25/02/2012

MONSIEUR TROP ET MADAME PAS ASSEZ

Mme.jpgMonsieur.jpg

Ah ! Ce couple maudit, qui nous  pourrit la vie. Monsieur Trop et Madame Pas assez. C'est vrai, nous connaissons tous la litanie de Monsieur Trop: trop de soucis, maison trop petite, trop loin, trop difficile, trop lourd à porter. Trop noir, trop blanc, trop jaune, trop vieux, trop jeune . Cette kyrielle de trop qui empoisonnent la vie, trop tard, trop tôt. Trop grosse, trop diplômé, trop ambitieux pour moi, trop inaccessible. Ces trop qui vous enchaînent à une vie où tout projet est annulé par ces trop qui restreignent. Toute velleité écrasée par ces trop qui vous anéantissent et  vous plaquent les ailes au sol.

Ce  duo démoniaque que nous croisons au quotidien et que nous connaissons tous si bien . Quand Monsieur Trop croise Madame Pas assez, c'est une rencontre méphistophélienne où le Diable est constamment peint sur la muraille et qui est l'empêcheur de vivre. Madame Pas Assez est une sacrée râleuse, autant que Monsieur Trop. Pas assez de temps. Pas assez d'argent, pas assez de courage, pas assez de conviction, pas assez d'amour, pas assez d'amis.  Une liste qui n'a rien à envier à celle si interminable et fastidieuse de Monsieur Trop.

 

A eux deux, ils parviennent à réduire votre vie à néant, à vous écraser, vous anéantir  avant même que vous ne vous soyez relevé avec un nouveau projet enthousiasmant.

Alors,  comment séparer ces deux diablotins ? Voilà une belle réponse. Monsieur Trop rencontra Madame Pas Assez, ils eurent une fille qu'ils appelèrent "Contentement"  et qui se satisfaisait avec bonheur de tout ce qu'elle recevait comme cadeau magnifique de la vie. Tandis que Monsieur Trop n'en avait jamais assez, "Contentement"  appréciait chaque instant qui s'égrenait comme perle rare. Elle ne manquait jamais de rien car elle se nourrissait de chaque chose qui l'enrichissait aussitôt. "Contentement"  rayonnait de lumière tant sa vie lui suffisait.

Monsieur Trop et Madame Pas Assez ne comprenaient pas leur fille. Ils se demandaient toujours comment faisait-elle pour se contenter de si peu et la jeune fille leur démontra que la puissance de vivre intensément  l'instant présent l'emplissait du plus précieux trésor et la comblait pleinement.  La satisfaction et l'euphorie d'une vie sans regret et sans Trop ni pas Assez. Finalement Monsieur Trop et Madame Pas Assez eurent une deuxième fille qu'ils appelèrent "Modération" et qui avec ni Trop, ni Pas Assez, et "Contentement" menait son bonhomme de chemin, légère comme un ange.

Cette leçon vaut bien un billet sans doute ?

 

 

20/02/2012

POURQUOI NICOLAS DOIT-IL LIVRER DHINA ?

 

395490_333069413394244_185794021455118_1027684_634247064_n.jpgPOURQUOI NICOLAS SARKOZY DOIT- IL ACCEPTER L'EXTRADITION DE MOURAD DHINA ?

POURQUOI CETTE DEMANDE D'EXTRADITION PRECISEMENT MAINTENANT ?

POURQUOI LA FRANCE N'A-T-ELLE RIEN A LUI REPROCHER ET LE MAINTIENT-ELLE EN DETENTION ?

POURQUOI LA SUISSE N'INTERVIENT-ELLE PAS POUR SON  RESIDENT GENEVOIS INSTALLE DEPUIS 15 ANS A MEYRIN ?

POURQUOI LA SUISSE N'A-T-ELLE JAMAIS PORTE  PLAINTE CONTRE MOURAD DHINA QUI EST SOUPCONNE D'AVOIR PREPARE DES ACTES TERRORISTES DEPUIS ZURICH DURANT LES ANNES 1997 -1999?

