29/10/2012

Colombie - In memoriam du coeur de Sœur Hilda/ Sor Hildegard, In Memoriam

 DownloadedFile.jpegLe 9 septembre 1990,  dans une région pauvre et montagneuse du Sud Ouest de la Colombie;   une  opération militaire contre les Farc, tombe sur une « guérillera » dangereuse,  à savoir, la missionnaire  suisse, Hildegard Maria Feldman.  Missionnaire laïque de la Société Missionnaire de Bethléem, née à Naefels dans le canton de Glaris, et   travaillant dans le cadre du diocèse d’Ipalies. Surnommée affectueusement "Soeur Hilda".

Un communiqué militaire claironne, alors, fièrement  la mise à mort de cette dangereuse  résistante,  enfin abattue.

 Ce jour-là,  Maria Hildegard Feldman se trouvait au chevet d’une malade, à Guachaves (commune de Santa Cruz)  . Les militaires de l’armée colombienne sont entrés dans la case où elle se trouvait et ont tout simplement tiré, sans prévenir, sans vérifier,  un seul coup de feu au cœur; sa seule arme, un coeur au secours du prochain, un coeur solaire empli d'humanité au service de l'Humanité. Sœur Hilda a juste eu le temps en se tenant la tête, de s’exclamer,  quelques secondes auparavant :  « Sainte Vierge qu’est-ce qui nous arrive ? ».  La victime a été aussitôt enterrée, son corps sera exhumé sur demande pour être ensuite  transféré à Samaniego où ont eu lieu les obsèques.  Après coup, le commandant en riant demandera aux rescapés qui est-elle et que faisait-elle là ?

Cet être magnifique, qui dès mai 1983,  décida de se mettre au service des plus pauvres, des plus démunis en Colombie . Dès juin 1990, on la vit œuvrer  à El Sande en qualité d’infirmière et sage-femme et  qui avait pour charge pastorale de donner des cours pour sage-femmes et auxiliaires de santé et des soins pour  enfants et maladies infantiles .

El Sande, c’était le bout du monde, il fallait y parvenir à dos de cheval par des sentiers caillouteux pendant une douzaine d’heures. Et c'est bien là, dans cette région, oubliée du monde, qu'elle planta ce coeur d'un amour absolu. 

Dans cette région abandonnée et montagneuse, ce cœur généreux a totalement investi sa mission, celle de soulager la misère des plus pauvres, des damnés de la terre dépossédés de leurs biens sous la menace des armes. Forte de 20 ans , en Inde, aux côtés de son frère malade, de dévouement aux côtés des plus démunis, elle continuait à se ranger aux côtés des plus nécessiteux, en Colombie.  Une vie d’amour et de don, un sacerdoce d’une existence entière au chevet des malades et des mourants.

 Tuée d’une balle en plein cœur, à  16 h 30, le 9 septembre 1990, par les troupes de la troisième brigade de l’armée qui tira sans discrimination des coups de feu contre la population civile et qui visèrent celle qui, à ce moment-là , soignait une paysanne malade. Sœur Hilda se plaisait à dire que « la mort conduit à la résurrection. La souffrance, la destruction et l’humiliation débouchent sur la joie, la victoire, et la vie ». Dieu merci, elle était prête à mourir, même de la façon la plus injuste qui soit.

Elle offrait ce visage radieux et patient, d’une femme, alors âgée d’une cinquantaine d’années. Son aspect fragile,  d’une douceur extrême, amoureuse de la musique classique et des plantes auxquelles elle vouait une attention particulière, contrastait avec la rudesse  de la région.  Elle soignait les plaies les plus purulentes avec une attention particulière sans montrer le moindre  dégoût et il n’y avait pas meilleure arracheuse de dents qu’elle. Même les paysans forts,  ouvraient la bouche sans broncher pour laisser extraire une méchante dent de sagesse et la remerciaient d’un souffreteux: »Muchas gracias ! »

Les soldats de l’armée colombienne ont beau eu retourner tous ces effets, ils n’ont guère trouvé les armes de la « guérillera », mais ils n’ont trouvé que son cœur.  Ce cœur d’une beauté cristalline, au service d’une  justice pour tous. Un cœur accroché à l’espoir d’une vie meilleure pour chacune des créatures de Dieu. 

 Une âme sensible et riche d'une foi immense qui a donné sa vie, pour combattre auprès de ces  damnés de la terre à qui on arrachait la terre.  Une vie au chevet des plus pauvres et qu’il faut prendre en exemple et ne pas oublier. C’était là son humble résistance, à cette "guérillera",   alléger la souffrance d’un peuple opprimé par l’injustice et la prévarication. Il est de ces êtres croyants ou pas qui offrent  leur existence à soulager la misère du monde, pour une plus grande justice, au nom d'une plus grande égalité sociale.

 Son sang est là, il paraphera comme tant d’autres victimes l’accord de paix en Colombie. Ce crime est resté à ce jour impuni.

Paix à l'âme de tous ces humanistes

Source : http://www.alterinfos.org/archives/DIAL-1536.pdf

 

mon site http://www.djemaachraiti.ch

 

Sor Hildegard, In Memoriam

 

DownloadedFile.jpeg

El 9 de septiembre de 1990, en una región montañosa y muy pobre del sur-oeste de Colombia fue dada de baja una “peligrosa guerrillera”, María-Hildegard Feldman, en el marco de una operación militar contra las FARC-EP. Un airoso comunicado militar dio cuenta por entonces de la eliminación de tan peligrosa subversiva.

 

Se trataba en realidad de una misionera laica de nacionalidad suiza, nacida en la comuna de Naefels, Cantón de Glaris, y perteneciente a la sociedad misionera de Belén, que por aquel entonces trabajaba bajo los auspicios de la diócesis de la ciudad de Ipiales en Colombia.

