10/08/2012

La devise des Mourides : « " Travaille comme si tu ne devais jamais mourir, et prie comme si tu devais mourir demain ".

senegal.jpg« Nangadef ! « -  "Manguifirek" me répond  en wolof un   vendeur  sénégalais sur une plage française, un parmi ceux  qui arpentent les plages estivales et que l'on peut croiser en France, Italie, Espagne et qui proposent :  chapeaux, bijoux et sacs italiens, lunettes de Hong-Kong,  pagnes africain , serviettes de bain  chinoises et j'en passe.

Et alors tu as fait ton pèlerinage à Touba cette année (Touba, la Mecque des Mourides) ?  Souvent, ils répondent à ma question par un rire franc, d'abord surpris  d'être interpellés et reconnus comme membres de la confrérie Mouride de Touba au Sénégal.

Fondée au début du XX ême siècle par le Cheikh Ahmadou Bamba, grand résistant à la colonisation française et forcé de s'exiler par la suite , il  a lancé les prémices d'une organisation basée sur la foi musulmane notamment inspirée par le soufisme et le travail surtout;  un travail assidu qui fait office de planche de salut. Cet acharnement à la tâche fera d'eux rapidement les  premiers producteurs d'arachides du Sénégal.

Au-delà de l'aspect religion et pratique de la foi,   c'est le réseau et l'organisation de cette communauté qui m'ont toujours frappée. Regroupés autour du  sens sacré du travail et les échanges commerciaux qu'il entraîne, grâce à un tissu relationnel très serré et basé sur la confiance et un système à toute épreuve;  organisés de façon  précise et méticuleuse,  on  identifie les Mourides , aux Etats-Unis, Hong-Kong, Djeddah, Dubaï,  en Europe et jusqu' aux portes de l'Asie où à Istanbul, ils ont aussi leurs étals en plein bazar turc.

Les premiers groupes marchands, les mieux installés font office de grossistes et redistribuent soit à crédit, soit en demandant à être payés cash s'ils  connaissent moins bien les réseaux de vendeurs - bien qu' issus souvent de la même région -,  dans le monde qui assureront  une diffusion rapide des marchandises en appliquant des prix d'un commun accord. En étroite connection avec leur da'ira, point d'attache à l'étranger dont certains plus importants que d'autres selon les villes, comme en France, à Marseille,  par exemple. L'information circule très rapidement d'une da'ira à l'autre et cela auprès de  n'importe quel point du globe.

Tâche saisonnière, à la fin de l'été les revendeurs des plages remontent vers le Nord - Lyon-Paris, rejoindre d'autres membres de la famille ou de la communauté qui vendent toutes sortes de marchandises dans les marchés.

Des vendeurs  à la sauvette ont été  appréhendés dans des trafics de drogue en France et en Italie, jusqu'à présent on n'a jamais identifié un seul membre de cette confrérie  mêlé à un réseau de ce type.   Ce qui expliquerait, en partie,  que ce réseau marchand ait résisté à toutes les formes de ségrégation même pendant les pires heures fascistes berlusconiennes;  les vendeurs ambulants des plages contrairement à beaucoup d'autres africains ont été moins importunés ou du moins, n'ont pas été empêchés de vendre sur les plages italiennes.

Solidaires, des dons versés librement par chaque membre de la communauté permettent de venir en aide à ceux qui se retrouvent dans le besoin, décès, maladie, chômage.  Le réseau assure une protection sociale minimum à l'égard de ses membres . Et la communauté, au- delà des liens étroits qu'elle tisse avec ses membres a une influence considérable  de par sa puissance économique sur la politique du Sénégal et ceux qui gouvernent le pays.

Les femmes commercent autant que les hommes et voyagent facilement d'un bout à l'autre de l'Europe pour acheter et revendre. Toutefois, on ne les voit pas en commerçantes ambulantes comme sur les plages, mais davantage sur les marchés.

La  communauté organisée de façon stupéfiante se  base notamment  sur la communication, les échanges commerciaux, l'éthique, la force de travail et met par la même occasion à mal les clichés et stéréotypes racistes et réducteurs de  «l' africain paresseux. » un Mouride est un converti à la philosophie du travail, celui-ci est considéré comme un régulateur social dans un esprit de « sanctification » et qui permettra de vivre dignement ; la célèbre formule de Cheikh Ahmadou Bamba est régulièrement citée : " Travaille comme si tu ne devais jamais mourir, et prie comme si tu devais mourir demain ".