POURQUOI LES AUTORITES SUISSES ONT ELLE TOUJOURS REFUSE DE DONNER SUITE AUX DEMANDES D'EXTRADITION A L'ENCONTRE DE MOURAD DHINA MALGRE LES SOUPCONS DES AUTORITES ALGERIENNES ?

 

POURQUOI A LA VEILLE DES ELECTIONS NICOLAS SARKOZY SOUHAITE-T-IL TANT PLAIRE AUX GENERAUX ALGERIENS ?

COMMENT PENSE-T-IL ETRE REMERCIE DE SON GESTE ?

LES GENERAUX ALGERIENS AUX MAINS BAIGNEES DE SANG SONT-ILS DES INTERLOCUTEURS SERIEUX ?

NICOLAS SARKOZY PENSE-T-IL VRAIMENT GAGNER DES VOIX EN LIVRANT MOURAD DHINA ?

 

QUE DE ZONES D'OMBRES, QUE DE MANIPULATIONS ! QUELS SONT LES VERITABLES ENJEUX,      QUELLES NEGOCIATIONS, QUELLES TRANSACTIONS DERRIERE CETTE DEMANDE D'EXTRADITION ?

 

LE DEBAT EST OUVERT ! DE LA DISCUSSION JAILLIT LA LUMIERE ....... Les propos mis par les commentateurs ne sont pas forcément le reflet de ma pensée, toutefois, la censure est  insupportable. Que chacun en toute bonne foi s'exprime et sache qu'il s'engage moralement à travers ses propos.

(La préférence des lettres en majuscules : chaque question a été écrite en majuscules pour pouvoir les reprendre de façon lisible dans les commentaires et les traiter chacune comme un titre en soi et  si le commentateur le souhaite ! )

 



 

19/02/2012

ESPERANZA, LE CHAT DE LA JONCTION

images-1.jpegNous sommes tous les deux face au 9,  avenue de la Jonction, le chat et moi.  Une odeur âcre de brûlé se dégage de l'immeuble déserté et chatouille de façon désagréable les narines, tout en imprégnant les habits, les cheveux, la peau.  D'anciens locataires montrent leur attestation au vigile qui assure le guet devant la porte d'entrée, ils  viennent récupérer quelques affaires. Des paquets de livres, des vidéos, une plante protégée par un sac poubelle, on ne voit que le sommet vert  secoué par  le mouvement des pas et qui frappe l'œil au milieu de ce plastique noir transporté vers une voiture. Les locataires rentrent rapidement et ressortent avec des cabas, précipitamment comme pour fuir tout nouveau malheur.

J'observe le chat, attentif, il regarde comme s'il comprenait tout ce qui se passait. Il reste à une distance honorable, avec ses yeux de chat, des billes phosphorescentes,  il scrute et essaie de comprendre ce qu'il est advenu de son petit maître.

 

Ce matin-là, à l'aube, il dormait encore, assoupi dans sa corbeille placée dans le coin de la chambre. Un odeur étrange le réveilla, il se mit à miauler tant et plus. Son petit maître, un enfant âgé de 10 ans, lui donna une petite tape sur la tête : « Chut tais-toi, tu vas réveiller tout le monde ! ». mais le chat demeurait  sourd aux ordres de l'enfant et sauta de sa corbeille, il se planta derrière la porte en poussant des miaulements désespérés. La mère de l'enfant se réveille, ouvre la porte et le chat s'enfuit tandis qu'une odeur de fumée lui saute au visage. Un hurlement, un cri.

