30/09/2012

Tunisie - Justice pour la jeune femme violée par 2 policiers

000_Par7269001_3_0.jpgA quand la lapidation des femmes violées qui osent dénoncer leur(s )agresseur(s) ? ça ne vous rappelle pas les exécutions sommaires en Arabie Saoudite ou en Afghanistan ?  Et bien là,  ça se passe en Tunisie, ce qui de fait nous rappelle que ce modèle tend vers des régimes où la charia permet d’assimiler le viol au consentement, voire à l’adultère, puisque c'est l'attitude de la femme qui aurait induit les hommes en erreur, et un glissement assuré de victime vers coupable. 

Une façon cynique de faire taire à tout jamais les victimes qui  « elles » de par leur comportement auraient  porté atteinte aux « bonnes mœurs » et contre laquelle les panneaux des manifestants  brandis dénonçaient ces tentatives d'intimidation et sur lesquels on pouvait lire  : "La police me viole et la justice m'accuse."- "Ni voile, ni viol". 

Le lundi 3 septembre,  à  Aïn Zaghouan, la jeune femme et son compagnon ont été arrêtés alors qu’ils se trouvaient dans leur voiture. Le jeune homme est menotté et retenu par un policier  tandis que deux autres  ont conduit sa fiancée à l'arrière de leur voiture et l'ont violée. Puis, les policiers ont racketté le compagnon. Les policiers agresseurs ont été incarcérés pour viol mais la jeune femme s’est retrouvée accusée d'attentat à la pudeur ! 
Elle risque six mois de prison pour "obscénité ostentatoire préméditée."

Les milieux féministes dénoncent le harcèlement à l’égard des femmes depuis l’arrivée des islamistes au pouvoir. “Depuis le 23 octobre 2011 et l'arrivée au pouvoir des islamistes, il y a  plein d'affaires de harcèlement sexuel, moral et financier de la part des flics”, dénoncent les associations de femmes et des ONG. “Lorsqu'ils voient une femme moderne, une femme tunisienne, les policiers estiment être en droit de demander des comptes et des femmes victimes sont ensuite condamnées”, a dévoilé Me Belhaj Bouchra.

Le ministère de l'Intérieur islamiste assure qu'il ne s'agit que de cas isolés. Les femmes tunisiennes bénéficient du statut le plus moderne du monde arabe depuis la promulgation du Code du statut personnel (CSP) en 1956 instaurant l'égalité des sexes dans plusieurs domaines. Les islamistes d'Ennahda avaient déclenché un large mouvement de contestation en août en proposant d'inscrire dans la nouvelle Constitution la “complémentarité” des sexes et non l'égalité. Ce projet de texte a été abandonné lundi dernier face au tollé des femmes. Attendons l’introduction du  paragraphe de l’article 28 pour criminaliser les violences faites à l’égard des femmes.

 

Soutenons cette jeune femme qui a eu le courage de dénoncer ses agresseurs, policiers de surcroît et de résister à la pression faite sur elle pour la réduire au silence.

Je vous invite à signer la pétition suivante :

Justice pour la  jeune femme violée par deux policiers

http://www.petitions24.net/justice_pour_la_jeune_femme_violee_par_2_policiers 

 

si vous souhaitez accéder à mon site web http://www.djemaachraiti.ch/

09:09 | Lien permanent | Commentaires (5) | |  Facebook | | |

Commentaires

Je ne vais en tout cas pas intercéder en faveur d'Enahda, mais des femmes violées par des policiers, ça à toujours existé en Tunisie !

Maintenant, comment vont-ils-ils être traités par la "justice", tel est la question !

Concernant "l'attentat à la pudeur", il faudrait plus de détails pour se faire une idée ???

Mais de toute façon, ce sont les femmes qui vont subir de plein fouet les conséquences de ce coup d'état islamiste !!

Écrit par : Corto | 30/09/2012

Il est fort à craindre que le système judiciaire tunisien prend l'eau !

Tout ce barouf autour de la victime et de son fiancé démontre que les institutions sont sous l'emprise de la "majorité" au pouvoir, quoi que des élections sont encore au programme, cette affaire plonge le pays dans un absurde questionnement basé uniquement sur un retour vers des pratiques barbares ou pas !

Le pouvoir exerce un test à l'échelon national afin de sonder le niveau des réactions et de quelles types de réactions il se confronte en agitant le spectre de rendre des décisions juridiques imbibées d'idéologies fascistes, en se cachant derrière une pseudo volonté de mimer les régimes démocratiques, les barbus tapent un grand coup dans la fourmilière avec dans la balance un viol particulièrement ignoble commis par des représentants de l'état en personne et un gros bruit de chiotte autour d'une amourette en voiture comme le font 99% des tunisiens normaux !