 

 

19:54 | Lien permanent | Commentaires (21) | |  Facebook | | |

Commentaires

La Tunisie va recevoir $1 md de prêts en soutien à son économie
La Tunisie a annoncé vendredi s'attendre à des prêts d'un montant total d'un milliard de dollars de la Banque mondiale et de la Banque africaine de développement, alors que son économie plombée par la révolte du "printemps arabe" se relève doucement.
Le ministre de l'Investissement, Riadh Bettaieb, a déclaré que les deux institutions prêteraient chacune 500 millions de dollars. Ces prêts "soutiendront le budget pour les six derniers mois de l'année 2012", a-t-il expliqué.


Les 40 milliards laissés par les ben ali chez leurs copains banquiers, que la Suisse avait promise de remettre au peuple tunisien, envolés, ou disons plutôt, volés tout court !!!

Que font les tunisiens ? Ils applaudissent ??????????

Écrit par : Corto | 11/08/2012

Ils n'applaudissent pas, mais ils souffrent. La Tunisie voit un nouveau phénomène émerger, c'est le suicide chez les jeunes. Au-delà du problème du retour des fonds de Ben Ali, la question entière qui demeure c'est l'usage précis qui en sera fait.
En attendant, ce pays vit une invasion subtile culturelle , religieuse et financière par les Qâtaris et les autres du Golfe, expansionnisme soutenu et favorisé par leurs amis américains jusqu'en Europe du reste, un joug sournois dont il faudra se libérer. Une façon de couvrir le pays d'un Hijab derrière lequel le pays entier disparaît et le peuple tunisien avec, oser porter le safsari (voile large et long blanc porté par les tunisiennes autrefois) ou ne rien porter est devenu un véritable acte de résistance.
La Tunisie, un pays fauché et envahi, de quoi se brûler sur la Kasbah !
La deuxième invasion, ce sont les sachets plastiques bleus qui recouvrent tout le pays. Avec une partie des fonds de Ben Ali, le gouvernement pourra engager des milliers de jeunes pour nettoyer le pays et le débarrasser de cette couche de cellophane. Ils seront payés aux kilos de détritus ramassés et portés dans un centre de tri. On offrira à chaque ménage un couffin (production artisanale nationale et non pas chinois- qui donnera du boulot aux artisans aussi , enfin ! ) et obligation de faire ses courses avec ledit couffin, plus de distribution de sacs plastique dans les magasins. On démarrera au moins sur de bonnes bases et qui donneront envie aux gens de venir se promener et se baigner ailleurs que dans du sachet plastique bleu et léger comme des rêves envolés et qui vous pourrissent la vue comme un cauchemar.

Écrit par : djemâa | 11/08/2012

Bj Djemâa. Se construire un rêve serait déjà pour un musulman de prendre de la hauteur par rapport aux dogmes religieux. Ce qui fait mal ce sont les comportements extrêmes des uns et des autres. Tout à la religion ou tout au reniement de soi. Les uns vont à la mosquée et deviennent parfois des fous d'Allah. Les autres se saoulent à fond et perdent leur identité en faisant n'importe quoi. Ils culpabilisent à fond et deviennent ensuite les plus fervents fous d'Allah pour se "faire pardonner leur fautes" afin d'avoir accès au paradis... Tant que le Coran et ses auxiliaires seront les seuls livres de référence et que le reste des oeuvres littéraires pourront être brûler en enfer, que le prosélytisme des pays du Golfe organisé à coups de millions fera main basse sur la culture tunisienne, la Tunisie ne trouvera pas le chemin de la démocratie et retournera dans ses enfers dictatoriaux. Cela fait très mal au coeur. Car la Tunisie a tout pour réussir, entre autres des artistes qui font des choses merveilleuses et qui tentent, dans le désert et l'hostilité de beaucoup, d'ouvrir les mentalités à la modernité, pas celle de la consommation stupide et de l'irrespect des terres par les sacs en plastique. Celle de l'art, de la liberté humaine, et de la beauté. Après la religion, que Allah illumine les esprits libres de sa flamme créative. La violence et la soumission à l'ordre répressif ne sont pas l'avenir de l'identité musulmane. Sauf à aimer la violence, l'obscurantisme et la dictature...