 

El día de su muerte, Sor María-Hildegard Feldman asistía a una mujer enferma, en la vereda Guachavés, municipio de Santa Cruz. Los militares del Ejército colombiano entraron a la modesta casucha y simplemente dispararon en su contra, sin verificar, sin prevenir a nadie… Sor Hildegard apenas si tuvo el tiempo de tomarse la cabeza y exclamar: "i Virgen santísima! ¿Qué es lo que nos está pasando? ”, antes que un solo tiro certero en el corazón, que era su única arma, segara su vida para siempre.

 

La víctima fue enterrada de inmediato. Gracias a las muchas peticiones llegadas desde su tierra natal el cuerpo fue exhumado y llevado hasta la localidad de Samaniego, donde poco después se realizó la ceremonia de exequias.

 

Hoy se sabe que pasados los acontecimientos el Comandante del operativo militar retornó al lugar del crimen para interrogar a los sobrevivientes de aquel ataque y conocer más de cerca la vida de esa monja extranjera... Muchos de los testigos lo oyeron susurrar para sí, en medio de una risita nerviosa,"¿Qué carajo hacía esa monja por estos parajes?".

 

Corazón magnifico el de Maria-Hildegard, que a sus 20 años partió a la India, al lado de su hermano enfermo, para trabajar codo a codo entre los más pobres. Años después continuó esa noble misión en Colombia, poniéndose al servicio de aquellos colombianos que no tienen nada. Desde 1990 se le vio trabajar sin descanso como enfermera y partera en la municipalidad de El Sande. Parte de su responsabilidad pastoral era justamente esa, formar comadronas y auxiliares de salud para trabajar en el acompañamiento de enfermedades infantiles.

 

El Sande es un rincón olvidado del mundo y para llegar allí, desde el pueblo más cercano, hay que cabalgar a lomo de mula o de caballo al menos 12 horas por caminos rocosos. Fue justamente allí, en ese resguardo negado del mundo, donde ella sembró su corazón con un amor absoluto y se dio a su misión sin reparos: aliviar en su pobreza a los miserables, a los olvidados de la tierra, a los que fueron desposeídos de sus bienes bajo la amenaza de las armas.

 

Sor Hilda, como le decían, cayó abatida por una bala que le dio en pleno corazón el 9 de septiembre de 1990, a las 4 y media de la tarde. La bala fue disparada por unidades especiales del Ejército colombiano, adscritas a la tercera brigada, que abrió fuego indiscriminado contra la población civil, pero que tuvo en la mira solamente a aquella que, en esos momentos, curaba en su lecho a una pobre mujer enferma.

 

Esta misionera solía decir que “la muerte conduce a la resurrección. El sufrimiento, la humillación o la destrucción, desembocan indefectiblemente sobre la alegría y la victoria de la vida”… Gracias a Dios ella se hallaba preparada para morir, incluso de esa manera tan injusta como fue truncada su vida.

 

Ella tenía uno de esos rostros radiantes, de mujer paciente que toca a la cincuentena; era una mujer de aspecto frágil, de una extrema dulzura a quién le encantaba la música clásica y las plantas, miles de plantas a las que consagraba una gran atención, ternura esta que contrastaba con la agreste región en donde vivió sus últimos años.

 

Sor Hildegard, además, curaba las heridas, incluso las más purulentas, con una atención especial, sin retroceder. Se dice, incluso, que ella era la mejor dentista empírica de toda la región -con los medios de a bordo en aquellas lejanías- y que hasta los campesinos mas rudos le abrían sin prevención la boca para que los librara de sus males, o les arrancara las muelas del juicio… y luego hasta le daban las gracias.

 

Los militares del Ejército de Colombia que la asesinaron escudriñaron todo lo que quisieron entre los efectos personales de la que equivocadamente llamaron “guerrillera”, pero no hallaron nada, solo su corazón. Un corazón de belleza cristalina al servicio de una idea de justicia para todos, un corazón atado a la esperanza de una vida mejor para los elegidos de Dios.

 

Hilda-Hildegard fue una mártir que dio la vida en su “combate" por los pobres, una vida consagrada a los desposeídos. Ese fue su humilde acto de Resistencia: aliviar el sufrimiento de un pueblo oprimido por la injusticia y la corrupción.

 

Su sangre esta aún ahí, junto a la de tantas otras victimas y su rastro firmará también ese posible acuerdo de paz en Colombia, pero su crimen, recordémoslo, sigue en la más absoluta impunidad… Como el de tantos otros y otras, todos colombianos.

 

i Paz para el alma de todos esos mártires !

 

Source : http://www.alterinfos.org/archives/DIAL-1536.pdf

 

 *Traducido del francés por: Paz&Salvo

 

 

 mon site  http://www.djemaachraiti.ch/

 

 

 

 

 

25/10/2012

Tunesien: Salafisten gegen Frauenrechte

Emission transmise sur la chaîne allemande NDR.de avec mon interview

 

"Veränderungen brauchen Zeit"

Djemâa Chraïti ist eine tunesische Schriftstellerin und Bloggerin. Ihr Vater war Gewerkschafter und wurde im Januar 1963 in Tunesien zum Tode verurteilt. Daraufhin musste die Familie das Land verlassen. Heute lebt Chraïti in Genf und hilft Jugendlichen bei der beruflichen Eingliederung. 2011 hat sie den Preis "Femme exilée, femme engagée" erhalten. Die Weltbilder haben mit ihr über die Situation der Frauen in Tunesien gesprochen.

Hat der arabische Frühling die Situation der Frauen in Tunesien verändert?

Djemâa Chraïti: Durch die Revolution wurde die Situation der Frauen grundlegend erschüttert. Nachdem die Ennahda, eine islamische Partei, bei den ersten Wahlen an die Macht kam, fürchteten die Frauen, wieder an den Herd zurückgeschickt unter die Vormundschaft der Männer gestellt zu werden. In den Straßen wuchs der Druck auf unverschleierte Frauen, Künstler wurden misshandelt, an den Stränden wurden Frauen in Badeanzügen beleidigt und beschimpft.

