16/11/2012

From Carouge with love

get_attachment-2.php.jpegMon invitée Iris Mizrahi, Carougeoise

Carouge, le jour. Les vitrines de la cité sarde se parent de leurs plus beaux atours en rivalisant d'appâts gourmands. Les bourses des passants sans soucis se délient, les cafés s'emplissent de palabres feutrés, certains diront même que l'atmosphère s'embourgeoise. Mais en son cœur, Carouge recèle encore des espaces encombrés et un peu poussiéreux, sur lesquels le temps, la mode, les frivolités n'ont aucune prise, des lieux où les métiers se pratiquent, les mains travaillent, les objets vivent. Rue St-Joseph, une vitrine interpelle. Une table en frêne côtoie une rarissime commode à micro tiroirs. Des milliers d'outils, de planches, de clous, de rabots, de pots de peinture et de teintes témoignent d'une activité incessante depuis des décennies. Dans l'air, des particules de bois s'agitent lorsqu'apparaît l'artisan, "l'ébéniste", celui qui répare les failles du temps et les dégâts des hommes sur les meubles auxquels on tient.
 
 
 
 
 

get_attachment-1.php.jpeg

get_attachment.php.jpeg

 
Jacques Travagli
Restauration de meubles
13, rue St-Joseph
 
 
Texte et photos Iris Mizrahi Carougeoise
 
 
 

10:55 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | |

Les commentaires sont fermés.