Écrit par : pachakmac | 11/08/2012

Hé oui, travailler comme si on ne devait jamais mourir, prier comme si on pouvait mourir à l'issue de la prière - ce qui est le cas -, on ne peut pas dire mieux. Car même au-delà de la vie, dit-on, il y a encore du travail: il n'y a que le Bouddha qui n'en ait plus. On se décourage si souvent, en pensant que la vie peut s'arrêter à tout moment!

Écrit par : Rémi Mogenet | 11/08/2012

N'essayez pas de détoruner le vol des 40 milliards de sfr. par nos banquiers mafieux et assassins, SVP !!!

Écrit par : Corto | 11/08/2012

@ Djemâa,
Quel billet intéressant ! C'est l'irruption d'une touche positive au milieu de toutes ces jérémiades.
Le titre m'a attirée, parce que j'ai été élevée dans l'univers de "l'éthique protestante du travail". :-))
L'organisation des Mourides repose sur la confiance et de la solidarité. Comme s'ils avaient réussi à concrétiser une certaine utopie.
Je ne connais pas du tout l'Afrique. Il est dit que l'entraide et le partage y sont très forts et que nous, en Europe, sommes à mille lieues de cette philosophie.
Dans la confrérie que vous décrivez, il semblerait que cette générosité est conjuguée avec un solide sens pratique et commerçant.
Désormais, je me sentirai moins bêtement victime de mon éducation, lorsque je prônerai l'importance du travail !

Écrit par : Calendula | 11/08/2012

Calendula, tout le contraire des suisses et de leurs banquiers !!!

Écrit par : Corto | 11/08/2012

C'est comme "Arbeit macht frei" mais en plus exotique.

Écrit par : Norbert maendly | 11/08/2012

@Norbet Maendly
Le point Godwin est pour vous !
Bravo - vous avez compris pourquoi un européen sera toujours suspect, s'il dit que le travail est une valeur importante.

Écrit par : Calendula | 11/08/2012

@Corto,
C'est bien vrai.

Écrit par : Calendula | 11/08/2012

Teilhard de Chardin aussi disait que le travail sanctifiait l'humanité autant que la prière.

Écrit par : Rémi Mogenet | 11/08/2012

Où est passée la fortune colossale - supérieure à 1 md de $ - trouvée dans les villas de Ben-Ali? Sûrement pas dans les banques suisses Corto mais bel et bien aux mains des autorités tunisiennes!!!!!!!!

"... et prie comme si tu devais mourir demain" ou à la minute:

- Un attentat suicide a frappé vendredi en Irak une mosquée chiite près de la ville de Mossoul....

Prière de relever l'IP en cas d'un autre commentaire de l'usurpateur de Patoucha. Merci!

Écrit par : Patoucha | 11/08/2012

L'auteur a juste "omis" de préciser que ce que vendent tous marchands ambulants, ces "chinoiseries", sont exclusivement des contrefaçons, des articles de contrebande ou "tombés du camion" et ce,
de la Tour Eiffel en Italie, de Londres à Berlin, de Cadix à Amsterdam, en passant par la Lorraine & ailleurs

arrêtez un peu de "créditer" d'une aura exotique, leur attribuant une identité positive, ces exogènes de tout système, clandestins pour la grande majorité

je préfère considérer ces marchands ambulants comme des "viveurs au jour le jour", plutôt que comme des survivants méritant notre plus pathétique considération.

Écrit par : Pierre à feu | 11/08/2012

Pierre à feu - Une autre façon de démocratiser les grandes marques qui rêvent de rester en ghetto dans un monde clos où seuls les riches peuvent se reconnaître entre eux avec leurs labels collés à la peau et qui disent combien ils coûtent. Les "descentes de camion" a permis de sortir les riches du ghetto. Même les femmes de ménage portent du Dior pour nettoyer leur cuisine à l'eau de Javel, avouez que c'est un grand pas en avant, n'est-ce pas ?