Wie groß ist die Möglichkeit, dass die Frauen letztendlich die Verliererinnen der Revolution von vor zwei Jahren sein könnten?

Chraïti: Der Vorfall mit der jungen Frau, die von Polizisten vergewaltigt wurde, hat es vielen ermöglicht, sich schnell zu organisieren und die Vergewaltigung und wie mit ihr umgegangen wurde zu verurteilen. In vielen tunesischen Städten, in Europa und Kanada haben Solidaritätsbekundungen gezeigt, dass Grenzen überschritten worden sind. Intellektuelle, Künstler und feministische Gruppen haben sich zusammen geschlossen, um die Freiheiten zu verteidigen, die durch diesen schockierenden Vorfall in Frage gestellt wurden. Die vergewaltigte Frau wurde außerdem zur perfekten Schuldigen. Präsident Marzouki hat unter dem nationalen und internationalen Druck Stellung bezogen und die junge Frau im Namen des Staates um Entschuldigung gebeten. 
Bei diesem Vorfall haben die Frauen gewonnen. Niemand in Tunesien kann sich daran erinnern, dass je eine Vergewaltigung so in der Öffentlichkeit ausgebreitet worden wäre, um die Vergewaltiger zu denunzieren, die außerdem noch Polizisten waren. Die Revolution und die große Solidarität mit der jungen Frau haben damit das Tabu der Vergewaltigung enthüllt. 
Frauengruppen und Nichtregierungsorganisationen, die sich für die Rechte von Frauen in Tunesien einsetzen, betonen, dass die Stimmung im Land sehr angespannt sei, seit die islamische Partei am 23. Oktober 2011 an die Macht kam. Vor allem durch sexuelle Belästigung und Einschüchterung seitens der Polizei.

Müssen Frauen, die sich in Tunesien für die Rechte von Frauen einsetzen, Unterdrückung durch die Regierung und ihre Beamten befürchten?

Chraïti: Die sozialen Netzwerke in Tunesien sind sehr aktiv. Nach der Revolution haben die jungen Leute begriffen, dass diese eine gefürchtete Waffe sein können. Es wird wohl keine offene Unterdrückung geben, aber heimtückische Einschüchterung. Viele Organisationen stehen Gewehr bei Fuß. Jedes Element von Freiheit muss mit allen Mitteln verteidigt werden. Die Frauen werden nicht mehr auf ihre Autonomie verzichten und sich nicht unter eine der Vergangenheit angehörenden moralischen Ordnung zwingen lassen. Die Zivilgesellschaft versteht sich als Garant, die Interessen der Frauen zu verteidigen. Die Frauen hatten ein Ziel vor Augen, nun geht es darum, es umzusetzen. Sogar die islamischen Parteien haben begriffen, dass sie davon nicht mehr abrücken werden.

Worin liegen die größten Gefahren für die demokratische Entwicklung in Tunesien und wie optimistisch schauen Sie in die Zukunft?

Kurz nach der Revolution sind salafistische Gruppen aufgetaucht, die sich ohne Umschweife aggressiv gegenüber Frauen gezeigt haben. Aber es scheint so auszusehen, als ob die Regierung begriffen habe, dass sie die Augen gegenüber den Ausschreitungen dieser Gaunerbanden nicht länger verschließen kann. Es gab Razzien bei diesen Gruppen und Festnahmen. Selbst die islamische Partei Ennahda versteht, dass ihr radikalster Rand nicht akzeptiert wird und er sie bei der Mehrheit der Tunesier diskreditiert.
Ich bleibe daher optimistisch. Revolution mit klaren Forderungen: mehr Arbeit und mehr Gerechtigkeit. Bisher ist dabei kaum etwas erreicht worden. Die Arbeitslosigkeit ist nur noch größer geworden. Die Zivilgesellschaft weiß, dass sie auf ein vielfältiges und solidarisches Tunesien setzen muss und nicht auf ein Land, das sich in Konservative und Modernisten teilt. Die post-revolutionäre Arbeit muss nun wirklich beginnen und organisiert werden. Eine Revolution zu machen heißt nicht gleich, sie zu gewinnen. Veränderungen brauchen Zeit. Demokratie in einem Land, das gerade erst eine Diktatur hinter sich gelassen hat, ist ein schrittweiser Aufbauprozess mit allmählicher Veränderung von Mentalitäten.

 

Die Fragen stellte Claudia Buckenmaier.

Source http://www.ndr.de/fernsehen/sendungen/weltbilder/tunesien...

19:46 | Lien permanent | Commentaires (5) | |  Facebook | | |

21/10/2012

Quand les marques s’approprient notre espace public

get_attachment.php.jpegEn déambulant dans les rues genevoises , je songeai à la place que les marques prennent dans notre  champ visuel;  une pollution optique imposée et contre laquelle on demeure impuissant, si ce n’est juste pouvoir constater que l’espace public devient des lieux d’appropriation qui se monnaient.

Récemment le pont Hans-Wilsdof construit en forme de boîtier de montre et qui nous projette la marque Rolex en grand sur firmament de ciel genevois.  Les Genevois se sont laissé bercer d’illusions en croyant que ce pont leur était offert.  Il est bel et bien un hommage à la marque et financée par elle via sa Fondation, elle nous le rappelle au quotidien sur fond vert pétard et criard.

Imaginez que Coca-Cola nous financerait la réfection de la machinerie du Jet d’eau, elle pourrait alors en compensation  nous inonder de sa marque écrite sur  fond de jet d’eau  illuminé la nuit,  aux couleurs rouge sang et noir. Ou Mac Do qui ferait jaillir du lac un M envahissant,  jaune  (voir la photo plus bas) 

Mais encore, Pampers qui financerait  la rénovation de l’ONU qu’elle métamorphoserait  en Pampers géant et qui ferait dire aux mauvaises langues que plus rien ne fuit, plus rien n'en sort.  On ne  sait pas ce qui s’y trame mais  ça pue ! Comme à l’accoutumée ! répondront d'autres impertinents. 

