01/04/2012

Tunisie- Gilbert Naccache va porter plainte contre les salafistes auteurs d’ appels au meurtre de Juifs

clip_image001-1.jpgLe militant de gauche annonce sur sa page facebook qu'il va porter plainte contre ceux qui ont appelé, dimanche dernier, au meurtre des Juifs, et a chargé Me Bochra Bel Haj Hmida de le représenter dans cette affaire. Voici le texte de son post.

"Je me décide, pour la première fois de ma vie à porter plainte devant la justice tunisienne contre les individus qui, sur l'avenue Bourguiba, ont appelé, ce dimanche 25 mars, à l'assassinat des Juifs.

J'ai déjà été l'objet d'une agression raciste en 2000, mais je n'avais pas voulu porter l'affaire devant les tribunaux, estimant qu'il s'agissait de jeunes inconscients trompés par une propagande venue de l'étranger. Rien de semblable aujourd'hui : il s'agit d'un mouvement politique qui fait de l'antisémitisme et de l'appel au meurtre des Juifs un de ses modes de propagande habituels. Il s'était déjà pareillement illustré, voilà plus de deux mois à l'aéroport de Tunis-Carthage, et le gouvernement n'a rien fait pour prendre les mesures légales appropriées.

Aujourd'hui encore, une semaine après les faits, on ne voit toujours pas de suite pénale à ces agissements, non seulement inadmissibles, mais tout simplement illégaux : qu'un gouvernement puisse tolérer des appels à la haine raciale et au meurtre sans réagir vigoureusement dépasse l'entendement. On le voit certes menacer, mais nul doute qu'un journaliste qui publie une photo jugée indécente se retrouve en prison dans les 24 heures, alors que ces excités...

Je porte plainte contre ceux qui ont proféré de telles énormités, d'abord parce que le pouvoir exécutif tardant à faire respecter la loi, j'espère que la justice, encore une fois saisie de l'affaire, montrera que les lois doivent être appliquées et que ces jeunes manipulés, qui n'ont de courage qu'en nombre et à condition d'être assurés de l'impunité, sauront qu'on ne peut pas dire n'importe quoi, sauront que certains appels conduisent en prison.

Je porte plainte en tant que Tunisien solidaire de tous ses compatriotes injustement attaqués, et parce que je ne veux pas que soit sali le passé de mon pays, un passé de civilisation millénaire, fait surtout de vivre ensemble et de tolérance.

Je porte plainte en tant que Juif tunisien solidaire en cela de tous les Juifs, et aussi de tous les Tunisien(ne)s non juifs(ves) qui se sentent trahis par de tels comportements, parce que je suis également menacé et que je n'ai à prouver devant personne mon droit de vivre sur cette terre qui est aussi la mienne.

Je porte plainte au nom de la révolution de la dignité qui a frappé le monde entier par son caractère pacifique et ouvert, et qui est menacée par ces mêmes irresponsables qui ont déclaré blasphématoires ces demandes de liberté et de démocratie.

Je porte plainte parce que ces appels au meurtre, qui n'ont rien à voir avec le sentiment des Tunisiens, sont un des moyens par lequel veut se réintroduire la contre-révolution, sous le prétexte de ramener un ordre que l'actuel gouvernement ne peut faire respecter et que, en mettant la justice en demeure de faire son travail, je contribue à désamorcer cette menace.

Je porte plainte, enfin, parce que les salafistes auteurs de ces appels au meurtre sont les ennemis déclarés des femmes, des artistes, des créateurs, des penseurs, de ceux qui sont les piliers de l'âme du peuple.

Pour toutes ces raisons, et pour celles que chacun pourra trouver au fond de lui-même, en me solidarisant des actions judiciaires déjà engagées, j'appelle toutes et tous à nous accompagner dans ce refus de ces pratiques odieuses, dans l'exigence de les voir rapidement disparaître.

