05/03/2012

L'intuition féminine: Mythe ou Réalité ?

resize.jpegUn article en vue du 8 mars - Les femmes sont-elles les seules à avoir un sixième sens ? Ah ! Les grandes intuitives, tandis que les hommes n'utiliseraient que le mental rationnel. L'analyse, l'intelligence qui viennent  parachever l'intuition viendraient ensuite.  Raisonnement un peu réducteur. Les hommes, les génies, poètes en quête de sens , mathématiciens posent des hypothèses qui partent de prime abord d'une intuition qu'ils vérifieront par la suite de façon scientifique.

Nous avons plus que jamais besoin de notre intuition, mais notre société post-industrielle a relégué l'intuition à un « truc » vachement féminin comme s'il fallait rejeter aux oubliettes les intuitions infailllibles de l'instinct masculines ou féminine, qu'importe.

La différence réside dans le fait que les femmes n'hésitent pas à parler de ce qu'elles ressentent a priori : « Si je m'écoute », " j'ai l'impression ou l'intuition que",  " J'ai comme un pressentiment ". L'homme auprès de ses pairs peut difficilement s'exprimer ainsi, à travers des démonstrations scientifiques qui utilisent la raison et la logique il sera reconnu comme intelligent par confrères. Même si toute sa construction se bâtit sur du vent.

Dans l'ensemble toute grande conquête scientifique qui est le fait des hommes surtout part d'une intuition. Einstein soulignait que « le mental intuitif est un don sacré et le mental rationnel est un serviteur fidèle. Nous avons crée une société qui honore le serviteur et a oublié le don. »

Les femmes ont hérité de ce don intuitif ou du moins on le leur reconnaît en raison d'une longue tradition pré-religieuse, animiste,  qui autorisait les femmes à être un lien entre la nature et l'homme, à être en phase avec la substance de cet environnement naturel . En Amérique Latine, on honore "La Pachamama",  la déesse-terre vénérée par les Amérindiens ; elle est la source fertile, à la source de tout ce qui vit, elle est à l'intérieur de tout ce qui pousse, elle est vibration, en harmonie avec le monde.

Mais encore la Grèce connut les Sybilles ou les Pythies qui rendaient les oracles, ressentaient le monde pour l'expliquer aux humains. Prêtresses, prophétesses, elles communiquaient toutes avec des forces divines et sacrées. Et les prêtresses d'Isis adulées de Rome à l'Egypte des pharaons. On se fiait alors à leur sagesse qu'elles puisaient dans leur connaissance et dans leur relation intime avec la nature et les astres. Elles écoutaient le vent, interprétaient sa musique, le ciel et ses nuages n'étaient que présages et augures, elles se couchaient par terre l'oreille collée au sol,  pour  sentir cette terre respirer et écouter ce qu'elle avait à dire. Un héritage ancestral que l'on reconnaîtra dans toutes les populations indigènes, de l'Amérique à l'Asique.

Les religions monothéistes apporteront une dimension très masculine, très patriarcal.  Les prêtresses sont remplacées par des saintes qui sont en partie uniquement en contact avec le ciel, les yeux quittent la terre pour se fixer définitivement là-haut, où tout se joue dorénavant.   Adieu la nature ! Les femmes n'écoutent plus le monde qui vibre, mais les hommes et les dieux qui parlent. La Mère-Nature est remplacée par des figures masculines. Ce sont les hommes qui eux se mettent en lien avec le ciel, les femmes quittent définitivement leur piédestal, leur Mont Olympe pour devenir des reproductrices fidèles, elles renoncent aux grands espaces pour le cloître, l'enfermement, dorénavant les femmes se cachent et sont  au service de l'imagerie masculine à laquelle elles ont un  devoir d'obéissance absolu. Adieu ! Muses et déesses vespérales.

Les bûchers flambent, les femmes crament, depuis on dirait que plus rien n'a arrêté ce feu géant. Les grandes figures sont dorénavant ces hommes qui réfléchissent, qui techniquent , qui mécaniquent, qui automatisent, motorisent, machinalisent,  examinent.

Cet éloignement de nos sources profondes proches de la nature, de notre environnement intuitif,  non seulement,  a pénalisé les femmes mais appauvris les hommes et notre environnement immédiat. Nous nous sommes desséchés au contact d'une pensée rationnelle, d'une pensée mécanique. Amputés dès lors de cette partie si riche à l'intérieur de nous qui nous permet de pressentir le monde  de façon sensible, donc intelligente. De l'intelligence la plus pure, de la clairvoyance la plus immédiate.

Pour conclure, les femmes ne sont pas plus intuitives que les hommes, mais le machisme ambiant aime le faire croire : les femmes sentent , les hommes pensent !

Messieurs, je vous l'assure et je vous le confirme : vous êtes aussi intuitifs que les femmes, mais on peine à vous reconnaître ce don sacré. Et ce n'est plus une question d'homme ou de femme, mais d'époque ! Et les femmes pensent aussi bien que les hommes sentent.

A vos intuitions Messieurs, Dames ! Vous découvrirez en vous votre  génie, votre poésie, votre  savoir inné, vos inventions magnifiques ..... et qui sait ? Je le pressens déjà, plus encore........