Le chat s'en souvient encore de ce long hurlement terrible, lui dont les oreilles sont si fines. D'ailleurs,  il  se souvient surtout du tohu-bohu épouvantable, des fenêtres qui explosent, des personnes qui dévalent les escaliers en tous sens et lui  qui ne sait plus trop comment a réussi à se faufiler au milieu de cette folle agitation, d'avoir sauté par la fenêtre du premier étage, puis de s'être enfui  vers le petit bois juste à côté. Là,  où tournoient sans cesse ces buses qui l'effraient tant et qui planent comme la mort au-dessus de ces arbres, prêtes à fondre sur leurs victimes qui se tapissent lorsqu'elles voient l'ombre géante des ailes des  rapaces envahir leur humble cachette.

Quand il est revenu, plus personne !  De  ses pas de velours, il erre depuis entre le bois et l'immeuble calciné. Il attend comme un chat qui a sept vies, son maître reviendra ou du moins ne l'oubliera pas, il le lui a promis au creux de l'oreille :  " Je ne t'abandonnerai jamais ! » lui disait-il en lui caressant le poil si doux sous le menton. En guise de réponse, il ronronnait, si heureux de cette vie à deux remplie d'espoir et de bonheur .

Un chat ça a de la mémoire, il se souvient non seulement des promesses mais aussi de grands camions rouges, de l'eau partout, puis du feu, des flammes sauvages qui surgissent des fenêtres et le paralysent de peur,  puis d'autres voitures qui viennent et emmènent  tout le monde. Il l'a bien vu son petit maître pleurer et se lamenter : "et mon chat, Esperanza ! -  qui a vu mon chat ?" Personne ne pouvait lui répondre, on n' a pas le temps, monte, on verra ça plus tard !  De grands yeux collés contre la vitre, remplis de larmes scrutaient encore l'immeuble, tandis que l'enfant sanglotait en se lamentant : »Mon chat ! »

 

Le chat est là sur le trottoir,  son poil mouillé par la pluie qu'il déteste tant, mais il est là et il espère, parce qu'on ne l'a pas nommé pour rien « Esperanza ».  Il est certain que lorsque son petit maître aura trouvé un logement et qu'il aura quitté l'abri PC de Varembé, il viendra le chercher. Tous les jours, le chat vient et observe, patient comme l'espoir qui se nourrit d'attente.

 

 

17/02/2012

Jonction - Un sinistre qui lève le voile sur une autre réalité

 

precaire_web-01.jpgIls sont une centaine dont une vingtaine d'enfants à avoir dû quitter le 9 avenue de la Jonction, leur immeuble a pris feu lundi peu avant l'aube. Durant 7 heures les pompiers lutteront contre le feu, on ne déplore aucun brûlé. Seul, un homme sautera par la fenêtre et se blessera. Les politiciens seront à la hauteur du drame ; Maudet interrompt son voyage et se rend sur les lieux, Salerno dépêche ses deux collaborateurs les plus proches, on constate la présence d' Esther Alder.  Les organismes caritatifs suivent de près, couvertures, habits, jouets. La cellule cantonale  d'intervention psychologique AGPsy- Police est là avec entre autres psychologues , Alfredo Camelo, intervenant dès les premiers instants auprès des personnes sinistrées.

En début de soirée, je me faufile en douce au PC de Varembé, les journalistes sont interdits, mon air latino n'attire pas spécialement l'attention, je me faufile parmi d'autres arrivants,  des amis qui viennent, inquiets,  demander des nouvelles  .  Les sinistrés sont en partie regroupés dans la salle à manger. Visages fatigués, cernes profondes, pour certains ils semblent un peu perdus face à ce qu'ils ont vécu et face à cette foule de choses à faire sans savoir précisément par où commencer. Comment imaginer que ces gens-là ont tout perdu : habits, papiers, souvenirs. Toute une vie partie en fumée.

