18/03/2013

Festival de films de femmes 4ème édition

 Hommage aux femmes reporters d’ici et d’ailleurs

 

du mercredi 20 au dimanche 24 mars 2013

 

   Jocelyne Saab

Projections, tables rondes, témoignages

 

À Fonction Cinéma, à Genève

Maison des Arts du Grütli – Rue Général-Dufour 16

 

Mercredi 20 mars

 

18h30 Accueil, discours de bienvenue. 

Présentation par Anne Vaucher du film d’ouverture.

 

19h00 Projection EN PREMIÈRE VISION du film Voix de reportages (2013, 26’) d’après des textes et des photos de Laurence Deonna, grand reporter genevoise. Laurence Deonna, ancienne présidente de Reporters sans frontières section Suisse, sera présente. Elle a reçu en 1987 le prix Unesco de l’Education à la Paix pour l’esprit de son œuvre. 

Suivi d’un débat et d’un buffet.

Ce film sera projeté également en clôture du festival. 

 

Jeudi 21 mars

 

11h30 Projection-débat avec Laurence Deonna Voix de reportages (2013, 26’). Attention !  Exceptionnellement à Cité Seniors, Rue Jean-Charles Amat 28, 1202 Genève (angle rue de Lausanne).

 

18h45 Projection du film Le drôle de pays des Kurdes d’Irak (2003, 26’) de Mylène Sauloy. Cinéaste française à qui l’on doit de nombreux films à risque, notamment en Tchétchénie. 

 

 19h30 RENCONTRE EXCEPTIONNELLE avec l’Italienne Giuliana Sgrena. Reporter de guerre et journaliste pour Il Manifesto, elle a été kidnappée  à Bagdad en 2005. Lors de sa libération, la voiture diplomatique italienne qui l’amenait à l’aéroport a été  attaquée par l’armée américaine. L’un des officiels a été tué à son côté  et elle-même blessée. 

 

 Vendredi 22 mars 

 18h30 Projection du film Lee Miller ou la traversée du miroir (1995, 54’) en présence du réalisateur Sylvain Roumette

Personnage troublant, la photographe Lee Miller fut la première, sinon l’une des premières, à pénétrer dans les camps de concentration nazis. Son ultime défi fut de se baigner dans ce qui fût la baignoire de Hitler !

 

19h45 TABLE RONDE 

« Etre femme reporter dans les zones à risques : un atout ? » avec Giuliana Sgrena, Jocelyne Saab, Khadidja Al Salami et Mylène Sauloy

Modératrice : Laurence Bezaguet, journaliste à la Tribune de Genève

 

Samedi 23 mars

 

13h30 Projection du documentaire Yemen : La révolution au féminin (2012, 1h30) de Khadidja Al Salami. Ayant dû faire face à d’incroyables difficultés pour se réaliser dans une société archaïque, elle est la première femme cinéaste que le Yémen ait jamais connue.

 

15h15 Projection du film La malédiction de naître fille (2005, 52’) de Manon Loizeau. Film révoltant. En Asie, on tue les filles pour n’avoir que des garçons. Journaliste et reporter française, spécialiste de l’ex-Union soviétique, elle a reçu le Prix Albert-Londres 2006 pour le film présenté dans ce festival.

 

16h30 Projection du film Nassima : une vie confisquée (2007, 26’) de Marianne Denicourt. Témoignage poignant d’une vie de petite fille en Afghanistan. A la fois actrice et réalisatrice française, elle est venue récemment aux documentaires, notamment avec ce film.

 17h15 Projection du film Voleurs d’yeux (1993, 40’) de Marie-Monique Robin. La journaliste d’investigation et écrivaine française dénonce là l’horreur des trafics d’organes entre l’Argentine, le Mexique, la Colombie et les USA et l’Europe. Pour ce film, elle a reçu plusieurs distinctions, dont en 1995 le Prix Albert-Londres. 

 18h15 RENCONTRE EXCEPTIONNELLE avec Jocelyne Saab, grand reporter libanaise et cinéaste de fiction (Dunia, 2005). Elle nous fera voyager de ses premières images de reporter de guerre jusqu’aux conflits actuels.  

 

Dimanche 24 mars 

 17h00 Film surprise sur le rôle des femmes dans la révolution au Bahreïn. 

