26/05/2012

Ô Déesse Océane

 

nrwgq97a.jpgÔ Déesse Océane

 

Dans ta chevelure d'argent

Tu as ramené l'amant

Perdu dans ses tourments

Sur les rivages de mes désirs

Ardents

 

Dans ta chevelure d'écume

Chevaux fous aux sabots d'enclume

S'est dessiné notre avenir

Déjà passionné de souvenirs

 

Dans tes profondeurs abyssales

Des sylphides, belles vestales

Ondoient dans les couleurs marines

Ah ! Amoureuses séraphines

 

Evanescentes dans les aigue-marines

D'une capricieuse houppe serpentine

Balbutiant entre bleu azur et bleu roi

Parmi tes eaux cristallines

Des coquillages rêveurs

Murmurent des légendes

Qui dans le bleu céruléen

Se transforment en  guirlandes

Tressées en offrandes

A ces nymphes mathurines

 

Mes rêves se sont enivrés

De tes chants psalmodiés

Dans le mouvement de tes vagues

Dans le va-et-vient incessant

Des rouleaux se font et se défont

Et révèlent leurs secrets millénaires

Engloutis dans les sables

De nos mémoires infidèles.

 

Théoule- sur-mer, samedi 19 mai 2012

 

 

 

Commentaires

Un beau poème, plein de figures enchanteresses. La suite est la description de l'Atlantide et des géants qui l'habitaient, peut-être: les secrets révélés du fond de la mer, comme dans Jules Verne! Merci!

Écrit par : Rémi Mogenet | 26/05/2012

@Rémi- en plein dans le mille, l'Atlantide n'était pas très loin, je vous laisse écrire la suite........! Entre deux imaginaires, nous pourrions recréer la cité engloutie......

Écrit par : Djemâa | 26/05/2012

Oh, oui, le symbole est universel. Une mythologie peut tout à fait être commune! Mais j'ai déjà écrit un article sur l'Atlantide telle que la percevait Jules Verne. Je mets le lien dans le cartouche "Votre URL", il n'y aura plus qu'à cliquer sur mon nom, si cela vous intéresse!

Écrit par : Rémi Mogenet | 26/05/2012

@Rémi- Bien que je vous aie répondu à deux reprises, le commentaire n'est pas passé. Je vous écrivais que votre texte est excellent, du coup je me suis lancée dans le volume 2, chapitre IX de Jules Vernes - 20'000 lieues sous les mers- et qui mentionne effectivement l'Atlantide. Ce voyage initiatique est une quête existentielle, universelle et intemporelle. La recherche de l'Atlantide n'est-elle pas une autre manière de revenir aux sources du Paradis Perdu ?
Hormis les textes de Platon dans Crimée et Timias qui font référence à l'île engloutie, Jules Vernes si visionnaire nous en fait une description tout aussi remarquable. Et comme après-coup, il a fallu constater que la plupart des choses imaginées par lui se sont concrétisées pourquoi en serait-il autrement pour l'Atlantide ? Bref, ceci donne envie, à notre tour, d'imaginer et décrire une Atlantide; cité engloutie, lieu de tous nos rêves et de tous nos espoirs.

Écrit par : djemâa | 27/05/2012

Merci, Djemaâ, pour l'appréciation! L'excellence revient surtout à Jules Verne, car ce passage de son livre est vraiment incroyable. Et c'est vrai qu'on peut imaginer l'Atlantide, et y projeter toutes ses visions. Cependant, je ferai un jour un article pour évoquer d'autres visions de l'Atlantide, encore, avant d'oser en parler! Car d'autres en ont parlé, d'une façon qui rappelle Lovecraft en plus spiritualiste, notamment Tolkien, mais pas seulement. Mais je retiens l'idée de faire au moins un poème sur la chose!

Écrit par : Rémi Mogenet | 27/05/2012

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.