Pour ce qui me concerne, j'ai chargé Maître Bochra Bel Haj Hmida, dont l'engagement antiraciste ne s'est jamais démenti, de me représenter dans cette affaire."

 

Les Salafistes sont des éléments sous influence étrangère et financés par elle, principalement par l'Arabie Saoudite. Les membres de ce mouvement radical  portent atteinte à la sécurité du pays et à l'esprit de démocratie et de tolérance, défendus par les révolutionnaires. Révolution à laquelle, ils n'ont pas participé du reste, ils se sont contentés de prendre le train en marche tout lâches qu'ils sont. Cette secte dont les membres perturbateurs via de nombreux prédicateurs  déstabilisent le pays mettent la Tunisie sous une influence étrangère qui ne sied ni à son histoire, ni à l'esprit de tolérance qui a toujours survécu dans ce pays.

Je rappelle que les Saoudiens en terme de morale et de probité n'ont aucune leçon à apporter aux Tunisiens. Je ne ferais pas le panégyirque de toutes les perversités courantes dans ce pays que sont l'Arabie Saoudite et le Qatar. Je suggère que les prédicateurs s'occupent notamment des problèmes récurrents de viols sur enfants, fillettes et garçonnets,  et sur les femmes avant de venir donner des leçons de bonne moralité, sans compter que le viol  entre femmes est le plus élevé au monde  dans les écoles de fille et cela entre elles  .Que l'alcool et la drogue sont de véritables fléaux auprès des jeunes, sans compter toutes les maladies liées à l'obésité.  La Tunisie n'est pas un pays à envahir ! Et s'il faut résister, nous résisterons. Les mouvements salafistes et les incitations à la haine doivent être condamnables !

Mohamed Bouazizi ne s'est pas immolé pour tuer des Juifs mais pour dénoncer sa condition de chômeur. Les Tunisiens ne veulent pas des prêches haineuses  qui viennent les détourner de leurs revendications premières , mais ils veulent du travail. DU TRAVAIL !!!

 

 

16:11 | Lien permanent | Commentaires (6) | |  Facebook | | |

Commentaires

Bonne nouvelle Djemâa. Et bravo à M. Naccache. Se dresser contre ces gens est courageux et il doit être soutenu.

Écrit par : hommelibre | 01/04/2012

La Tunisie en marche, la Tunisie démocratique, c'est des gens comme ce Monsieur qui la construisent avec l'idéal de la liberté chevillé à leur âme. Un blasphème la démocratie pour l'islam extrémiste? Pour ces gens, construire un Etat théologique et totalitaire est leur but ultime. Devant leurs crimes prévisibles, les partisans de la démocratie et de la liberté doivent tous se mobiliser comme un seul homme...ou une seule femme.

Écrit par : pachakmac | 02/04/2012

Djémâa, rien à redire sur Naccache, si ce n'est qu'il s'égare un peu dans sa schématisation des organigrammes opérationnels de la propagation de la haine islamiste, ne pas oublier les concurrences existants entre différents mouvements nazislamistes.

L'Algérie bientôt 20 ans après les massacres accusent encore le FIS et le GIA pour le massacre de 300'000 citoyens nationaux, principalement des villageois sans défense et isolés des grandes villes du pays, néanmoins nous savons aujourd'hui que les instigateurs naviguaient plus dans les sillages de banques suisses et des généraux et politiciens algériens, clients de ces établissement qui "hébergent" les milliers de milliards des corruptions et pillages systématiques que des "salafistes" ou autres succédanés de quelques foi islamistes que ce soit, comme le forcené mourhad dhina domicilié à Genève d'où il donnait ses ordres sanguinaires en toute quiétude bien helvétique.
Djémâa n'allez pas forcément chercher les coupables dans le golfe, prenez le tram et allez dans les quartiers des banques genevoises pour savoir à qui les massacres algériens ont profité.

Qu'en est-il des dizaines de milliards tunisiens que les ben-ali ont déposés en Suisse ?

