07/04/2013

Tuser pour créer

 DownloadedFile.jpegUn Wallon de Liège vient de me raconter une  magnifique anecdote sur le gigantesque dispositif de pompage des eaux de la Seine,  situé au Château de Versailles et construit entre 1681  et 1682 sous le règne de Louis XIV.  Une machine de Marly, incroyablement complexe pour cette époque, œuvre du maître charpentier et mécanicien liégeois Rennequin Sualem.

Lorsque Louis XIV s'adressa au Liégois lui demandant  comment il était parvenu à une telle solution , celui-ci lui répondit en wallon « Tot tusant sire ».

 Un verbe surprenant,  « tuser » qui laisse deviner tout l’ébranlement de la mécanique créative faite d’un mélange subtil de rêverie, "de réflexion, de macération puis de décantage". Un long processus qui permet à notre espace imaginaire de se laisser envahir par le souffle magnifique de l’inventivité.

Pour cela une nécessité absolue de s'accorder des espaces de rêvasserie intenses , des moments infinis où on tâtonne encore dans la nuit noire du bout des doigts les belles utopies. Ces rêves magnifiques qui nous bercent et que l’on faisait enfant comme par exemple glisser sur les rayons de lune ou voyager sur des nuages avec en arrière-fond l'éternelle injonction de la maîtresse :"Arrêtez-donc de rêvasser!"

Un verbe qui nous ramène à notre réalité, celle du tout express qui laisse peu de place à l’imaginaire et à la rêverie, précisément ces lieux magiques où l’on créent des inventions, des œuvres sublimes, moment des plus belles fulgurances quand le génie d’un trait grandiose signe son passage sur les ailes des anges. 

12:18 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | |

Les commentaires sont fermés.