : Trio-Octet infernal | 21/05/2013

En Suisse, il est certes possible de se lâcher davantage, mais en France, la seule possibilité, c'est de se faire lyncher davantage lorsqu'on commence à fustiger les bovins qui nous gouvernent. Oui, des bovins ! je répète, persiste et sgne ! Nambikkai a été fermé sur overblog. Pourtant il était le réceptacle des doléances des expats à l'étranger, ceux qui ont fui la grosse machine à broyer française. Ce fut un blog de "passage", du style, fais moi signe si tu es dans le coin...Mais, le Quai d'Orsay n'a pas aimé et menaces à l'appui, et j'estime de manière arbitraire, sans sommation, ont envoyé Nambikkai aux oubliettes. C'est une spécialité aussi, juste après la tartiflette ! N'est-ce pas Djémâa. D'ailleurs, depuis, j'ai arrêté le fromage...Et oui, Nambikkai, qui signifie "espoir" en tamoul, avait été crée pour "bonheuriser" ou "diaboliser" ce que nous sommes, nous Français....C'était une "fenêtre sur la France" comme disait Nehru Et bien voilà... On a fermé les volets...D'ailleurs, en France, on supprime tout, le printemps,l'été, les rtt...tout est remplacé par l'auster-été. Ouhhhhh !

Écrit par : nambikkai | 21/05/2013

A ceux dont j'ai retenu les commentaires dont un effacé : ce blog n'est pas un ring de box.
Bellle journée à vous tous !

Écrit par : djemâa | 22/05/2013

Les commentaires sont fermés.