 

 

 

22:53 | Lien permanent | Commentaires (8) | |  Facebook | | |

Commentaires

Non effectivement, les femmes ne sauraient être plus intuitives que les hommes et d'ailleurs, les hommes n'ont pas un sens d'orientation beaucoup plus développé que les femmes. Bien sûr, des discours "irrationnels" issus de notre société patriarcal affirment que les hommes ont une capacité propre à se repérer beaucoup plus facilement dans un espace géographique et/ou autoroutier qu'une femme..Pour la bonne raison, c'est que pendant longtemps,ce n'était pas du rôle de la femme de lire une carte routiére quand il fallait prendre la route...(par exemple) ou alors quand il fallait faire les plans d'une maisons...(Abrits, architectures).Il y eut des cultures en Europe pendant plus de 4 milles ans avant JC, présentées comme matriarcales, pacifistes mais pas dans le sens extrême telles que les cultures patriarcales que nous connaissons aujourd'hui. Ces cultures dont la plupart ont atteint les 3/4 de l'Europe (75 000 Km²), dont la principale la Culture des Cucuténi-TRypyllie, en est l'exemple. Il n'y a hélas pas d'écritures pour en prouver l'existence mais, les vestiges, les céramiques, les "Tell" (terme signifiant colline en arabe et qui désigne l'habitat de cette culture exceptionnelle, l'orfévrevrie et les kourganes (tumulus : tombes à fosses) sont les seules témoins de ce monde matriarcale inimaginable de nos jours. Sans parler de la maitrise du tissage..et d'autres techniques. Aprés quoi, cette culture disparait et on voit vraiment arriver avec le christianisme un monde patriarcale...Ok, je zappe des étapes mais, les religions ont fait le reste que nous connaissons actuellement. Quant à l'intuition féminine, elle est souvent mise dans l'étagère de l'horoscope, mais une des questions à se poser : "c'est quoi l'intuition" ? Moi, la question que je me pose c'est sans doute : "Pourquoi encore au XXI siècle les femmes devraient encore supporter cette aberration, leur autorisant simplement à être un peu plus intuitives que les hommes alors que de nos jours, chacune d'entre nous, enfin celles qui veulent/peuvent s'exprimer", devraient être pleinement autonomes dans l'espace et dans l'économie, si ce facteur d'héritage religieux ne rentrait pas en ligne de compte Enfin et pour en finir, Djémâa, par quelques exemples, bien pudiquement, décrit parfaitement l'évolution de la femme tout au long de ces douloureux siécles de construction d'une société patriarcale en train de se casser la gueule actuellement(ce n'est pas le sujet): la femme génétrice, la sorcière..Et en citant la principale, la femme au XXIeme siécle : Femme ingénieur, femme chercheur à qui on ne veut pas octroyer cette place malgré ses compétences, la "barroudeuse" qui pousse les portes mais qui n'est autre qu'une passionnée de culture, d'histoire et qu'on pousse au desespoir..et qui par de maintes mouvements, arriveront à s'affirmer. L'une tombera malade et l'autre fuira vers des auspices où les hommes, ou alors des "moins obstinés" sont moins nombreux. Merci Djémâa. Chantal DOUPEUX

Écrit par : Kochka | 06/03/2012

L’intuition est masculine, les femmes sont pragmatiques, oui, c'est tout le contraire des rumeurs imposées, mais c'est ma conviction !

Si l'homme était pragmatique et moins branché sur son intuition paranoïaque, le mode serait bien plus logique, et ce n'est pas parce qu'il a pris le pouvoir qu'il est pour autant plus réaliste !!

Une bonne vielle blague de chez-nous dit que :

En fait, c'est Eve qui est venue la première, au bout de quelques temps elle s'ennuyait et demanda au créateur de lui donner un compagnon !

Alors le créateur lui dit ; d'accord, je vais de te donner un compagnon, mais à une seule condition ;;;

Tu lui fera croire qu'il est arrivé en premier !!!!

Écrit par : Corto | 06/03/2012

Oui ok, trés belle version Corto. Mais, c'est un secret, Celui de "Eve et Eve" qui sont arrivées en même temps et en fait elles sont parties faire leur vie. Il y avait des grands piétons, énormes et puis la zone de rapaces et de batraciens.Pendant une longue période de pluie, on a retrouvé d'autres encombrants "des affreux réptibles et des jolis moutons blancs" bien longtemps aprés notre arrivée et vu les conditions météo, un autre nommé, Noé nous a invités dans son arche. Ensuite, on a récupéré deux autres humains au lieu dit "jardin d'Eden". Le type n'arrêtait pas de caresser le ventre de l'autre "eve", un être comme nous. Il paraît que son ventre avait grossi et faisait du bruit. c'est tout ce qu'on peut te dire. Ensuite, on était blindé dans ce boat. Enfin, c'est ma version.

