02/06/2012

De Gilles de Rais à Luka Rocco Magnotta : Les monstres sodomitiques

barbe_bleue.jpgDerrière les traits de Gilles de Rais se cache la légende de Barbe bleue.  Ce monstre du XV ème siècle, né en 1404, deviendra le très estimé compagnon d'armes de Jeanne d'Arc . Seule la mort de Jeanne d'Arc brûlée sur le bûcher lui fera verser quelques larmes.

Pour le reste, la liste est longue. Kidnapping d'enfants pauvres, des miséreux qui venaient mendier devant son château et qui disparaissaient à tout jamais brûlés dans la grande cheminée après avoir subi des tortures innommables.

Dès 1432, les crimes commencent dans ses différentes propriétés seigneuriales. Champtocé, la maison de Suze à Nantes,  les châteaux de Tiffauges et de Marchecoul. Chacun de ces lieux sordides sera imprégné des cris et hurlements d'enfants torturés. Monstre assoiffés de sang, il fera égorger, éviscérer, écarteler, pendre, entrailles exposées, membres dépecés pour finalement assouvir ses passions sodomitiques sur ses jeunes cadavres encore chauds, et que la vue du sang avait excitées. Il se délectait de la souffrance de ses pauvres enfants qui le menait au comble de l'extase.  Une nécropholie d'une perversion indescriptible.  Ses victimes étaient  souvent tuées par des serviteurs muets et terrorisés. Dans chacune de ses demeures, les serviteurs  prélèveront  40 ossements d'enfants enterrés à faire disparaître dans des flammes.

Après les avoir tués et avant de les incinérer, Gilles de Rais contemplait,  les plus beaux d'entre les enfants, et les admirait longuement en les embrassant. Autant qu'il s'agissait d'enfants de miséreux, la justice n'interviendra pas, les parents n'osaient guère porter plainte. Ce n'est que lorsqu'il enlèvera la fille d'un hobereau qu'il sera poursuivi et condamné. Le plus grand serial killer d'enfants du Moyen-Àge terminera pendu et brûlé,  le 26 octobre 1440.

 

interpol-recherche-cet-homme-luka-rocco-magnotta-il_786289_460x306.jpgChez Magnotta dit le "dépeceur", on retrouve ce goût du sang effréné et que plus rien n'arrêtera désormais. Le suprémaciste,  qui a fait ses premières armes sur des chatons torturés en live passera à l'assassinat et au dépecage d'un jeune Chinois étudiant à  Montréal, Ju Lin, son amant.

Le lien commun entre les deux ;  un sentiment de  supériorité, le premier sur les pauvres, le second se vante d'appartenir à la race blanche. Derrière les suprémacistes, se cachent des monstres pervers. L'histoire ne cesse de nous les présenter sous leur jour le plus odieux et le plus cruel. Comme Gilles de Rais, Magnotta ne pourra plus s'empêcher de tuer de façon la plus sordide.

Espérons que la police arrivera à l'identifier le plus tôt possible. Mais selon le profil psychologique, il ne pourra plus s'empêcher de chanter ses hauts faits atroces  et de s'en vanter sur les réseaux sociaux. C'est par ce biais-là qu'ils l'attraperont. Le goût du sang est le plus fort : »une fois que vous avez tué, impossible de s'arrêter ! »  et le besoin irrépressible  de s'en glorifier. Heure après heure, il ira sur ses propres réseaux voir comment et combien on parle de lui dans le monde. Pour l'ex petit acteur porno, inconnu jusque là, son heure de gloire a sonné, et il s'en délectera quand bien même elle l'amènera droit à l'échafaud.

 

 

10:57 | Tags : luka rocco magnotta | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | |

Les commentaires sont fermés.