 18h15 CLÔTURE avec Voix de reportages (2013, 26’) de Laurence Deonna

 

 

Organisateurs du Festival : Laurence Deonna, présidente efa être femme aujourd’hui

                                        Ali Agraniou, président de DiversCités, www.diverscites.ch

Renseignements :    

Laurence Deonna  079 900 72 98                               Maison des Arts du Grütli

laurence.deonna@bluewin.ch                                     Fonction Cinéma

Ali Agraniou 078 771 56 15                                        Rue Général-Dufour  16

ali.agraniou@gmail.com                                             1204 Genève

22:18 | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Facebook | | |

Commentaires

Les Femen ont signalé, jeudi 21 mars, être sans nouvelles d'Amina Tyler, une lycéenne tunisienne de 19 ans qui a posé seins nus sur sa page Facebook. La jeune femme avait lancé la première page Facebook Femen-Tunisie, sur laquelle une autre Tunisienne posait également seins nus, ce qui a déclenché une grande polémique.

"Nous craignons pour sa vie", écrivent les activistes féministes sur leur page Facebook. Les militantes françaises de Femen "ont essayé de contacter la jeune Tunisienne, mais sans succès. Son téléphone est resté éteint". L'essayiste Caroline Fourest exprime, elle aussi, ses craintes sur sa page Facebook, évoquant la possibilité que la jeune femme ait été emmenée par des membres de sa famille. "Quelqu'un dit avoir vu Amina, visiblement emmenée par son père et son frère, en voie d'être internée...", rapporte la journaliste, s'appuyant notamment sur une vidéo qu'elle diffuse sur sa page. "Scandaleux. Le silence complice de certaines associations tunisiennes disant défendre les droits des femmes est encore pire... ", dénonce-t-elle.

MENACES DE MORT

La page Femen-Tunisie avait été attaquée mercredi soir par des pirates informatiques de la mouvance islamiste. "Grâce à Dieu, nous avons piraté cette page immorale, et le meilleur est à venir", est-il indiqué sur le site par le pirate qui signe du nom "Al Aangour". "La page a été piratée, et si Dieu le veut, ces saletés vont disparaître de Tunisie", écrit-il encore. D'autres internautes ont posté des menaces de mort visant directement Amina Tyler. Une personne qui se présente comme sa tante a également renié la jeune fille dans une vidéo virulente, raconte Libération.

"Je dénonce l'islamisation radicale et la destruction des idéaux du printemps arabe, écrit encore Inna Schevchenko, leader du mouvement Femen, dans une tribune publiée par le Huffington Post. Les femmes et leur courage ne céderont jamais face aux monstres barbus !"

Sur son blog, l'essayiste Caroline Fourest a appelé à une journée internationale pour la défense d'Amina, le 4 avril. De nombreuses féministes du monde arabe ont signé son appel, dont la blogueuse égyptienne Aliaa Magda Elmahdy et la cinéaste tunisienne Nadia El-Fani.

Écrit par : Corto | 22/03/2013

@corto : c'est toujours les mêmes références quant à vos origines. Et la "femme qui aime la femme qui ne l'aimera jamais", vous connaissiez ?".
J'ai besoin d'un "raisonneur" sur un projet, j'ai pensé à vous tellement vous êtes pertinent.
Quant aux Femen, elles ont pu être drôles au départ, mais, le jour où la Presse décidera de ne plus publier de "nibards", elles moisiront dans un placard........Elles sont "hors sujet" et "manipulées" par la NED. Des "Escadrons" de la CIA. Profaner un mémorial de "l'holodomor" en Ukraine parce qu'il y avait une "croix" pour signifier la présence de milliers de victimes des purges de Staline (et j'ai du mal à lui mettre une majuscule à S, comme staline)
Pour se battre, il faut Corto, avoir des raisons de répliquer !
Et vos pétitions ? Ca donne quoi ? Surtout quand on est derrière son laptop, bien au chaud......
Imposture !

Écrit par : nambikkai | 25/03/2013

Tout d'abord félicitations pour cette présentation très posées. Toutefois, ça pourra être mieux si vous avez pu valider tous les commentaires que les lecteurs déposent pour faire honneur à votre blog. Merci beaucoup

Écrit par : Chartes Graphiques | 02/04/2013

Les commentaires sont fermés.