Environ 50 milliards selon les spécialistes, ces 50 milliards pillés aux tunisiens et ayant, eux provoqués l’immolation de "CES" jeunes tunisiens sans avenir avec les méthodes de "financement" des gestionnaires siégeant dans des banques genevoises.

Il y a presque un an, la sinistre MCR, spécialiste dans les coulages de pillages, tant envers la population genevoise que la population tunisienne avait promis de permettre aux tunisiens de retrouver les fortunes volées par les banques suisses, à cette époque ELLE avait parlé de 40 milliards, (alors qu'en fait il s'agit de 50 si ce n'est pas 10 fois plus), quelques semaines plus tard, la Suisse (et non les banques) avait débloqué 50 millions, soit mille fois moins que les sommes confisquées par les banques et qui semble avoir payé ses 50 millions, le peuple suisse ! (comme les 4'000 Chf. octroyés aux maghrébins quittant la Suisse pour rejoindre leurs pays d'origines, qui paye les 4'000.--, le peuple suisse alors que ce sont les banques qui ont paupérisé ces populations) !

Qui organisait les pillages des fortunes des Juifs sous le nazisme ?

Non, Djémâa, je ne vais pas attendre 20 ans ou 60 ans pour que le peuple tunisien ne retrouve qu'un millième que ce que les banques suisses leur ont pillé au travers de barbouzeries du style algérien ou allemand, jadis ! Et ça, je le dis maintenant ! en 2012 !!!





Maintenant, concernant les pays du golfe, ils préfèrent voir les salafistes de salons et autres islamistes faire leurs investissement chariatiques en dehors des pays où ils vivent, allez voir en Arabie Saoudite et au Qatar le sort des salafistes un peu trop voyants, ils se font décapiter le vendredi sur les places publiques ou croupissent dans des prisons remplient de délinquants sexuels sans retenues, ils ne survivent pas 12 mois et ils demande à se faire décapité plutôt que de mourir quartiers réservés des prisons ensablées.

En plus les cadors du salafisme saoudien et qatari n'arrivent même pas dans leurs collectes à financer les démocrates et sunnites syriens, ainsi que leurs brigades dans le Sinaï faisant face à un autre "péril" chiite, avec le hamas et les fréros égyptiens.

Non Djémâa, il ne fait aucun doute que les banquiers amis des ben-ali, ne veulent pas que les réseaux de pillages soient démantelés ni noyés dans une véritable révolution démocratique.

Djémâa, en tant que spécialiste dans le renseignement et à la tête d'une société travaillant dans ce vaste domaine, je peux vous affirmé que les ordres viennent de barbouzes français basés à Genève et à la solde des banquiers des ben-ali !!

Les banquiers sont tellement débordés par les événements arabes, qu'ils ont fait appel à des personnages un peu trop bavards, notamment concernant leurs concurrents ayant, eux, signés des contrats avec les banquiers suisses en cassant les prix ! Les banquiers devraient se méfier, des dizaines de numéros de portables ont été détectés dans la ville de Calvin depuis le début des émeutes arabes, leurs propriétaires sont bien connus du "milieu" !

Il ne faut pas oublier qu'après avoir rechignés pour verser 1 milliards en déshérence depuis 1945, les banques suisses se sont faites cassées pour des dizaines de milliers de milliards dans les crises américaines et les banquiers de la HSBC réservent encore pleins de surprises aux diplômés de St. Gall !

Ce sera encore d'autres milliers de milliards que les banquiers helvètes ne pourrons pas rattraper, trop tard ! (chut, ils ne savent pas)

Alors Djémâa ne louchez pas trop sur les complots américains concernant les révolutions arabes, car ceux qui investissent le plus dans les crapulerie dénoncées par le gauchiste, un peu obsolète qu'est Naccache, ne viennent pas exclusivement des américains et encore mois depuis l'arrivée d'obama, mais bien de minables désensanglanteurs de milliards cachés dans ce pays que vous avez sous les yeux !