Entre Hôtel Richemond et Hôtel Beau-Rivage, deux hôtels historiques, on peut lire placé entre deux, sur un  large panneau « Generali »  pareille à une verrue.  Ou Macumba qui surcharge  le ciel de ses faisceaux lumineux croisés, à l’heure où on préfèrerait observer les étoiles et qui plongent dans une confusion totale les volatiles nocturnes et les humains qui appellent  la police pour leur annoncer l'arrivée d' extraterrestres. 

Comme le clame, haut et fort,    Michel Serres, le philosophe  français;  les marques sont héritières de cette tradition des prostituées d’Alexandrie qui gravaient,  en caractères gras,   leur nom sous la semelle de leurs sandalettes afin que les clients les reconnaissent.  S’afficher pour être identifiées et consommées contre monnaies sonnantes et trébuchantes.  Michel Serres a raison , quelle différence entre les marques et les prostituées ?

Mais l’art souffre et nous avec, de cette constante incursion dans notre champ visuel. L’art pour être art doit rester  un acte gratuit. Une récupération quelconque  marchande vicie cette forme sublime d’expression et la corrompt dans son trait de génie.  C’est ramener tristement à la dimension humaine ce qui appartenait aux Muses célestes et éternelles. Le promeneur se voit constamment interpellé, jour et nuit,  par une marque qui semble lui dire "Tu viens chéri, t'as un peu d'argent sur toi ?" avec le clin d'oeil d'une marque allumée dans la nuit genevoise. 

 

get_attachment-1.php.jpeg

 

get_attachment-2.php.jpeg

 

pont wilsdorf,michel serres,genève,rolex,marques,publicité

 

Un grand merci pour ces photos  à Bruno Toffano, la suite des photos  sur son blog Tribune de Genève

http://aphroditepixart.blog.tdg.ch/

 

Pour découvrir mon site  http://www.djemaachraiti.ch

 

 

19/10/2012

QUI A PEUR DE LA PAIX EN COLOMBIE ?Quién le tiene miedo a la paz en Colombia?

2266118-3166866.jpgNous assistons à un moment historique, celui de l’amorce de dialogue entre le gouvernement colombien et les représentants du plus ancien mouvement de guérilla en Amérique latine, à savoir les FARC-EP.

Une résistance qui a vu défiler 12 gouvernement et 11 présidents de droite et d'extrême-droite et 52 ans de régime oligarchique et qui en fait le mouvement historique le plus long de l’histoire de ce pays. Du coup, cette longévité et cette constance lui donnent non seulement une légitimité historique, mais encore, une assise dans le temps et une continuité dans le discours; principalement axé depuis la naissance du mouvement de guérilla,  en 1964, sur  l’incontournable nécessité absolue et non négociable de justice sociale pour tous.

Nous devrions tous nous en réjouir de ces débuts de dialogue qui nous invitent, toutefois, à une certaine prudence, car de mémoire de guérillero , on retient les négociations qui ont fini par plonger dans un bain de sang, comme dans la tragédie de l’Union patriotique, des membres assassinés par milliers entre 1980 et 2000.

Tous les Colombiens suivent avec attention ces prémices de paix, premiers balbutiements pacifiques.  La terre colombienne elle-même a besoin de cette paix, elle qui regorge de tant de sang, elle n’arrive plus à l’absorber. Les massacres systématiques;  les morts par milliers entassés dans les fosses communes, les disparus qui ont totalement disparu dans les fours à gaz, des centaines de milliers de personnes assassinées, 62 milles personnes disparues, les violés, les têtes décapitées avec lesquelles les membres d’une famille devaient jouer au football;  la tête d’un père, d’un grand-père qu’il fallait taper du pied pour la faire rouler. Les femmes et fillettes violées, les enfants torturés, les pendus, les brûlés, les estropiés, les dépecés, les décapités, les tronçonnés, les strangulés,  les déplacés. Triste record mondial avec 5,4 millions de personnes déplacées. La terre colombienne ne peut plus digérer autant de malheur et encore moins les Colombiens.

La liste de toutes les horreurs pourrait prendre des pages et des pages, une barbarie sans nom perpétrée par l'armée et par les paramilitaires au service d’une oligarchie appuyée par les Américains qui narcotisent les institutions colombiennes sous le regard bienveillant des institutions démocrates et au nom de leur sacro-sainte démocratie.

Un nouveau processus pour la paix qui fait grimper les statistiques de Juan Manuel Santos - autrefois contre les Farc qu’il a pourchassés alors qu’il était Ministre de la Défense sous Uribe (2002-2010) -,dans les sondages et fait monter aux barricades Álvaro Uribe qui via son Twitter https://twitter.com/AlvaroUribeVel hurle au scandale.

Uribe dit « le bacrim «  ou le « Urrible » qui a transformé grâce à une sémantique traîtresse ses paramilitaires évaporés et réapparus sous l’appelation de « bacrim » , bandes émergentes de voyous criminels avec à leur tête le plus « bacrim » de tous , Uribe en personne. Mais, il ne porte plus aucune responsabilité puisque les paramilitaires ont disparu, ceux-là même qu’on a tenté de faire passer pour les insurgés et qui appliquaient le terrorisme d’Etat au service de l’oligarchie, premier soutien de la présence américaine sur le sol colombien via ses multinationales. Un tour de passe passe sémantique afin d’éviter de devoir comparaître, un jour qui arrivera forcément, devant une cour de justice pénale pour crimes contre l’humanité.

 L’ancien président colombien, contrairement aux Colombiens ne se réjouit pas de cette paix qui mettrait à mal ses intérêts d’oligarque et de ploutocrate. La paix signifie qu’un voile épais va devoir être levé pour « réinventer la Colombie », il va falloir assumer les génocides et sans doute créer des tribunaux populaires sur le modèle du Rwanda, les « gaçaça » tant de gens sont impliqués dans les massacres.