Écrit par : Amadou | 11/08/2012

Amadou, si vous le dites! soit
un petit pas pour la démocratie (en arrière), mais un grand pas pour le getto (dans le vide)
donc acte

Écrit par : Pierre à feu | 11/08/2012

Les riches sont prisonniers de leur argent et les pauvres de l'argent qu'ils n'ont pas. Et les autres ne font que dépenser.

Écrit par : norbert maendly | 11/08/2012

Norbert maendly, pour les autres & les pauvres (soit tous ceux qui contribuent à ce que les riches aient leurs richesses):

- mieux vaut passer le temps à travailler, qu'en avoir pour dépenser du fric qu'on n'a pas

encore faut-il qu'il y ait assez de postes de travail pour chacun (le blème des non-brics)

c'est pourquoi on est arrivé à ce mécanisme
où tout individu doit travailler -normalement plein pot- jusqu'à retraite
ce qui n'arrive plus, pour une maj. qui ne gagne que de quoi payer ses factures
(heureusement, le pacs est arrivé!)
et aujourd'hui, un couple au boulot y arrive tout juste avec 2 salaires 2 mômes!

Un petit retour au XXe nous rappelle qu'une famille entière pouvait vivre de l'unique salaire d'1 ouvrier père de famille, élever ses enfants et se payer un mois de vacances dans une location en bord de mer,
époque où les restructurations (ancien mot pour globalisation) n'avaient pas encore frappé l'emploi du père de famille en cours de carrière,
et ne l'avaient pas mis au chômage à 48 ans tout en le décrété non ré-ambauchable à 45...

j'ai pas besoin d'aller sur la plage voir des marchands exotiques

Écrit par : Pierre à feu | 11/08/2012

"Fondée au début du XX ême siècle par le Cheikh Ahmadou Bamba, grand résistant à la colonisation française et forcé de s'exiler par la suite , il a lancé les prémices d'une organisation basée sur la foi musulmane notamment inspirée par le soufisme et le travail surtout; un travail assidu qui fait office de planche de salut."

Bon bon bon, revenons aux Mourides et à la touchante image de Touba / "Epinal" que vous nous en donnez, les avis divergent.

http://www.dailymotion.com/video/x9dz7m_la-multinationale-des-vendeurs-a-la_news

http://www.dailymotion.com/video/x9dziv_la-multinationale-des-vendeurs-a-la_news

http://www.dailymotion.com/video/x9dzr4_la-multinationale-des-vendeurs-a-la_news

Dans sa finalité, cette confrérie / secte Mouride pourrait plutôt être comparée à l'église de scientologie, à quelque organisation d'essence bouddhiste avec guru prédateur à sa tête ou bien à la secte Moon. D'autres, plus triviaux, y verront plutôt une analogie criante avec le maquereau et son réseau international de filles de bonne famille.

Remarquez, il en est bien quelques une de nos bécasses fraîchement bénéficiaires d'une rente AVS pour croire, elles aussi, à l'amour spontané et désintéressé né, sur une plage de Banjul, Dakar ou Tunis, entre elles et quelques males vigoureux de 40 ans leurs cadets alors pourquoi n'y aurait-il pas une clientèle pour croire à la fable de Sheikh Bamba et ses 40 apôtres.
Escroc : métier d’avenir car chaque jour voit naître le prochain cheptel à tondre.

Écrit par : Giona | 11/08/2012

Autre futur d'exclaves
préparé par la nouvelle constitution tunisienne qui leur concocte une belle burka fichtrement démocratique
grâce aux députés Ennahda qui reviennent sur le principe d'égalité entre hommes et femmes:

"l'État assure la protection des droits de la femme
sous le principe de complémentarité avec l'homme au sein de la famille en tant qu'associée de l'homme".

C'est-y pas génial?

Écrit par : Pierre à feu | 11/08/2012

Bordel, et les 40 milliards tunisiens planqués par les ben ali en Suisse ?

Ca vous ferait mal d'en parler, on est en Suisse, pas au Portugal que je sache !

Écrit par : Corto | 11/08/2012

Silence, le même que celui des bourreaux, ces personnages qui se cachent jusqu'au dernier jour de leurs vies !!!

Écrit par : Corto | 12/08/2012

Les commentaires sont fermés.