Écrit par : Kochka | 06/03/2012

à l’époque oú l’époque n'existait pas, la propriété n'était pas un devoir ni la possession non plus, la maison était chaleur et l'espace était nous...
à cet époque là qui n'en était pas une le temps était relatif au sentir des être vivants et sans concepts ni pensées la nature avait une justice qui n'en était pas une dans nos pensées actuelles, mais une version d'une justesse qui n’était pas celle que nous utilisons pour mesurer, après on a commencé par nécessité à quantifier tout, deux poules, un terrain, ma femme, mon fils, ma chèvre, mes jours, me nuits, mes lunes,

et on est sorti du non temps pour entrer dans la non histoire de la maitrise du compte,
les êtres humains ont deux histoires, celle d'avant ou être vivants était une chose naturelle et celle de maintenant qui demande des justifications, des preuves, démontrer qui domine veut dire démontrer qui sait compter,

cela dit surement pour une question mammifère de la grossesse,de la nourriture et le troupeau, le seul lien qui existe entre ce monde d'avant et celui d'aujourd'hui est l’instinct, en nous ces êtres qui sont sans comptes ni concepts, sans maitrises ni doctrines, sans explications, ce coté de nous femmes et hommes d'un temps résiste dans notre inconscient collectif comme un souvenir loyale avec la nature, ..

et je pense que ce n'est pas utile de mesurer avec le mètre de notre époque, une époque qui ne nécessitait pas de mesures ...puisque sa raison d'exister était autre que la notre actuelle..

ce qui est utile c'est de reconnaitre qu'on a pas toujours été des êtres mesurables et quantifiables , qu'on a été libres et harmonieux même si à nos yeux d'aujourd'hui cette libre harmonie ancestrale était cruelle et brutale,car ainsi est la nature sans structures, autant que notre quête de
justice pourrait paraitre un éloignement féroce pour la nature d'avant,

et de reconnaitre qu'on a eu, su communiquer et sentir d'une façon oubliée aujourd'hui,mais qui sommeille au fond de nous et qui réapparait à chaque fois que nous appelons la mère terre, ou au-delà de la connaissance notre espère appelle dans notre inconscient au savoirs autres que ceux des civilisations dominatrices et coercitives actuelles ou d’après comme j'aime dire..

avant, avant il n'y avait pas d'avant, et nous étions des gens, il n'y avait pas de femmes et d'hommes, e on ressentait la même chose, la vie...

nous sommes actuellement une civilisation nécrophile ,basée sur le concept de la mort,se nourrissant de la mort de uns pour garantir la vie d'autres, ce sentir là est un sentir mort, prenons acte.. nos comptes ne parlent plus de femmes et d'hommes, mais de qui a le droit de vivre...

rien à voir avec ces messages libres d'une époque ou compter n’était pas un truc utile, ...et si nous en parlons aujourd'hui c'est parce que ce pont entre deux mondes et le seul espoir pour notre espèce ...et il n'est pas encore totalement tombé ...puisque nos liens inconscients avec cet avant révélateur est bel est bien en vie...

et la vie est le seul mot intéressant qui nous reste...

salutations

luzia

Écrit par : luzia | 06/03/2012

C'est votre version, personnellement je n'ai pas encore la mienne !!! mais il y en a tellement, c'est plutôt rassurant ? non ??

Écrit par : Corto | 07/03/2012

* Ève va accoucher de son premier bébé.
Adam est tout énervé, plus nerveux que sa chérie.
Rendue à l'hôpital de l'Eden, Ève est conduite dans la salle d'accouchement. Adam est pâle et prêt à s'évanouir.

Deux anges accoucheurs s'occupent d'Eve et un s'occupe d'Adam dans la salle d'attente.

Ève hurle (tu accoucheras dans la douleur...) Adam s'évanouit en entendant la souffrance de sa femme.
Finalement Dieu arrive et le bébé sort en parfaite santé.


Dieu vient annoncer la bonne nouvelle au père qui est tout tremblant et en sueur.
-"C'est terminé! dit Dieu, Adam tu es papa et tu as un beau bébé en parfaite santé!"


-"C'est quoi? " demande le papa rassuré
-"un beau petit garçon! Félicitations !" lui répond Dieu


Alors Adam se mit à dire:

"O Seigneur, pourquoi ne m'as tu pas donné une fille, plus tard elle n'aurait jamais eu à passer par toutes les souffrances que je viens d'endurer! "

Écrit par : Corto | 07/03/2012

Une dernière !

* Adam et Ève sont enfin seuls, ensemble dans l'Eden.
C'est la première fois...
Faut les comprendre...
Adam est tout ému...sa respiration se fait plus forte...
Ils se regardent les yeux dans les yeux, s'échangent des sourires,
ne savent pas trop bien quoi se dire, ni comment se le dire...

Les sentiments engendrent les sentiments, génèrent l'émotion, les
sensations, les tentations, un désir brûlant soudain les saisit...

La nature aidant, Adam devient de plus en plus entreprenant,
ose une caresse, un baiser... à tel point qu'Eve se lève, et
s'échappe en criant:

-" Maman, Maman!"

Écrit par : Corto | 07/03/2012

Cela se traduit par l'adage: derrière chaque grand homme, il y a une femme! Joli billet, j'attends d'en lire plus:-)

Écrit par : faire part | 07/03/2012

Les commentaires sont fermés.