Il n’y a pas une seule famille colombienne qui n’ait  été frappée par la  perte d’un proche par mort violente.  Mais Uribe ne se sent peut-être pas colombien, cette paix n’est pas la sienne, lui qui n’a jamais su amorcer le moindre dialogue.

Aujourd’hui, Uribe est engagé chairman par Rupert Murdoch à News Corp, pour y faire de l’argent, exactement comme avant lorsqu’il était président. Lui, la paix il n’en veut pas, «  just a lot of money, please, as usual  !!!

 

 

2266118-3166866.jpg

¿Quién le tiene miedo a la paz en Colombia?

Nosotros asistimos a un momento histórico: el comienzo del dialogo entre el actual gobierno colombiano y los representantes del más antiguo movimiento guerrillero de América Latina, las FARC-EP. Su resistencia ha enfrentado y visto desfilar 12 gobiernos y 11 presidentes de derecha y de extrema derecha, a lo largo de más de 52 años de alternancias al interior del régimen. 

La resistencia de este movimiento guerrillero, nacido en 1964, es su asidero histórico, no sólo en el tiempo y en la continuidad de su discurso, sino también en la legitimidad del eje principal de su lucha, convertido en principio no negociable: la necesidad de obtener una verdadera justicia social para todos.

Debiera alegrarnos el principio de estos diálogos… Sin embargo, se hace necesaria la prudencia. No se puede omitir que las negociaciones de mediados de los 80´s acabaron en un baño de sangre en el que las víctimas fueron los miembros del movimiento de izquierda Unión Patriótica, y tantos otros colombianos opositores al régimen, asesinados por miles a lo largo de las dos últimas décadas.

Todos los colombianos siguen entonces con atención estas premisas de una posible paz. La tierra misma de Colombia necesita paz, esa  tierra ahogada en sangre y sufrimientos, al punto de no poder absorber ni una gota más: masacres sistemáticas; miles de muertos en las fosas comunes descubiertos de unos años para acá; restos de desaparecidos hallados en grandes hornos a gas instalados en las haciendas donde hasta hace poco había campamentos paramilitares; cientos de miles de asesinados desde los años 50’s; más de 62 mil casos de víctimas de la desaparición forzada que cursan actualmente en la Procuraduría General de la Nación; miles y miles de mujeres y jovencitas violadas; jóvenes y niños torturados, ahorcados, quemados, estropeados para siempre; familias enteras obligadas a jugar macabros partidos de futbol con las cabezas de sus abuelos y padres decapitadas por los paramilitares; miles de despedazados con moto-sierras por el “delito” de negarse a abandonar sus modestas parcelas de tierra; millones de refugiados internos que son hoy, según estimaciones fiables, mas de 5,4 millones de personas que lo han perdido todo…

i Triste record mundial!  El pueblo raso colombiano no soporta más tanto vejamen, tanta desgracia.

La lista de esos horrores cubiertos por el silencio podría tomarnos libros enteros, durante años. Una barbarie sin nombre perpetrada por las fuerzas armadas colombianas y sus instrumentos criminales, los paramilitares, todos ellos al servicio de una oligarquía apoyada por los Estados Unidos, que han infiltrado, “narcotizado” y corrompido a las instituciones colombianas bajo la mirada cómplice de los “demócratas” de tantas y tantas instituciones democráticas de América y del mundo… y todo ello en nombre de su sacrosanta democracia.

Este nuevo proceso por la búsqueda de la paz, que ha relanzado en los sondeos de opinión al Sr. Juan Manuel Santos (quién combatió a las FARC-EP en calidad de ministro de la guerra, o de la defensa como dicen ahora, durante el doble gobierno de Uribe, del 2002 al 2010), ha hecho subir a las tarimas al ex presidente Alvaro Uribe, vía su Twitter (https:twitter.com/AlvaroUribeVel), quién no cesa de gritar que ese proceso es un escándalo.

Sí, hablamos del mismo Uribe quien durante su gobierno transformó, por obra y arte de la semántica, a sus bandas paramilitares y a las de sus narco-aliados en hechos inexistentes, a través de una figura etérea y pseudo-jurídica conocida hoy en el lenguaje penal colombiano como las “bacrim” (bandas criminales), lo que desvincula a estos criminales de sus verdaderos orígenes, es decir la defensa del establishment.

Consecuencia de ello, es que ni los asesinos, ni sus jefes, Uribe incluido, deben responder ante la ley, obviamente, porque los paramilitares bajo sus órdenes ya desaparecieron, al menos en el papel. El colmo de los colmos, es que aquel ejército de criminales, fue considerado en la práctica como “insurgentes defensores del estado”. iNi más ni menos!... “los niños buenos del paseo”, defensores del terrorismo de estado en nombre de los intereses de la oligarquía colombiana y de los intereses de los USA y de las multinacionales.

Ese ex presidente colombiano, Uribe, al contrario de tantos de sus compatriotas, no se alegra hoy por la nueva posibilidad de paz puesto que ésta pondría en peligro los intereses de la plutocracia, la oligarquía y la nueva narco-oligarquía a la cual él pertenece.

La PAZ significa que ese espeso velo de horrores y corrupción tiene que caer para poder reinventar otra Colombia. Tocará asumir los genocidios y, a no dudarlo, crear tribunales populares, tal vez sobre el modelo de Ruanda, los “Gaçaça”, a los que debieron acudir tantas y tantas personas implicadas en las masacres, incluido el ex presidente de ese país.

