01/11/2012

Le Corbusier- Lumière et cristal

get_attachment-1.php.jpeg

Tout a quasiment été dit ou écrit sur Charles-Edouard Jeanneret , dit Le Corbusier, nom d’un de ses lointains ancêtres qu’il adoptera en 1920.  Une vie intense, pleine, aux facettes multiples. Génial dans tout ce qu’il entreprend, le graveur, né à la Chaux-de Fond,  débutera  sa carrière parisienne en gravant des montagnes suisses sur les horloges. Puis, le dessin le prédestinera à l’architecture, il sera  reconnu par ses pairs comme un des plus grands architectes du monde, cet exceptionnel autodictate.  Un magicien qui paraît tenir une baguette magique, tout ce qu'il touche se transforme en oeuvre d'art. Peintre, écrivain, poète, dessinateur, designer, les Muses l'ont doué pluriel.  

En me remémorant l’exposition du Musée Rath : "Le Corbusier et la Synthèse des Arts », je me souviens avoir été frappée par sa collection de cristaux, puis finalement, l’évidence s’est imposée. Cette transparence, cette luminosité semblaient être la quête d'une vie. Cet homme qui «  s’imposait une discipline de fer, vivant comme un moine, heureux , habitué au silence, au travail intérieur. ». Il se polissait de l'intérieur, effaçant toute trace, toute impureté, retouchant sans cesse pour chasser   rugosité et aspérité;  un interminable labeur qui façonnait les valeurs profondes, qui aplanissait toutes les saillies pour offrir un bijou étincelant de lumière, ses oeuvres reflétaient cet acharnement sur soi ,  cette soif de transcendance.

Un artiste qui a aussi connu une longue période d’échecs, entre 1937 et 1950 où tout ce qu’il entreprenait semblait ne jamais aboutir, essuyant refus sur  refus pour tous ses projets.

Mais tout au long de cette vie, on perçoit une constance;  un modèle récurrent, la fascination pour la transparence,  hymne à la lumière.

Cette translucidité qui sera la force libératoire de l’individu planté dans un environnement constitué  d’espace et de lumière. Un être inondé de lumière, parce qu’il est nécessaire de bâtir dans le soleil,  fournir du silence, dans un cadre de verdure. Construire « une œuvre architecturale magistrale, faite de rigueur, de grandeur, de noblesse, de sourire et d’élégance. ». L’individu peut enfin accéder à l’infiniment pur, les espaces solaires sont libérés pour lui offrir une voie vers l’éblouissement et la transparence.

Le graveur-architecte, en réalité, continue, éclat, par éclat à ciseler et polir, dorénavant  du cristal, offrande de pureté et de splendeur, pour faire entrer le soleil dans la maison et dans le cœur des gens .  La maison de l’homme , dépasse le cadre de ses murs et de ses fenêtres.  Le Corbusier ne propose  pas moins que l’infini,  à travers,  la pureté du cristal. Il le dit, lui-même,  « l’architecture c’est une tournure d’esprit et non un métier ». C’est une quête, un dépassement. Et nous avons renoncé à construire des palais, voilà un signe des temps, se plaint-il.  

L’artiste doit oser et vouloir créer, mais surtout vouloir se surpasser et se transformer pareils aux prismes du cristal qui rayonnent d’une lumière légèrement différente mais toujours éclatante selon l’angle par lesquels on les observe. Chaque éclat est travaillé dans " un duel terrible entre l’artiste et son art ; une bataille terrible, intense, sans pitié, sans témoins ; un duel entre l’artiste et lui-même." Le simple est un choix, une cristallisation ayant pour objet la pureté même

La recherche de l’harmonie est la plus belle passion humaine, et sa quête de  pureté cristalline, assurément son plus grand combat. .

 get_attachment-1.php.jpeg

 

Le 27 août 1965, alors, âgé de soixante-dix huit  ans, Le Corbusier meurt à Cap Martin au cours d'une baignade dans la Méditerranée. C’est là, dans la lumière et la transparence cristalline de l’eau que son long voyage a pris soudainement fin.  Une mort à l’image de la quête de toute une vie : transparence et pureté.

 

 

 

 

 

 

 

Falaise d'où le Corbusier aimait plonger à Roquebrune

 

get_attachment-2.php.jpeg

 

Vue sur Monaco depuis le Sentier des Douaniers

get_attachment-3.php.jpeg

 

Un grand merci pour ces photos  à Bruno Toffano, la suite des photos  sur son blog Tribune de Genève

http://aphroditepixart.blog.tdg.ch/

 

Pour découvrir mon site  http://www.djemaachraiti.ch

Les commentaires sont fermés.