Les personnes mandatées par la régie Foncia-Géco  leur expliquent qu'elles doivent passer à  la régie avec copie de leur bail pour autant que le document ne soit plus que cendre,  leur mois de loyer sera remboursé ainsi que  la caution. Pour ceux qui sous-louent, il faut demander la copie de ce papier aux locataires qui leur permettra de se présenter comme personnes sinistrées auprès des différentes administrations. Le lendemain, plusieurs locataires pourront se rendre dans leur ancien appartement y ramasser quelques affaires, pas de meubles surtout, et seulement pour des appartements identifiés comme non dangereux sans  risque d'affaisement etc.

Les questions fusent, qu'en est-il des cinq logements mis à disposition par la Régie ? Des mères de famille n'en ont jamais entendu parler, une d'entre elle tient son enfant de moins d'un an dans les bras. Il paraît que deux logement ont été refusés :  "Comment pourrait-il  exister des logements encore plus insalubres que ceux de la Jonction où nous  vivions ?" demande quelqu'un .

Les uns se plaignent d'avoir perdu leurs papiers, les documents d'identité sauvés in extremis par les pompiers peuvent être récupérés au poste de police de Carl-Vogt, pour ceux qui ont joué aux chats et à la souris pendant des années, c'est impensable.  Ils ont reçu un chèque de 500 francs à retirer à la poste mais ceux qui ont perdu leurs documents d'identité ne peuvent pas retirer cet argent dans l'impossibilité qu'ils de prouver que ce sont bien eux les bénéficiaires.  Pour ces sans-papiers dont la plupart sont  en Suisse depuis plus de 10 ans avec un travail régulier, des factures payées, leurs enfants à l'école, c'est leur vie qu'ils voient partir en fumée.

Les enfants ont été conduits dans un Centre aéré emmenés par les véhicules de la protection civile , ils chantaient dans le bus, ravis d'avoir ces bouffées d'air extérieures qui les extraient de cette tension permanente, de ces interrogations sans fin.  Le responsable du PC Varembé les rassure, contrairement à la rumeur qui court :" il n'est pas question de vous jeter dans la rue ¨" leur précise-t-il , une traductrice  leur répète en espagnol  ces mots magiques. Soupir de soulagement suivi d'applaudissements.

Et la suite ? Assurément une meilleure concertation entre les partenaires s'impose, que l'élan de solidarité ne soit pas qu'un feu de paille :  Que l'Etat,  la Ville, le Collectif des sans-papiers, l'Hospice Général, Caritas, la Croix -Rouge, Hug s'organisent aussi pour des solutions à long terme. Le Syndicat des travailleuses et travailleurs devrait aussi intervenir énergiquement  puisque les sinistrés sont en grande majorité des personnes qui travaillent et qui continueront malgré l'incendie à le faire.

A l'horizon, une autre solution qui paraît la seule possible dans de telles circonstances ;  une décision humaine à la hauteur du drame humain. Inscrire dans un processus de régularisation collective ces peronnes concernées par ce sinistre et qui répondent aux critères définis par L'Etat de Genève, soit la presque quasi totalité de ces  sans-papiers, actives dans notre économie souterraine genevoise, qui paient leurs factures, leur loyer, leurs assuranes et dont les enfants ont suivi toute leur scolarité à Genève. Certainement, une solution qui demandera beaucoup d'intelligence et une vue à long terme. Régulariser une situation qui perdure et qui maintient des familles entières dans la précarité alors qu'elles participent activement à  l'économie de notre pays, leur apport est indéniable et  leurs enfants totalement intégrés sont déjà notre jeunesse de demain.

Cessons d'être hyprocrites et régularisons-les tout simplement ! Maintenant  que le voile est levé, nous ne pouvons plus faire semblant de n'avoir rien vu.

 

 

16/02/2012

De Jeanne d'Arc à Marine, d'une voix à l'autre

JeanneMarie-04-01-02.jpg

L'épée mais pas la paix. Il y a eu Jeanne d'Arc contre l'invasion anglaise, il y a Marine Le Pen  contre l'immigration.  Une pucelle, l'autre pimbêche. La première entendait une  voix divine, la seconde écoute celle de son père. Les deux voix disent la même chose : «  libérer la France de la présence étrangère. » Entendre des voix, aujourd'hui,  est associé à un passage psychotique fréquent dans les cas de schizophrénie aiguë.