No hay familia en Colombia que no haya sido golpeada de una  manera o de otra por esta larga y terrible guerra… pero Uribe y sus aliados tal vez no sienten como los demás colombianos. Se diría que esta posibilidad de paz, no les concierne en lo absoluto, no es la de ellos. Él, Uribe, es hoy conferencista internacional a sueldo de la “News Corp”, la de Rupert Murdoch, para ganar aún más dinero, exactamente como ya lo hacía antes, como presidente de Colombia. La paz en ese país, él y sus amigotes, no la quieren… "!!! just a lot of Money, please, as usual!!! ” 


Merci à Paz y Salvo pour la traduction 


mon site http://www.djemaachraiti.ch/

13/10/2012

Salève - L'OURS

0438.jpgLa forêt exhale cette présence sacrée ; cette énergie puissante que dégage la nature dans un silence absolu en forme de révélation, une symbiose parfaite entre la nature et l’homme où chacun se reconnaît en l’autre.

Une tranquillité à peine effleurée par le craquement d’une branche de pin de laquelle un Engoulevent vient de s’envoler; un écureuil monte prestement le long d’un arbre, tandis qu’une musaraigne tremblante de peur montre discrètement son museau pointu.

Un souffle puissant, une chaleur près du visage inattendue et pourtant il n’y a  rien aux alentours. Tout est désert, le chien se met à gémir en regardant l’entrée de la Grotte aux Ours, gueule noire déserte, à l’intérieur de laquelle ne cohabitent que papillons trogloxènes  et chiroptères enveloppés dans leur cape de velours noir, profondément endormis, la tête en bas, les pattes ventousées contre la roche calcaire.

Le chien recule en montrant les dents, il semble voir une apparition effarante tandis que l’humain reste désemparé, surpris de constater, une fois de plus que les animaux ont une mémoire ancestrale qui leur rappelle les dangers, cette peur génétique transmise de génération en génération depuis des millénaires, une présence, une odeur suffisent à la réactiver.  Le chien,  instinctif pressent la présence de l’ours brun, imaginaire,  encore tapi au fond de la grotte. Il n'est plus que tremblement épileptique et gémissement sourd.

Le vagabond marcheur et solitaire, d’un poids moyen de 120 kg, paraît se tenir debout du haut de ses 1m10. Il ouvre sa mâchoire large avec ses 20 dents supérieures menaçantes, tandis que ses griffes longues de 5 à 7 centimètres paraissent prêtes à se planter sur sa proie,  derrière laquelle il peut courir jusqu’à 55 km/heure. Dérangé dans son sommeil, le plantigrade sait que les hommes et leurs chiens sont devenus dangereux.

Les chasseurs français forts d’un arrêté préfectoral en 1844,  signalant que considérés comme nuisibles  «"les ours pourront être détruits partout, en tous temps et par tous moyens et en tous lieux..." leur permet  dorénavant des battues afin de les pourchasser sans relâche,  jusque dans leur tanière, oursons inclus.

Le fantôme du dernier ours brun semble planer encore sur la forêt qui, elle,  dans un frémissement ténu, déroule le long parchemin de son histoire. Elle se souvient du temps où lynx, loups, (le dernier observé en avril 2012), ours, cerfs, chamois vivaient paisiblement dans cette forêt Salèvienne, si tranquille.

Un Eden, où l’ours confortablement assis sur couche tendre de fougère, méticuleusement préparée, observait, paresseux, la salamandre avancer lentement. Tandis que sous le saule près de l’étang de Crevin, il chassait les libellules de sa large patte qui fendait l’air d’un coup sec et rapide pour engloutir cette délicieuse friandise,  à laquelle,  il ajoutait, ensuite quelques myrtilles et framboises. A la belle saison, notre vagabond solitaire courait dans les champs au milieu des  crocus et des gentianes printanières pour chasser quelques beaux papillons sous le regard médusé d’un milan noir soupçonneux face à cette concurrence en forme de poil brun si  encombrante.

pretre.jpgLe dernier ours, au grand regret du philosophe suisse, Jan Marejko, aurait été tué en 1875 par l’association genevoise des étudiants en philosophie. Tandis qu’un autre chasseur se vante, lui d’avoir tué le dernier plantigrade du Salève en 1821, celui-là même qui trône dans les vitrines du muséum.

Le patois savoyard et les noms de lieux attestent d'une forte présence de l'ours qui a passé dans le vocabulaire, les expressions populaires et dans les noms de lieux et par là-même dans l'inconscient collectif:

Quelques exemples de la présence l'ours dans le patois savoyard  : 

tagnia - tanière  de l’ours 

 

Kolyo orse -  couloir de l’ours

 

Tenir l’orse par le cotzon (par la nuque)

Shandèluza n f Chandeleur. la Shandèluza : si l ours vaè lèvò l solaè l matin, u retournè sè kashiyè dyè sa tan-na pè karanta zheur : la Chandeleur : si l’ours voit lever le soleil le matin, il retourne se cacher dans sa tanière pour 40 jours. (patois de la Lattaz)

 

 

Noms de lieux en Haute-Savoie 

Méan de l’Ours

 

Couloir de l’Ours

 

Bois de l´Ours,

Creux à l´Ours,

 

Fontaine à l’Ours

 

Gouille à l’Ours

Grotte à l'Ours

 

Pré de l’Ours

 Tête du Pas de l'Ours

 

Plan des Ours 

 

Photo couverture du  livre de Bernard Prêtre 


mon site www.djemaachraiti.ch

 

19:43 Publié dans Développement durable, France, Nature, Région | Tags : ours, haute-savoie, salève, patois savoyard | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook | | |

10/10/2012

BFM - HISTOIRE D'EAU

get_attachment-1.php.jpegLe Bâtiment des Forces Motrices, monument historique,  situé près de  la place des Volontaires,  garde un peu de cette dignité sereine,  de cette gloire passée et surannée au milieu du bruit et de la fureur moderne.