Ne vous y trompez pas, ce qui est visé dans cette affaire, ce n'est le viol commis par nos pandores obéissant aux lois de l'islam, mais bien le fait de criminalisé le seul moyen de se bécoter à l'ombre de la crise obligeant les jeunes de se préparer à leur futur vie parentale en attendant de se payer un appart !

Avec ce dossier nauséabond, d'un coté un bécotage tout ce qu'il y a de plus sain pour un jeune couple de fiancés n'ayant vraisemblablement pas d'autre alternative et de l'autre coté, un viol sordide en uniforme !

Comme si il y avait encore à choisir l'un des deux camps !!!

Écrit par : Corto | 03/10/2012

La moralité est, Mesdames, que si vous vous faites violées, y compris par les "forces de l'ordre", c'est que vous êtes aussi coupable !

Que la Tunisie ayant été le symbole arabe de l'émancipation féminine, va obligatoirement devoir subir d'incessantes attaques de ce genre, histoire de "rattraper le retard" !!!

Écrit par : Corto | 03/10/2012

Chère Djémâa, comme vous pouvez le constater sur votre blog, le viol de femmes par des monstres soulève moins le débat par nos cadores de la rhétorique factice que la circoncision !!!

Oser se faire à l'idée que l'on s'en prenne à ce qui n'est plus qu'un symbole déchaîne les passions de ces mâles comparant aisément un morceau de peau souvent à la base de problèmes "mécaniques" ou "biologiques", voir comparer sans ambages la circoncision aux pires mutilations génitales féminines démontre que les germes sont présents dans toutes les sociétés et que les islamistes en sont plus que preneurs !

Touchez un seul "cheveu" de l'emblème reliant ce qu'il reste des hommes dans ce monde bafoué et vous pourrez savourer un l'étalage d'une hystérie communément attribuée au sexe "faible" !

Nous assistons à cette même tragédie lâchement orchestrée par les ennemis de D.ieu, amis ou ennemis du prépuce, tous se donnent la main et se voilent la face tout en laissant trainer leur attribut "virile" dans le sang du viol et du meurtre, le seul argument auquel les politiques de tous bords semblent tombés dans l'oubli. D'un coté des phrases grandiloquentes aux allures droitsdel'hommiste et dans la remise, des odeurs toujours plus infectes !

Attention, les ingrédients sont tous réunis pour former l'inexplicable, l'inexpliqué, ce voile noire qui s'abat en silence sur ce qu'il y a de disponible comme victimes pour célébrer ce à quoi "l'homme" tient le plus au monde : Ce besoin irrépressible de commettre l'irréparable, de commettre ce que le passé nous a laissé de plus abominable, de plus minable !

Écrit par : Corto | 03/10/2012

Femmes, Corto ne pourra bientôt plus grand chose, mais il vous met en garde !

Le spectre de l'innommable rode dans la bergerie, ne le sous-estimez jamais, ne lui tendez pas le flanc ni ne lui tourner le dos, il est là, il vous observe attentivement, prêt à plonger son poignard ressorti des limbes contre victimes toujours surprises !

Au Caire, plus de 80% des femmes âgées de 15 à 30 ans ont subis des viols, certaines sont victimes de viols systématiques, d'autres meurent suites à ces pratiques monstrueuse et c'est ainsi que le nouveau pouvoir musulmans compte assoir son pouvoir sur cette nation battant haut la main le plus triste des records, cela tout en recevant les milliards des salafistes et des européens, des démocrates américains !

Les démocraties ferment les yeux sur un pouvoir qui autorise tacitement que plus de 80% de sa population féminine jeune subisse ce que le fascisme a de mieux dans sa panoplie, les ss faisaient de même dans les baraquements des camps de la mort, ça on en parle moins dans les magazines de la morale superficielle.

Ce n'est uniquement aux femmes tunisiennes de retenir comme des barrages, ce courant charriant les immondices de l'inhumanité, mais à tous ceux qui s'élèvent contre cette insulte à ce qu'il reste de l'espèce humaine, car financer à coups de milliards un gouvernement qui viole ses femmes dans la fleur de l'âge revient exactement au même que de commettre ce qu'il y a de plus insultant à ce qu'ils invoquent de Divin !

Le viol organisé à grande échelle est une réalité et non un fantasme ! Défendons-nous, tous !!!!!

Écrit par : Corto | 03/10/2012

Les commentaires sont fermés.