Jeanne d'Arc est morte brûlée sur le bûcher à Rouen , Marine s'embrase dans sa haine plus incandescente que des flammes.

Où va cette France un peu autiste ?

 

© photo montage

 

 

repris sur mon autre blog http://tangalle.hautetfort.com/

 

15/02/2012

La Syrie, ses armes chimiques et ses pigeons voyageurs

Pigeon[1].pngLe  régime syrien est accusé d'avoir utilisé des armes chimiques prohibées, notamment à Homs. La  communauté internationale doit réagir de toute urgence pour mettre un terme au bain de sang en cours dans ce  pays.  L'ancien vice-président Abdelhalim Khaddam l'avait déjà annoncé sur la chaîne " Al Arabiya », dorénavant les armes chimiques sont utilisées comme armes de guerre.

Un officier a corroboré les dires de Monsieur Khadda, Les forces de sécurité loyales au dictateur Bachar Al-Assad ont effectivement utilisé des armes chimiques contre les rebelles syriens, sous la supervision d'experts iraniens et russes, a déclaré l'officier syrien, le  capitaine Abd al-Salam Ahmed Abdoul Razek,  celui-ci   a notamment déserté l'armée d'Assad.

Gaz  innervants et  neurotoxiques utilisés sous la supervision d'experts russes et iraniens qui expliquent comment utiliser ses armes chimiques, armes interdites du reste par les conventions internationales et utilisées à Homs et ailleurs.

La ville de Homs entièrement assiégée et transformée en grande prison  fait appel comme autrefois à des pigeons voyageurs pour communiquer entre les différents quartiers "Merci Bachar de nous avoir fait revenir au Moyen-Age" clame un opposant.

Oui, Bachar Al-Assad a  ramené la Syrie,  au Moyen-Âge, à l'âge de la barbarie la plus féroce.

A quand le retour des colombes de la paix ?

 

© photo montage

 

repris sur mon autre blog http://tangalle.hautetfort.com/

 

11/02/2012

Syrie- Ces Skorpion qui tuent

 

0702-russie-A.jpgQuand le scorpion pique, il meurt aussitôt après. Celui qui frappe en Syrie, le Skorpion CZ est une arme qui crache son venin sans relâche, il suffit de recharger l'arme qui en une seconde balance 35 balles qui ampute, explose, déchiquette, paralyse, traumatise, rend fou de douleur. Plus de 60 tonnes ainsi livrées aux Syriens d'armes de tous types. Tous ces cas de grands choqués de guerre qu'il faudra soigner sur plusieurs générations. C'est ça la guerre qui est menée en Syrie grâce aux armes livrées par les Russes, modifiées pour être encore plus performantes et allonger la liste des morts qui ne  cesse  d'augmenter, jour après jour.

Quant aux bombes, des obus qui s'acharnent sur ces pauvres qui s'agglutinent effrayés dans les pièces de leur maison pour partir en poussières en quelques secondes.  Un arsenal puissant financé avec l'argent du peuple contre le peuple par Bachar Al-Assad.

Quant à lui, le despote aux mains sales, il agglutine ses proches dans de beaux immeubles haussmaniens à Paris où tranquillement on y déguste caviar et champagne, ou alors d'autres planques tout aussi chic à Londres pour que les siens n'aient pas les oreilles épuisées par les cris de terreur et de douleurs des victimes syriennes qui pourraient les incommoder dans leur débauche.

 

Mais pourquoi atttendre ? D'ores et déjà, nous pouvons sans plus atermoyer geler les biens, saisir les fortunes planquées un peu partout. Cet argent dilapidé et extorqué au peuple syrien tandis qu'avec ce qui reste au pays on le massacre.