Avec ses hautes fenêtres imposantes, ses statues ornant la façade du bâtiment; témoins d’un temps révolu,  et qui voient paresser un fleuve nonchalant, aux allures changeantes,  revêtant tantôt sa houppelande sertie d' émeraudes et de diamants, tantôt sa cape d'un noir encre . Parfois devenu si calme, le monstre marin se mue en miroir et se reflète  dans le ciel pour en  épouser les couleurs chatoyantes.  

Dans les bras du Rhône, le monument « turrettinien »  un brin nostalgique, bercé par le doux bruissement de l'eau, se souvient du temps où il turbinait,  s’essoufflant, pressant, hoquetant , pompant,  investi de la plus haute mission , Ô combien noble,  qui était la sienne ;  fournir la ville en eau potable, abreuvant les habitants du fruit de son rude labeur. Une eau claire bénie par Neptune, Cérès et Mercure. Cette eau qui devint le rendez-vous des Dieux.

Après plus d’un siècle de bons et loyaux services, les turbines sont devenues muettes.  On a tenté de consoler les lieux fantomatiques  avec des pièces de théâtre, de la musique, on y a crée de grands évènements entre ces murs, autrefois si gais et devenus si  tristes ;  spectateurs de cocktails mondains, de  rencontres cérémonieuses et profondément ennuyeuses.

Soupirant d’ennui, rongé par le cafard,  frappé d’un mal « hydraulâtre », le monument sait que son destin n’est pas encore entièrement joué, qu’il a encore de grandes heures devant lui. Que l’eau ne se remplace par rien, ni musique, ni fanfaronnade.

L’eau qui coule et que l’on purifie  est  le plus gros enjeu du XXI ème siècle, en passe de devenir une richesse rare.  Les passants nostalgiques viendront, alors  admirer les turbines en souvenir de l’eau qui coulait et que l’on buvait. Ah ! La belle époque penseront-ils, des fontaines, de la transparence à flot, sans compter. Ils soupireront , de voir combien d’enfants ne connaîtront plus que l’eau en bouteille, privatisée, vendue à prix d’or. Et les pauvres marmots s'enquerront du chuintement que produisait l'eau en coulant :"Papa, imite-moi le bruit de l'eau qui coule, celle que tu as entendue quand tu étais petit!"

Le Bâtiment des forces motrices, attend patiemment son heure, transformé en haut lieu d’échanges où on racontera des histoires d’eau, des histoires d’antan quand il y a en avait de l’eau et qu’on se la partageait sans hésiter.

Neptune alors nous brandira son trident, ses yeux crachant le feu, nous maudissant de n'avoir pas su respecter notre source de vie, de l'avoir transformée en bien marchand auquel on appliquera les règles de l'économie : rare, donc cher. Et on la retiendra pour mieux la vendre au compte-gouttes. Neptune nous invectivera du haut de sa colère :"Maudits, soyez les hommes! Mille fois maudits, vous n'avez même pas su protéger ce qui est l'essence de votre existence. L'eau à laquelle vous puisez votre vie de tous les jours !"

 

Ce bâtiment pourrait accueillir des congrès internationaux, des associations, des débats, des films sur l’eau dans le monde et comment partager cette source de vie entre nous tous et comment surtout la préserver. "C'est quand le puits est sec que l'eau devient richesse."


 

get_attachment.php.jpeg

 

get_attachment-1.php.jpeg


 Un grand merci pour ces photos  à Bruno Toffano, la suite des photos  sur son blog Tribune de Genève

http://aphroditepixart.blog.tdg.ch/

 

Pour découvrir mon site  http://www.djemaachraiti.ch

 

Lire la suite

08/10/2012

Mutuel - MCG - Petits arrangements entre amis

L1020757[1].jpg

Ce matin, au 6 rue de l'Athénée, il y avait foule pour soutenir Haykel Ezzeddine, le blogueur émérite de la Tribune de Genève et  ce, à la grande surprise de Madame La juge qui invita tout le monde à se tenir  debout et coi dans la petite salle lumineuse pour une sombre histoire. Convoqués dans l'affaire de l'affiche MCG, nous pouvions nous délecter de découvrir des petits arrangements entre amis. Sous prétexte que Haykel a exposé sur son blog une affiche MCG,  jugée diffamatoire et calomniatrice.  Si vous souhaitez voir l'objet de la plainte,  il apparaît depuis le fameux,  lundi 8 août, sous le lien suivant et pour lequel, il n'y a jamais eu de problème jusque là http://www.cartonrougeducitoyen.ch/index.php/component/content/article/1-nouvelles-quotidiennes/1754-la-nouvelle-affiche-du-mcg-contstee. Deux poids, deux mesures, vous en conviendrez par vous-même. 

 

Autre étrangeté, le fameux accord confidentiel passé entre le groupe Mutuel et le MCG. De ces accords, discrets, passés sous table et dont on rêve dans nos pires cauchemars; en découvrir le contenu. Comment en est-on arrivé là  ? A passer d'une affiche MCG qui accuse le Groupe Mutuel puis,  par un tour de passe passe,  se réconcilie et cela sur le dos d'un simple blogueur que la provocation du MCG avait alarmé. Un blogueur qui n'a fait que relayer,  dans le fond, une affiche exposée devant le Palais de Justice, brandie par des  membres souriant du staff  MCG qui posent devant pour la postérité en espérant, par la même occasion s'attirer des voix. Ce même parti qui a réussi à élire au conseil national son spécialiste contre l'assurance-maladie.

 

Cas intéressant, la Tribune de Genève qui héberge ce blog n'est en aucun cas impliquée ?  Ce serait comme être propriétaire d'un immeuble et ne pas savoir ce qui se passe dans les étages.

 

Me Nils de Dardel demande la comparution personnelle de Messieurs Jean-François Mabut et Eric Stauffer, 15 minutes chacun et pas davantage pour Monsieur Stauffer que l'on connaît bavard, voire intarissable.  Quels sons de grelots assourdissants souhaite-t-on couvrir avec ce combat inégal du pot de terre contre pot de fer ?  Quels sons de cloche souhaite-on couvrir avec cet acharnement sur un blogueur ? Autant de questions ouvertes qui montrent comment fonctionne les petits arrangements entre amis : Tu me couvres, je te couvre !