Écrit par : Corto | 02/04/2012

Ne désespérez pas. On observe « des petits signes du recul des
islamistes dans la société » et « la désapprobation du laisser-faire d'Ennahda face aux extrémistes salafistes ». Les Salafistes noyeront Ennahda qui reste les bras ballants devant cette montée en puissance de la violence contre laquelle bientôt le parti islamiste lui-même montrera son incapacité à gouverner et à faire régner la paix dans le pays. A l'intérieur du groupe Ennahda, le parti Ettakatol du président de l'ANC, Mustapha Ben Jaafar, et le Congrès pour la République (CPR) du président de la République Moncef Marzouki - sont minés de l'intérieur.
Ce n'est plus qu'une question de temps. Les islamistes montrent leur incapacité à gouverner, tandis que des radicaux fondamentalistes menacent à tous vents. Les Tunisiens ne sont pas fous. ils ont voulu leur révolution pour qu'on les fasse sortir du gourbis et non pas pour qu'on les y pousse la tête en avant, en leur faisant courber l'échine comme des mulets.

Écrit par : spécialiste | 04/04/2012

La visite de Marzouki à la Synagogue de la Ghriba suffira-t-elle à
dissiper l'angoisse des juifs tunisiens ?

Moncef Marzouki
www.leaders.com.tn
2012-04-11
La communauté juive tunisienne était en attente d'un geste fort des
nouvelles autorités pour calmer ses appréhensions après la
multiplication de slogans antisémites proférés lors des manifestations
salafistes. La commémoration du 10ème anniversaire de l'attentat
contre la synagogue de la Ghriba à Djerba, qui avait fait, le 11 avril
2002, 21 morts (14 touristes allemands, 5 Tunisiens et 2 Français)
devait offrir une bonne occasion, que le président Marzouki n'a pas
laissé échapper.


Se rendant mercredi matin à la synagogue et recevant des représentants
de la communauté juive et des représentants des familles, en présence
des ambassadeurs d'Allemagne et de France, il a sans doute voulu
délivrer un message à la communauté juive

réitérant «le rejet» par les Tunisiens de toutes les formes de
violence «d'autant plus que la religion musulmane prône la tolérance
et le respect de toutes les religions monothéistes» et son refus de
«toute discrimination touchant nos compatriotes de confession juive et
tout acte ou parole qui pourrait constituer une menace pour leur vie
ou une atteinte à leur dignité». Il a affirmé «la volonté de l'Etat
civil de protéger tous ses citoyens et de les traiter sur le même pied
d'égalité». Il a enfin invité les enfants juifs de Djerba à visiter le
palais de Carthage.

Un message que Elie Trabelsi, fils du président de la communauté à
Djerba a qualifié de « fort et très important». A l'AFP, il n'a pas
hésité à dire que « la confiance est revenue», même si la communauté
attend d'autres assurances.

A Houmt Souk, où les Tunisiens de toutes confessions avaient tissé de
longue date des liens étroits entre eux, les avis sont partagés sur
cette visite. S'ils confirment la sérénité des relations entre juifs
et musulmans et la chaleur de leurs rapports, ils estiment qu'au-delà
de ce geste, ils s'attendaient de la part de Marzouki, à cette
occasion, à une attention particulière à la situation économique dans
l'Ile de Djerba et le sud tunisien où sévissent chômage et précarité.

Écrit par : info | 12/04/2012

Oui, encore des comptes à numéros en Suisse, pour exemple les 70 milliards de $ laissés par l'ex-président Est-allemand, Honnecker, ces milliards ont été dans leur totalité retournés à la nouvelle Allemagne de 1991, mais là aussi le silence plombe !

L'exemple allemand dérange plus que tout les politiques suisses, car dans les autres cas, les sommes sont scrupuleusement détournées de leurs ayant droits et honteusement maquillées, les milliards fondent en millions et les avocats genevois trouvent toujours plus d'arguments pour se ranger dans les intérêts des banques !!!

Écrit par : Corto | 13/04/2012

Les commentaires sont fermés.