Jusqu'où ira le cynisme ? La guerre c'est moche, la guerre c'est d'une laideur insupportable et inacceptable et contre laquelle il faut se révolter de toutes nos forces.

 

repris sur mon autre blog http://tangalle.hautetfort.com/

 

Dessin d'Arend, Pays-Bas repris du Courrier international

http://www.courrierinternational.com/article/2012/02/07/q...

 

 

 

 

 

 

09/02/2012

Syrie, ça suffit !

Bachar-al-Assad[1].jpg BACHAR AL-ASSAD EST DEVENU SOURD AUX CRIS DE SON PEUPLE !

Hier soir, je lève le nez de la rédaction de mes contes philosophiques  et suspends ma plume quelques instants pour  écouter  et entendre  sous les  bombes de Bachar Al-Assad qui massacre son peuple,  cris et hurlements de ces Syriens que l'on extermine  sous le regard gêné du monde qui n'arrive plus à faire cesser cette boucherie.

7'000 innocents tués sous nos yeux sans que l'on puisse réagir,  des familles entières décimées à Homs.

Bachar Al-Assad malgré ses promesse de ne plus intervenir militairement est passé outre, comme Kadhafi dont les promesses clownesques en faisaient un pitre international et un interlocuteur de pacotille, Bachar Al-Assad devient pathétique.  Al-Assad promet et se compromet en ne respectant pas ses engagements.

Avec  l'expérience des dernières révolutions arabes, je sais que l'heure de Al-Assad a sonné ; le tocsin résonne sur le charnier syrien qu'il alimente par son  refus d'accepter que le peuple syrien ne veut plus  de lui et qu'il s'appuie sur les Russes et leurs armes pour contrer la volonté populaire. Pareil à  Kadhafi, aussi misérable, il fait appel à des forces extérieures pour éliminer ses propres compatriotes.  Bachar Al-Assad finira par s'enfuir comme les autres, ces lâches qui avant de renoncer ont pavé les rues de cadavres de résistants.

Et comme ses autres acolytes, il apprendra que lorsque le peuple se soulève plus rien ne l'arrêtera et surtout lorsque ce peuple  a versé un torrent de sang au nom de sa liberté.

Bachar Al-Assad, tu n'es qu'un assassin juste bon à condamner pour crime contre l'humanité !

Syrie, khalass ! Bachar barra,   fissa, fissa  !!!

 

Repris sur mon autre blog http://tangalle.hautetfort.com


03/02/2012

Enfant violé, enfance volée

image .jpgRécemment,  je lisais l'appel à témoin concernant cette fillette violée à Gland dans le local technique d'un immeuble, puis une manchette de journal qui annonçait  que l'Eglise « toute soutane » dehors dénoncera les cas d'abus sexuels ;  la plupart du temps commis à l'encontre  d'enfants,  appelés actes de pédophilie et tombant sévèrement sous le coup de la loi.

Il y a des institutions auxquelles on ne touche pas, le gouvernement a accepté durant des décennies, et cela certainement depuis des siècles de fermer les yeux et de se boucher les oreilles sur ces pratiques que l'on ne veut ni voir et encore moins dénoncer.

Combien d'enfants abusés par an ici et ailleurs, autant de fillettes que de garçonnets ?  On en compte trois par jour , en Suisse  selon l'Office fédéral de  la Statistique, viols dénoncés. Mais  qu'en est-il de tous les autres passés sous silence , à combien les évaluer ? Trois vies d'enfants et plus  brisées par jour. Enfants qui deviendront sans aucun doute des adultes perturbés, fragiles et souvent dépressifs au risque de devenir à leur tour abuseurs.

Qu'est-ce qui manque pour changer les choses ? Du courage, de l'anticipation, de l'information claire, accepter que dénoncer le viol n'est pas tabou mais une question de survie mentale pour les victimes qui ont besoin d'être reconnues comme telles et pour cela, elles doivent être appuyées dans leur démarche qui exige beaucoup de volonté surtout lorsque  l'auteur du crime se trouve être  au sein de la famille.   Oser affronter le mal en acceptant que viols et abus  ne doivent  plus être un sujet tabou mais un problème de société auquel il faut faire face.

Pour illustrer l'exemple , cela me rappelle un enseignant, il y a plus de 10 ans,  qui s'est suicidé quand finalement il a été accusé de viol,  fait  avéré. Des pratiques régulière sur ces élèves depuis peut-être des années. Côté école. 0 information à l'attention des parents. Bien cacher le scandale sous le tapis pour ne pas faire de vagues. Personnellement, je l'ai su lorsque la mère d'une élève m'a déclaré les tentatives de suicide répétées  de son enfant jusqu'à ce qu'enfin, après trois ans de silence, la fillette devenue adolescente perturbée lâche la vérité et se soigne.

Entre autres solutions de prévention et je profite de ces lignes pour féliciter l'initiative   qui a proposé aux hommes violents de leur  mettre à disposition  un numéro vert gratuit et anonyme pour téléphoner et demander conseil pour les aider à sortir de la spirale. Après le  constat qu'il y a autant  de souffrances du côté des auteurs des infractions de violence que du côté des victimes. Sur le même modèle les pédophiles pratiquent aussi une forme de violence contre laquelle ils luttent, poussés de façon irrésistible et pathologique sans pouvoir y mettre un terme. Le travail de prévention pourrait aussi être développé sous cet angle et empêcher de nombreuses personnes à ne pas passer à l'acte et leur proposer des soins immédiats.

Oui, il faut du courage à la victime pour parler, vaincre le silence,  aux auteurs d'infraction d'accepter qu'ils sont malades et qu'ils ont pour la plupart besoin de soins et aux institutions de  prendre leur responsabilité.

 

(à l'attention d'Homme Libre, ce billet  ne concerne pas les fausses déclarations, déplorables et punissables de viol dans le cadre de conflit entre couple, je mentionne les vraies victimes )

 

 

 

 

 

 

 

 

 

02/02/2012

Ce que pense et dit mon ami Ioan - L'importance de ce qui n'est pas là...

Sur-la-route-entre-Fontaine-Notre-Dame-et-homblières-02-Ludovic-Dela-court.jpgTout en claquant des dents tandis que je regarde la neige tomber - c'est beau d'observer tout ce blanc pur, ce silence -, je converse avec mon ami Ioan.  Voir et découvrir avec enthousiasme ce paysage déserté qui se dessine sous nos yeux se recouvrant peu à peu d'un manteau blanc.

Ioan qui porte un magnifique bonnet qui lui cache les yeux me demande d'un air suave si je vois quelqu'un sur la route. Et bien non ! Je ne vois personne.

Il rit; tu connais cette histoire d'Alice  de l'autre côté du miroir qui dit "Je ne vois personne sur la route!" Le roi ironise " Voir personne! Et à cette distance encore! Lui même voit à peine ce qui est là. 
Mais il ne faut pas se méprendre, continue Ioan, ce qui n'est pas là est souvent tout aussi important que ce qu'on voit.

Pour deux raisons :

- D'abord parce que les objets qui manquent, les personnes absentes, l'espace vide, les entités qui ne sont pas physiquement présentes pour être observées pèsent lourdement dans notre vie. Même plus, les choses que l'on ne dit pas et que l'on ne fait pas comptent pourtant ;

- Puis parce que le vide, l'incomplet, la chose non débutée, encore sans forme, cachée - comme l'infini- offre plus de possibilités que l'achevé, la chose prise et complétée.

C'est pour cela que la présence et l'absence, le vide et le plein doivent être pris en considération pour comprendre, décider et agir. Pourquoi ceci est-il  si souvent ignoré  dans notre monde?

Suite du texte

http://wisdom.tenner.org/1/post/2012/01/the-importance-of...