 

Au-delà,  de cette agitation bien orchestrée autour de Haykel Ezzeddine, on voit se profiler quelque chose de plus grave et qui dépasse largement le cadre de cette affaire d'affiche. C'est voir comment un groupe peut s'acharner sur la liberté d'expression et réduire par des menaces de procès un journaliste qui n'a fait qu'informer de ce qu'il a vu, à savoir une affiche exhibée devant un tribunal. Ce qui paraît dangereux, c'est notre liberté d'expression menacée dans son essence par un lobby, aussi insignifiant que celui d'une assurance.

 

Rendez-vous donc dans un mois certainement, pour entendre les comparutions personnelles. Nous serons nombreux à le suivre ce procès inique, car il est important de suivre la mise en boîte de notre liberté de dire ce que l'on voit.

 

 

Billet signé : Karl Grünberg et Djemâa Chraïti

 

 

mon site web http://www.djemaachraiti.ch

13:33 Publié dans Economie, Genève, Politique, Solidarité | Tags : groupe mutuel, mcg, blogueur, haykel ezzedine | Lien permanent | Commentaires (14) | |  Facebook | | |

05/10/2012

Tunisie- Le président Marzouki présente les "excuses de l'Etat" à la femme violée

moncefinvesti.jpgLe président provisoire de la république Moncef Marzouki a présenté, jeudi 3 octobre, à la jeune femme violée par les 3  policiers les excuses de l’Etat tunisien pour les graves dommages subis qui ont touché chaque Tunisienne et Tunisien.

Au cours d’une rencontre avec la jeune femme  et son fiancé accompagnés de Sihem Ben Sidrine, Moncef Marzouki a fait part de sa profonde déception et de sa condamnation vigoureuse des actes qui ne porteront atteinte qu’ à leurs auteurs, selon un communiqué de la présidence.

Il a salué les agents de police  intègres qui ont refusé de couvrir leurs collègues ce qui prouve que le dysfonctionnement ne réside pas dans l’institution sécuritaire mais dans la mentalité de certains membres qui n’ont pas compris que le pays a fait une révolution pour que tous les fils et filles de la Tunisie vivent libres et dans la dignité.

Le président tunisien Marzouki a présenté les excuses de l'Etat à la jeune violée et à son fiancé. Le président a indiqué dans son communiqué qu’il n’est plus admissible de tolérer les violeurs ni ceux qui les couvrent ou ceux qui veulent travestir la vérité.

Le communiqué affirme que la présidence va poursuivre l’affaire afin qu’aucune considération politique ne prime sur le droit et la justice ni sur la confiance des Tunisiens dans les  institutions de leur État.

Une intervention forte qui devrait rassurer les Tunisiens et surtout les Tunisiennes qui finissaient par croire qu'il y a avait une légitimation du viol . Un cas qui fera jurisprudence, on n'aura jamais vu un viol être traité à un si haut niveau. On sait qu'ils restent étouffés derrière les barreaux du silence et de la honte.  Un acte courageux post-révolutionnaire qui démontre que la Révolution n'a pas été vaine. Les bouches se délient, les Tunisiens savent qu'ils ont fait cette Révolution parce qu'ils ont soif de justice et que cette justice mérite qu'on se batte pour elle, envers et contre tous.  

Malgré, les larmes, la honte, la victime et son fiancé ont défié tous les regards, toutes les critiques pour monter au créneau et défendre leur droit absolu à l'intégrité physique et psychique. Véritable acte  de bravoure. Quant  au Président Marzouki, il nous rappelle que la Tunisie malgré les menaces passéistes reste un Etat de droit;  il est grand temps de le marteler afin que plus personne ne l'oublie. 

"LA TUNISIE RESTERA UN ETAT DE DROIT OÙ CHACUN S'Y SENTIRA LIBRE ET PROTÉGÉ!"


mon site web http://www.djemaachraiti.ch

09:27 Publié dans Politique | Tags : tunisie, marzouki, tunisie femme violée, excuses de l'etat | Lien permanent | Commentaires (12) | |  Facebook | | |

04/10/2012

Ecrire pour séduire - Du SMS au Haïku

141-1560932097-image2.jpgRien de tel que des SMS pour faire renaître l’art du Haïku . A un feu rouge qui durerait  trop longtemps, pendant une réunion ennuyeuse.  Une pratique simple .  Idéalement, le haïku se compose de 17 syllabes réparties en trois séquences  ou trois lignes : 5-7-5.  La règle veut qu’il comporte au minimum un mot –saison (kigo) ou du moins l’évoquer. Il est rédigé au présent. 

Décrire brièvement, plus légères que les ailes d’un papillon, un moment d’émotion à  lire en une seule respiration. L'art de séduire par les mots consiste à  tracer un trait simple, intense et court.  Tout peut être suggéré en trois lignes. Rajoutez donc les vôtres ! 

 

 

Le jet d’eau défait

Sa mantille de dentelle

Rosée turlurette 

------------------

Dans les yeux du soir

La  lumière  aspire

Le jour lumineux

-------------------- 

 Les heures s’égrènent

Si longues si profondes

Temps immobile

---------------- 

  Magie des  mots

Emportés par le vent chaud

Se déposent sur les lèvres

-------------------

 La lune  éclaire

Les rêves éphémères

Bouquets étoilés

------------------ 

Sur la mer s’emporte

La vague ô déchaînée

L’écume des jours

 

Photo Bruno Toffano "Coucher du soleil à Genève" plus de photos  http://aphroditepixart.blog.tdg.ch/

 

mon site http://www.djemaachraiti.ch

 

23:14 Publié dans Culture, Genève, Lettres, littérature | Tags : écrire, haïkus, sms | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | |